Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Itinérance dans Saint-Roch : des actions pour favoriser la cohésion sociale

Québec, le 26 mai 2021 En plus des mesures mises en place dans la dernière année pour favoriser la cohésion sociale dans le quartier de Saint-Roch, la Ville de Québec présente de nouvelles actions. À l’affût des enjeux de cohabitation entre la population itinérante, les résidants et les commerçants, la Ville tient également à rassurer les citoyens quant à la sécurité du secteur.

« L’itinérance existe à Québec et elle ne date pas d’hier, a déclaré le maire de Québec, M. Régis Labeaume. La dernière année a été particulièrement éprouvante pour les personnes vulnérables qui ont perdu ou vu leurs points de repère changer drastiquement. Malgré les incidents rapportés, le centre-ville demeure sécuritaire et sous contrôle. La Ville de Québec, le Service de police, le CIUSSS de la Capitale-Nationale et les organismes communautaires poursuivent leurs actions pour améliorer la cohésion sociale dans le quartier de Saint-Roch. L’accompagnement offert sur le terrain est concerté et les organismes guident vers les ressources d’aide adaptées à leurs besoins les personnes en situation d’itinérance. Celles-ci font aussi partie de la solution ; elles côtoient les résidants et leur collaboration demeure primordiale dans l’atteinte d’un milieu de vie sain et inclusif. »

Depuis le début de la pandémie, les organismes communautaires rapportent une dégradation importante de l’état de santé mentale et physique des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a aussi constaté une augmentation des plaintes de citoyens concernant des comportements d’incivilité de la part de certains individus au centre-ville.

Dans la dernière année, le SPVQ a mis en place diverses actions en réponse aux inquiétudes évoquées par des résidants et des commerçants du secteur. Par exemple, la patrouille policière a été accrue et l’équipe Multi du SPVQ, qui répond aux besoins spécifiques de la clientèle du centre-ville, est présente quotidiennement sur le terrain.

« Le SPVQ est sensible à la situation et a à cœur le bien-être des citoyens du secteur, c’est pourquoi les policiers sont présents de manière quotidienne sur le terrain, a précisé M. André Turcotte, directeur adjoint à la surveillance du territoire du Service de police de la Ville de Québec. Lors d’une intervention auprès de personnes en situation d’itinérance, la première action du Service de police de la Ville de Québec consiste à assurer la santé et la sécurité des individus impliqués. Parallèlement, le SPVQ travaille en étroite collaboration avec les partenaires du milieu qui sont ensuite en mesure d’assurer le suivi de la situation de manière efficace et adaptée. »

Des actions d’intervention et de prévention bonifiées
En plus du soutien continu offert par la Ville de Québec aux nombreux partenaires communautaires qui interviennent auprès des personnes en situation d’itinérance, la Ville entend :

  • Procéder à l’entretien et au nettoyage accru de l’espace public;
  • Contribuer au nettoyage de graffitis via le projet Graff’Cité;
  • Installer des toilettes chimiques sur le terrain du Carré-Lépine et mettre à niveau le terrain;
  • Améliorer l’éclairage au Carré-Lépine et au jardin Jean-Paul-L’Allier;
  • Verser une aide financière de 25 000$ au projet de Brigade de rue de Lauberivière.

Des organismes présents et dévoués
Le CIUSSS de la Capitale-Nationale et les organismes communautaires travaillent sans relâche à guider les personnes marginalisées vers les ressources d’aide.

« Avec ses partenaires du milieu communautaire et la Ville de Québec, le CIUSSS de la Capitale-Nationale partage l’objectif d’un mieux-vivre pour tous, a soutenu M. Guy Thibodeau, président-directeur général adjoint du CIUSSS de la Capitale-Nationale. Nous déployons au quotidien plusieurs services pour aider nos concitoyens sans domicile fixe à traverser cette période de vie avec le plus de sécurité et de dignité possible. »

En tout temps, des services d’hébergement, de distributions alimentaires et vestimentaires, de soutien à l’accompagnement vers le logement et de nombreux autres services sont déployés et adaptés au rythme et à la réalité des personnes vulnérables. Afin de prévenir et réduire l’itinérance au centre-ville, rendue plus visible depuis le début de la pandémie, des actions supplémentaires ont été mises en place par les organismes :

  • Ajout d’intervenants du CIUSSS de la Capitale-Nationale et du YMCA sur le terrain;
  • Rencontres avec des résidants et des commerçants du secteur pour faciliter la cohabitation;
  • Mise sur pied d’un programme de travail alternatif payé à la journée pour les personnes en situation d’itinérance.

« Lauberivière fait partie de la solution et notre équipe travaille avec cœur et passion, a témoigné M. Éric Boulay, directeur général de Lauberivière. Chaque année, la grande majorité des 5 000 individus que nous accueillons trouve une solution définitive à l’itinérance. »

« Pour le RAIIQ, il faut prôner l’acceptation de tous les citoyens dans l’espace public, indépendamment de leur niveau de désaffiliation sociale, a ajouté Mme Jimena Michea, coordonnatrice du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec. L’espace public appartient à tous. »

« L’ensemble des acteurs qui habitent dans le quartier ou qui y transitent sont témoins d’une détérioration du filet social, a résumé Mme Geneviève Quinty, directrice du Projet intervention prostitution Québec. La stigmatisation et l’exclusion sont entre autres à l’origine des processus de désaffiliation sociale et de marginalisation. C’est donc collectivement qu’il faut s’inscrire dans la recherche de solutions. »

Des rencontres régulières avec les partenaires, les résidants et les commerçants du secteur auront lieu au cours de l’été afin d’assurer le suivi des enjeux et des solutions en place au centre-ville. Appuyées par le CIUSSS de la Capitale-Nationale, des démarches sont en cours afin de créer un comité de bon voisinage pour favoriser le vivre-ensemble dans le secteur.



Com-21-219