Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Archives > Blogue #ArchivesVDQ > Les années où l’on «marchait sur les eaux»…

Les années où l’on «marchait sur les eaux»…

(9 votes ) 7 mars 2017

Avant la construction du premier pont reliant Lévis et Québec en 1917, les habitants étaient nombreux à attendre avec impatience le gel du fleuve Saint-Laurent. C’est que la formation du fameux pont de glace en dépendait! Cette structure glacée permettait aux résidents de passer d’une rive à l’autre en traversant le fleuve à pied. Son épaisseur variait de trois à six mètres. Toutefois, selon les aléas de Dame Nature, sa conservation était loin d’être assurée!

Les Lévisiens, désireux de contrer leur isolement, n’hésitaient pas à s’aventurer sur les eaux à travers les blocs de glace avec des canots d’écorce. Ces derniers ont rapidement été remplacés par des embarcations de type pirogue. Certains d’entre eux faisaient même de cette activité leur gagne-pain en offrant leur service de canotier au public. Cependant, le nombre grandissant de canots à glace présents sur le fleuve menaçait la tenue du pont de glace, si bien que certaines mesures ont dû être adoptées en 1865 pour le protéger. Le dernier pont de glace construit s’est brisé au printemps 1898. Et ce fut la fin de l’époque où l’on marchait sur les eaux!

- Julie Turmel

Commentaire (0)
Trier par

Aucun commentaire. Soyez le premier à ajouter un commentaire

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.