Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Projet pilote de collecte des résidus alimentaires : les citoyens se prononcent

Québec, le 1er mars 2021 – La Ville de Québec a annoncé les résultats très positifs du premier projet pilote de collecte des résidus alimentaires qui s’est déroulé en novembre et décembre 2020. Les citoyens ont été nombreux à participer et leurs commentaires récoltés sont des plus encourageants pour la suite des choses.

« Ce projet pilote nous a permis de confirmer que les citoyens sont enthousiastes à l’idée de commencer le tri des résidus alimentaires dans leur cuisine, a mentionné le maire de Québec, M. Régis Labeaume. Le nombre d’inscriptions a dépassé nos attentes et l’assiduité des participants était exemplaire. Je tiens à les remercier pour la générosité de leurs commentaires. Leur participation est un atout inestimable dans la planification du déploiement de la collecte en 2022. »

Collecte par sacs
La Ville de Québec a fait le choix de collecter les résidus alimentaires par sacs de couleur. Placés dans le même contenant utilisé pour les ordures, les sacs de résidus alimentaires seront séparés par des trieuses robotisées à leur arrivée au centre de récupération des matières organiques, situé à l’incinérateur, avant d’être acheminés au centre de biométhanisation.

Résultats du projet pilote
D’une durée de six semaines, le projet pilote permettait d’évaluer deux types de sacs de résidus alimentaires ainsi que deux types de contenants de cuisine. Certains participants, situés sur des routes de collectes déterminées, voyaient aussi leurs résidus alimentaires collectés pour être analysés dans le cadre d’une recherche sur la résistance des sacs et leur comportement dans les camions.

Près de 8 000 personnes se sont inscrites pour participer alors que 1 000 étaient anticipées. Un tirage au sort a permis de sélectionner 2 010 participants, dont 454 étaient situés sur des routes de collecte.

  • À la lumière des réponses obtenues lors des sondages, il est possible d’identifier les caractéristiques d’un sac idéal :Posséder une épaisseur de 40 microns;
  • Avoir une capacité totale de 13 litres de matières;
  • Avoir des bretelles assez longues pour les nouer facilement.

Le bac de cuisine qui a reçu les meilleurs commentaires permettait de bien maintenir le sac en place, possédait un couvercle et avait un volume assez grand, correspondant au sac.

  • Les faits saillants concernant d’autres aspects du projet sont les suivants : Parmi les participants, 83 % affirment qu’ils ont vu leur quantité de déchets diminuer significativement;
  • De ce nombre, 75 % estiment que leurs déchets ont diminué de 40 %;
  • 88 % des participants ont jugé que le choix d’une collecte par sacs était adéquat;
  • Pour 97 % des participants, la motivation principale à participer était de contribuer à préserver l’environnement, suivi de près à 85 % par la réduction des déchets;
  • La diminution de la quantité de déchets est aussi jugée à 76 % comme le principal argument pour convaincre les gens de participer à la collecte;

 « Ces résultats vont au-delà de ce que nous anticipions, a mentionné Mme Suzanne Verreault, membre du comité exécutif responsable de la gestion des matières résiduelles et de l’environnement. Ayant moi-même participé au projet pilote, je suis en mesure de confirmer les choix faits par les citoyens et leurs observations sur l’ensemble du projet. »

De son côté, le volet concernant le comportement des sacs dans les camions a fourni lui aussi des résultats concluants. Dans les faits, le sac préféré des participants est également celui qui s’abîme le moins dans les camions. Tous sacs confondus, c’est plus de 90 % de la matière qui a pu être récupérée après le déchargement des camions ce qui s’avère un pourcentage correspondant aux objectifs fixés.

Un des aspects qui ressort du projet pilote : les matières résiduelles des participants étaient composées de 52 % d’ordures et de 48 % de résidus alimentaires. La portion de matières résiduelles à valoriser est donc importante.

Prochaines étapes
Selon la situation provoquée par la pandémie et les mesures qui seront alors en vigueur, un projet pilote à l’intention d’industries, de commerces et d’institutions (ICI) pourrait être déployé en avril.

Un deuxième projet pilote pour les citoyens est prévu en juin. Les participants seront sélectionnés à partir de la banque constituée avec les inscriptions de l’automne dernier.

Ce projet verra à confirmer l’évaluation qui a été faite du sac défini comme idéal et à évaluer des filières de recyclage de ces derniers. Des processus d’acquisition seront lancés avant la fin de l’année pour l’obtention du matériel nécessaire à la distribution gratuite des sacs et des contenants en prévision de la collecte.

La biométhanisation, un choix logique
La Ville de Québec a fait le choix de la biométhanisation pour valoriser ses résidus alimentaires. Présentement en construction, le centre de biométhanisation commencera à traiter les biosolides (rejets provenant de la station de traitement des eaux usées) au cours de l’année 2021 et les résidus alimentaires de toute la population de l’agglomération de Québec, soit environ 600 000 personnes, au cours de l’année 2022. Pour en savoir plus sur la biométhanisation, il suffit de consulter le ville.quebec.qc.ca/cbaq.

Annexe



Com-21-087