Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Archives > Pages d'histoire > Édifice Price

Édifice Price

Achevé en 1930, l’édifice Price est le premier gratte-ciel digne de ce nom à Québec. Avec comme seules rivales la tour centrale du Château Frontenac et celle de l’hôtel du Parlement, l’immeuble a dominé le paysage de la haute ville pendant près de 40 ans.

Sur le modèle des gratte-ciel new-yorkais

En 1927, les frères John Herbert et Arthur Clifford Price décident d’ériger sur le promontoire de Québec le siège social de leur compagnie d’exploitation forestière et de transformation du bois. Ils retiennent les services des architectes montréalais Ross et MacDonald, connus pour avoir réalisé plusieurs immeubles de prestige, notamment le Dominion Square Building à Montréal et l’hôtel Royal York à Toronto. La pierre angulaire est posée le 29 octobre 1929. Au moment de son inauguration, Québec et la compagnie ressentent durement les effets de la Crise économique.

Implanté sur un terrain étroit de quelque 24 m, l’édifice s’élance à une hauteur de 82 m. Sur le modèle des gratte-ciel new-yorkais, il adopte la forme d’une ziggourat, temple pyramidal à degrés. Ce retrait progressif des volumes allège la silhouette du bâtiment, dont le profil demeure imposant.

Le symbole d’une grande compagnie forestière

Le revêtement en pierre calcaire de Saint-Marc-des-Carrières et de Queenston cache une ossature d’acier recouverte de dalles de béton armé. Une telle structure, nouvelle à Québec, permet de dégager l’espace intérieur du bâtiment dont les étages sont libres de supports.

Sur le plan formel, les architectes optent pour une ornementation de style Art déco, afin de symboliser le modernisme de l’entreprise. La façade est agrémentée de pilastres, de pinacles en feuilles de palmier et de médaillons sculptés de têtes d’Amérindiens et de motifs floraux. Les longs piliers ininterrompus et le retrait des fenêtres accentuent la verticalité de l’édifice. Le haut toit en cuivre rappelle discrètement celui de la tour centrale du Château Frontenac, avec lequel il partage le ciel de Québec.

Le hall d’entrée sert de vitrine à l’entreprise fondée en 1816 par William Price. Un portail monumental, doté de grandes portes de bronze, donne accès au rez-de-chaussée. À l’intérieur, le plafond à caissons, rehaussé de feuilles d’or, est éclairé par des lustres de verre dépoli. Les murs en travertin poli sont décorés de bas-reliefs représentant les diverses étapes de la transformation du bois en papier. Les ornements Art déco sont enrichis de motifs inspirés de la forêt, notamment des cônes de pin. Au 14e étage, la suite présidentielle est lambrissée de bois de chêne et d’acajou.

Réalisé au coût d’un million $, l’édifice est doté des plus récentes innovations techniques de son époque : enveloppe non autoportante détachée de la charpente d’acier, climatisation, réseau de conduites d’eau réfrigérée alimentant tous les étages et contrôle automatique du chauffage et de l’humidité.

Un fleuron de l’architecture québécoise

La Ville de Québec achète le bâtiment en 1983. Par la suite, la Société immobilière Trans-Québec, une filiale de la Caisse de dépôt et placement, s’en porte acquéreur. D’importantes restaurations, rénovations et transformations sont entreprises jusqu’en 2005. L’appartement de fonction du premier ministre du Québec est aménagé dans la partie supérieure du bâtiment. Un 17e étage habitable est ainsi ajouté aux 16 niveaux d’origine, sans modifier l’apparence extérieure de l’édifice. En 2001, la restauration est confiée aux architectes Régis Côté et associés, qui remportent de nombreux prix pour la qualité de leur intervention sur un édifice historique, notamment le TOBY pour l’édifice de l’année au concours BOMA-Canada 2002.

Par son architecture unique, l’édifice Price s’impose dans le patrimoine bâti de Québec. En 2008, la Commission de la capitale nationale procède à sa mise en lumière, à l’occasion du 400e anniversaire de fondation de la ville de Québec. L’utilisation d’une technologie aux diodes électroluminescentes, respectant les principes du développement durable, constitue une première canadienne. D’abord symbole d’une compagnie forestière, l’édifice Price demeure un fleuron architectural de Québec.

Sources

SITQ. Fiche technique. Édifice Price : historique (PDF). Consulté le 11 mars 2009 sur le site de la SITQ – Caisse de dépôt et placement du Québec.

Édifice Price. Consulté le 11 mars 2009 sur le site du ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine du Québec.

La mise en lumière de l’édifice Price. Consulté le 11 mars 2009 sur le site de la Commission de la capitale nationale du Québec.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.