Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Tramway : un atout de taille pour la lutte aux changements climatiques

Québec, le 15 juin 2022 La Ville de Québec a présenté aujourd’hui la mise à jour du bilan GES du tramway.  Le rapport 2022 de Systra Canada, qui tient compte de la portée actuelle du projet, confirme que le tramway aura un bilan positif en matière de lutte contre les changements climatiques en permettant d’éviter l’émission de
89 000 tonnes de C02 d’ici 2041. Ce gain, qui exclut la captation de dioxyde de carbone générée par les efforts de reboisement, est dû presque exclusivement au transfert modal, c’est-à-dire aux personnes qui délaisseront l’automobile pour d’autres modes de transport en commun, dont le tramway. L’étude démontre que la carboneutralité du projet sera atteinte à la 11e année d’exploitation du tramway.

« La nouvelle mouture du projet le rend encore plus profitable pour notre environnement. Aujourd'hui, on prend des actions concrètes et efficaces pour notre futur et les générations qui nous suivront. C'est avec une mobilité plus intelligente et adaptée que nous arriverons à changer collectivement les habitudes et respecter davantage notre planète. Le tramway s'inscrit dans l'atteinte des cibles de notre ville en matière de développement durable. Le tramway de Québec est un bon projet pour notre avenir », a déclaré M. Bruno Marchand, maire de Québec.

Cette mise à jour de l’étude GES tient compte des modifications apportées à la portée du projet du tramway depuis 2019. Le projet actuel, avec un tracé vers D’Estimauville, comprend un tunnel court, deux stations souterraines et 27 stations de surface. Pour sa part, le projet de 2019, dont le bilan faisait état d’une économie de 60 000 tonnes de CO2 d’ici 2041 et d’une carboneutralité à la 13e année d’exploitation, était doté d’un tracé se rendant à Charlesbourg, comportait un tunnel long ainsi que quatre stations souterraines et 30 stations de surface.

La méthodologie utilisée établit le ratio entre les GES émis en phase de construction et ceux estimés en phase d’exploitation. Le rapport mesure les émissions liées à la fabrication et au transport des principaux matériaux de construction, à l’utilisation des équipements de chantier, au changement d’affectation des terres dû au déboisement, à l’excavation du tunnel et au transfert modal. Le bilan 2022 estime qu’environ 127 000 tonnes de C02 seront émises durant la construction. En phase d’exploitation, on estime que plusieurs automobilistes utiliseront davantage le transport en commun, notamment le tramway, et que cela contribuera grandement à éviter, d’ici 2041, la majorité de l’émission de 216 000 tonnes de C02. Cela explique le bilan net de 89 000 tonnes de C02 non émises dans l’atmosphère.

Une stratégie de végétalisation qui bonifie le bilan carbone
L’ambitieuse stratégie de végétalisation bonifiée de la Ville pour compenser les 1 584 arbres devant être abattus pour l’implantation du tramway générera un gain additionnel notable en matière d’environnement. Pour compenser l’abattage de ces arbres en captation de CO2, une plantation de 3 492 arbres aurait été nécessaire. Toutefois, 30 000 arbres seront plantés, soit un ratio de plantation de 20 arbres pour chaque arbre retiré dans les quartiers visés, permettant ainsi une captation carbone nette de l’ordre de 583 tonnes de CO2 par année. En incluant cette donnée dans l’évaluation GES du projet, l’équilibre carbone du projet pourrait être atteint deux ans plus tôt, soit à la 9e année d’exploitation du tramway.

Se déplacer autrement pour réduire notre empreinte
Selon les plus récentes données du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), le transport représente au Québec 43 % des émissions de GES. L’électrification des transports fait partie de la solution, tout comme l’amélioration de la mobilité au sein des villes. Les résultats positifs du bilan GES du tramway de Québec, 100 % électrique, illustrent l’importance de faire appel aux énergies propres et renouvelables et de mettre en place des solutions novatrices pour faire face aux défis environnementaux. Rappelons d’ailleurs que le présent rapport répond à une directive du MELCC dans le cadre d’un processus d’évaluation environnementale.

À propos du tramway de Québec
La Ville de Québec met en œuvre le plus important projet de son histoire : le tramway de Québec. Sur un tracé de 19,3 km de Cap-Rouge à D’Estimauville, ce tramway moderne et 100 % électrique constituera la colonne vertébrale d’un réseau de transport en commun bonifié sur tout le territoire de la ville. Fréquent, à horaire fixe et confortable, le tramway offrira une alternative de transport attrayante qui limitera l’aggravation des conditions routières, réduira l’impact sur l’environnement et améliorera la qualité de vie des citoyens.

Son intégration urbaine exemplaire contribuera à l’embellissement et à la convivialité des quartiers traversés avec un meilleur partage de l’espace public, davantage d’espaces sécuritaires pour les piétons et les cyclistes, des infrastructures d’accueil de qualité, du mobilier urbain renouvelé, de nouveaux espaces publics, une végétation bonifiée et la remise à neuf des infrastructures de surface et souterraines. Digne d’une capitale du 21e siècle, le tramway positionnera Québec comme l’une des villes les plus attrayantes au pays.

La réalisation de ce projet contribuera à la vitalité économique de la région par la création de 18 970 emplois.

Pour toute l’information sur le projet, les citoyens sont invités à consulter le tramwaydequebec.info.

Annexe 



Com-2022-356