Accueil / Citoyens / Propriété / Arbres, plantes et pelouses / Maladies d'arbres / Maladie hollandaise de l'orme

Propriété

Maladie hollandaise de l'orme

La maladie hollandaise de l’orme (MHO) s’attaque principalement à l’orme d’Amérique, arbre emblème de la Ville de Québec. La maladie est causée par un champignon microscopique transporté principalement par un insecte, le scolyte. Ce champignon se développe dans les vaisseaux conducteurs de la sève l’empêchant de monter jusqu’à la cime.

Modes de propagation

Un orme atteint de la MHO représente un foyer d’infestation qui menace l’ensemble des autres ormes. Le bois issu de l’abattage d’orme en santé ou ayant la maladie peut également jouer un rôle dans la prolifération de la maladie. La propagation de la MHO d’un arbre atteint à un arbre santé peut se faire par :

  • Les scolytes : ces insectes propagent les spores du champignon responsable de la maladie. Ils sont responsables de la plus grande partie de la propagation.
  • Les racines : la propagation peut se faire par greffe racinaire, lorsque les racines d’un orme malade sont soudées à celles d’un orme en santé.
  • Les outils contaminés : les outils de coupe contaminés peuvent propager la maladie chez un orme en santé.

Signes et symptômes

Les feuilles des branches atteintes de la maladie hollandaise se flétrissent, jaunissent, se dessèchent en s’enroulant sur elles-mêmes et finissent par tomber au sol. La progression de la maladie et la mort de l’arbre se font généralement sur un horizon d’un à deux ans.

Programme de lutte contre la MHO

La Ville de Québec a mis en place le premier programme de lutte contre la maladie hollandaise au Canada. Le Programme de lutte contre la MHO de la Ville de Québec est basé sur la détection, l’abattage et l’élimination rapide des arbres atteints afin d’éviter la propagation de la maladie. Le personnel responsable de l’application de ce programme identifie les arbres malades sur l’ensemble du territoire. Il informe les propriétaires d’ormes, fournit les informations sur les façons d’abattre et d’éliminer le bois ainsi que des délais considérant le temps comme facteur déterminant dans la lutte à la MHO. Les efforts conjugués de la Ville et des propriétaires d’ormes du territoire de l’agglomération de Québec permettent de maintenir un taux de mortalité des ormes en deçà de 3 % sur le territoire, un excellent taux considérant le nombre d’ormes et leur proximité.

Nouvelles pratiques

  • Annelage : technique qui implique l’incision de l’écorce et des tissus vivants du tronc de l’arbre sur toute sa circonférence empêchant le déplacement du champignon responsable de la maladie vers les racines. L’annelage réduit les risques de propagation de la maladie par les racines d’un orme malade à un orme en santé. Cette pratique est utilisée seulement sur des ormes atteints de façon incurable de la MHO.
  • Cernage : technique utilisée afin de briser les liens racinaires entre un orme atteint de la maladie hollandaise et un orme en santé. Il consiste à créer une petite tranchée dans le sol entre les deux arbres afin d’éviter la propagation par greffe racinaire. Cette technique est utilisée dans les situations où le champignon responsable de la maladie est déjà présent dans le système racinaire de l’orme infecté afin d’éviter qu’il ne se propage aux ormes voisins.
  • Traitement préventif : Certains ormes sélectionnés en fonction de leur état de santé, de leur structure, de leur diamètre et de leur emplacement sont traités par injection préventive d’un fongicide, l’Arbotect 20-S. Efficace pour une durée de trois ans, ce traitement vise à protéger nos ormes ciblés.

Responsabilités et mesures de soutien pour les propriétaires d’ormes

La MHO demeure une menace sérieuse et persistante, requérant la plus grande vigilance non seulement de la Ville, mais aussi des propriétaires privés. Même si les ormes privés sont régulièrement inspectés par les responsables du Programme de lutte contre la MHO, les propriétaires doivent signaler à la Ville tout orme présentant des symptômes typiques de cette maladie. Lorsque la cime d’un orme est atteinte à plus de 10 % et que les symptômes ne sont pas localisés dans un pourcentage réduit et bien défini de la cime, l’élagage des parties atteintes devient inutile et l’abattage est requis. Signalez un orme atteint de la MHO à la Ville, en communiquant avec le personnel du 311.

La Ville de Québec offre un programme de soutien à l’abattage des ormes atteints de façon incurable de la MHO. Ce programme couvre une partie des frais reliés à l’abattage et à l’élimination du bois d’orme. En aucun cas, les propriétaires ne peuvent utiliser le bois d’orme comme bois de chauffage puisqu’il peut être responsable de la propagation de la maladie.