Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Accueil > Citoyens > Propriété > Riverains > Lutte aux cyanobactéries et au myriophylle à épis

Riverains - Lutte aux cyanobactéries et au myriophylle à épis

Cyanobactéries ou algues bleu-vert

Les cyanobactéries sont des micro-organismes qui peuvent se reproduire rapidement pour former des colonies denses. On parle alors d’une floraison nommée « fleur d’eau » d’une couleur bleu-vert qui est visible à la surface de l’eau.

Il existe différentes espèces de cyanobactéries dont certaines produisent des toxines pouvant être dangereuses pour la santé.

La concentration de phosphore est le principal facteur conduisant à la prolifération des cyanobactéries. Le phosphore stimule en effet la croissance des plantes et des algues en les nourrissant.

Quelles sont les sources de phosphore?

  • les engrais fertilisants naturels ou synthétiques pour les pelouses et les jardins;
  • les installations septiques et les rejets d’eaux usées;
  • les sédiments transportés par l’érosion des sols.

Comment réduire vos apports en phosphore dans l’environnement?

Pour en savoir davantage, consultez le dépliant « Les cyanobactéries et le phosphore, comprendre pour mieux agir » ou la section Algues bleu-vert du site Internet du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Pour signaler la présence de cyanobactéries dans la région de Québec, composez le 418 644-8844 (ministère du Développement durable, Environnement et Luttre contre les changements climatiques).

Myriophylle à épis


Source : Wikipedia

Plante aquatique envahissante, le myriophylle à épis peut atteindre plusieurs mètres de hauteur. Il se reproduit principalement par fragmentation végétative (bouturage). Chacune des tiges peut facilement produire une vingtaine de nouveaux plants.

Le myriophylle à épis est souvent problématique dans les lacs et cours d’eau, où il nuit aux usages comme la baignade et la promenade en embarcation motorisée.

Pour s’en débarrasser, le myriophylle doit être déraciné complètement. Le couper s’avère la pire des solutions. Il s’agit aussi de limiter sa prolifération en s’attaquant aux conditions favorables à sa croissance. Pour ce faire, il faut :

  • éliminer l’apport d’engrais sur les pelouses qui, par ruissellement, se retrouvent dans le lac;
  • bien entretenir sa fosse septique;
  • planter des arbres et arbustes afin de créer de l’ombre;
  • laver son embarcation le plus souvent possible pour éviter de propager la plante ailleurs dans le lac ou dans un autre plan d’eau.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.