Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Archives > Pages d'histoire > Colisée

Colisée

Le 15 mars 1949, le premier Colisée de Québec, construit en 1930, est entièrement ravagé par un incendie. Alors qu'il y a encore de la fumée qui s'échappe du Colisée détruit par les flammes, le maire Lucien Borne annonce sur le champ que le Colisée sera reconstruit, un édifice moderne deux fois plus vaste que le premier, qui comptera 10 000 places. Il faut rapidement un domicile pour les deux principales équipes de hockey de Québec, les Citadelles de la Ligue junior du Québec et les As de la Ligue de hockey senior du Québec. Dès le 24 mai suivant, la première pelletée de terre est soulevée. Le 15 décembre, neuf mois jour pour jour après l'incendie, le nouveau Colisée est inauguré à l'occasion d'un match amical entre les As et les Citadelles de Québec. La cérémonie est présidée par l'archevêque de Québec, Mgr Maurice Roy, qui bénit les lieux. Dans les faits, les travaux ne sont pas encore complétés, avec notamment les sièges qui ne sont pas tous installés et les vestiaires qui ne sont pas encore en service. Le 1er match officiel a lieu le 16 décembre, alors que les Citadelles de Québec affrontent les Reds de Trois-Rivières. A l'époque, le Colisée, avec ses 10 000 places, dépasse même le Forum de Montréal et ses 9600 places. Le coût total de la construction est d'environ 4 millions de dollars. Le 26 avril 1951, une foule record de 16 806 personnes assiste à un match de la Coupe Memorial entre les Citadelles de Québec et les Flyers de Barrie.

Le Colisée devient le domicile de l'équipe des Nordiques de Québec, équipe d'une nouvelle ligue professionnelle de hockey, l'Association Mondiale de hockey (AMH), qui voit le jour en 1972. Le 26 mai 1977, l'équipe remporte sur la patinoire du Colisée la Coupe Avco, trophée emblématique de l'AMH, en défaisant les Jets de Winnipeg en finale. Dans les années 1970, la ville refuse des projets d'agrandissement du Colisée. Les Nordiques accèdent à la Ligue nationale de hockey en 1979 et y disputent leur premier match dans la LNH le 10 octobre face aux Flames d'Atlanta. Pour le passage de l'équipe à la LNH, le Colisée est finalement agrandi. Le 18 janvier 1981, un Colisée modernisé qui compte plus de 15 000 places est inauguré, avec notamment l'ajout d'un balcon et d'une galerie de presse. Il est désormais plus facile d'y présenter d'autres sports ainsi que des spectacles. L'agrandissement nécessite 1600 tonnes d'acier et le coût est d'environ 20 millions de dollars. Il sera le domicile des Nordiques jusqu'à leur départ au Colorado en 1995. En novembre 1999, il devient le Colisée Pepsi.

Plusieurs bannières suspendues au plafond du Colisée rendent hommage à des joueurs ayant marqué l'histoire du hockey à Québec et ayant évolué dans l'amphithéâtre : Jean Béliveau avec les As (1951-1953), Guy Lafleur avec les Remparts (1968-1971), puis Jean-Claude Tremblay (1972-1979), Marc Tardif (1974-1983), Michel Goulet (1979-1995) et Peter Stastny (1980-1990) avec les Nordiques.

Il a été le domicile de plusieurs équipes à travers le temps : Citadelles (Ligue junior du Québec), As (Ligue sénior du Québec, Ligue de hockey du Québec, Ligue américaine de hockey), Remparts (LHJMQ), Nordiques (AMH et LNH), Rafales (Ligue internationale de hockey) et Citadelles (Ligue américaine de hockey).

Sources

  • Banque de renseignements des archives de la Ville de Québec
  • Cantin, Philippe. Le Colisée contre le Forum : mon histoire du hockey. Tome 1. Montréal, La Presse, 2012
  • Clairoux, Benoît. Les Nordiques de Québec, toute l'histoire de 1972 à 1995. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 2001

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.