Passer au contenu principal

En raison de travaux de maintenance, le site Internet et les différents outils Web de la Ville seront non fonctionnels le 25 octobre 2020. Nous sommes désolés pour les inconvénients.

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Blogue #PatrimoineVDQ / 2019 / 250 bougies pour le Service de protection contre l’incendie

Patrimoine

250 bougies pour le Service de protection contre l’incendie

21 novembre 2019 (2 votes )

Texte de David Tremblay, archiviste à la Ville de Québec

Le Service de protection contre l’incendie de Québec célèbre cette année son 250e anniversaire.

En effet, c’est le 17 août 1769 qu’a été créée la Société amicale contre les incendies (nom de l’époque). L’entité changera de nom à quelques reprises au cours de son histoire.

De grands incendies frappent Québec au milieu du XIXe siècle. En 1845, deux conflagrations à un mois d’intervalle dans les quartiers Saint-Roch et Saint-Jean-Baptiste laissent plus de 20 000 personnes sur le pavé. En octobre 1866, les flammes ravagent les deux quartiers, détruisent entre 2 500 et 3 000 maisons, et plus de 15 000 personnes se retrouvent sans logement.

Après de tels événements, la Ville de Québec réorganise le Département du feu. Désormais, les pompiers ne sont plus volontaires et un corps professionnel est créé; on y compte alors compte 50 employés pour combattre le feu. James S. Ferguson est le premier directeur. Une zone coupe-feu est également aménagée entre les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur, soit le boulevard Langelier.

Les pompiers de Québec ont combattu différents grands incendies à travers l’histoire. En plus de ceux déjà mentionnés, notons ceux du Parlement au Parc Montmorency (1854), de la Dominic Corset (1911), de la Cathédrale de Québec (1922), de l’Hôtel Saint-Roch (1923), du Colisée de Québec (1949), du Domaine du Bois-de-Coulonge (1966), de l’édifice Marie-Guyart pendant sa construction (1971), du Collège Jésus-Marie (1983), du Manoir Montmorency (1993) et finalement du Manège militaire (2008).

Au fil du temps, il y a eu de multiples évolutions des méthodes et façons de combattre les incendies. Les chevaux ont d’ailleurs été de précieux alliés jusqu’en 1937.

Les fusions municipales de 2002 ont également amené la fusion de différents services de l’agglomération de Québec. Dès 1993, Québec, Beauport et Charlesbourg avaient regroupé leurs services. Le Service de protection contre l’incendie compte aujourd’hui 515 employés. Depuis 1992, des pompières font partie de l’équipe.

Au fil du temps, 34 pompiers sont morts en devoir. Une cérémonie à leur mémoire a lieu chaque année. Le mot qui revient pour souligner leur travail est courage. Félicitations aux valeureux pompiers pour ces 250 ans et meilleurs vœux pour la suite!

Références :

Réjean Lemoine et Louise Côté, Les maires de Québec depuis 1833. Ville de Québec, 2013.

Alain Grenier, Incendies et pompiers à Québec 1640-2001. Les Éditions GID, 2005.

Site Internet Ville de Québec : www.ville.quebec.qc.ca.

Retour