Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Accueil > Citoyens > Propriété > Arbres, plantes et pelouses > Maladies d'arbres > Agrile du frêne

Agrile du frêne

Présence de l’agrile du frêne sur le territoire de la ville de Québec

Le 10 juillet 2017, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et la Ville de Québec confirmaient publiquement la présence de l’agrile du frêne sur le territoire de la ville de Québec. C’est dans le cadre du programme municipal de détection précoce par écorçage, qu’une larve a été trouvée sous l’écorce d’une des 400 branches prélevées sur des frênes municipaux en 2017. 

L'Agrile du frêne
Source : Ressources naturelles du Canada

Bref historique

L’agrile du frêne est un petit coléoptère originaire d’Asie qui peut ravager des populations entières de frênes sur le continent, car il n’a que très peu ou pas d’ennemis ou de maladies. Observé pour la première fois en Amérique du Nord en 2002, à Détroit et à Windsor. Depuis, l’insecte a détruit des millions de frênes dans le sud-ouest de l'Ontario, au Québec, au Michigan et dans de nombreux États voisins. En juin 2017, le ravageur est présent dans 29 États américains (carte en anglais seulement) (PDF) et 2 provinces canadiennes, l'Ontario et le Québec.

Depuis sa première observation en 2008 dans le sud du Québec à Carignan, l’agrile du frêne continue sa dispersion rapide sur le territoire (zones réglementées à l’égard de l’agrile du frêne). L’insecte est dorénavant bien établi dans la grande région métropolitaine de Montréal. Sa découverte récente à Québec montre sa nette progression vers l’est et constitue à ce jour l’observation la plus à l’est au pays.

Consciente des enjeux environnementaux, sociaux et économiques, la Ville de Québec se prépare depuis 2012 à l’arrivée de l’agrile du frêne et a déjà pris différentes mesures pour limiter les impacts d’une infestation.

Aidez-nous à ne pas disperser l'agrile du frêne

L’agrile ne peut pas voler très loin, mais il peut être propagé par le transport du bois.

Comme citoyen, votre collaboration est essentielle

  • Évitez de transporter du bois de frêne issus de l'abattage ou de l'élagage entre le 31 mars et le 1er octobre.
  • Ne déplacez pas de bois de chauffage de toutes les essences d'arbre, celui-ci étant un des principaux facteurs de dispersion de l'insecte.
  • Si vous désirez planter un arbre sur votre propriété, évitez de choisir un frêne. La Ville a d’ailleurs cessé de planter des frênes sur ses propriétés. Il est avantageux de diversifier notre forêt urbaine. Quel arbre choisir?
  • Collaborez avec la Ville pour identifier de nouveaux foyers d’infestation en apprenant à reconnaître les signes et symptômes de la présence de l’insecte sur un frêne et en adoptant la démarche adéquate si un frêne semble atteint.

Renseignements supplémentaires

Pour en connaître davantage sur l’agrile du frêne, consultez le site Internet de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.