Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Culture

Accueil > Culture et patrimoine > Culture > Art public > Répertoire des oeuvres d'art public > Secteur n˚10 - Saint-Sacrement

Secteur n˚10 - Saint-Sacrement

Monument en hommage à Marguerite Bourgeoys / Marguerite Bourgeoys L'arbre de la connaissance Les trois allégories Signes et repères L'envolée L'arbre-école - Hommage à Marguerite-Bourgeoys S'enraciner pour mieux s'envoler Suspendre le vol du temps
201
Suspendre le vol du temps

Suspendre le vol du temps

Danielle April

1997

Cégep François-Xavier-Garneau, pavillon Jean-Baptiste-Cloutier (édifice A), 1660, boulevard de l'Entente

Différents matériaux et couleurs s’agencent dans cette œuvre murale pour illustrer la course du temps et le cycle des saisons. Des lettres taillées dans le métal et gravées dans la pierre composent une phrase de Platon.


202
S’enraciner pour mieux s’envoler

S’enraciner pour mieux s’envoler

Stéphane Langlois

2007

Bibliothèque Collège-des-Jésuites, 1120, boulevard René-Lévesque Ouest

Cette sculpture en forme de livre ouvert, semblable à un oiseau déployant ses ailes, symbolise l’ouverture au monde et la liberté que procurent la lecture et l’éducation. Au centre de la « couverture », des masques rattachés les uns aux autres représentent des gens de toutes les générations, qu’ils soient déjà inscrits dans l’histoire ou en train de l’écrire.


203
L’arbre-école – Hommage à Marguerite-Bourgeoys

L’arbre-école – Hommage à Marguerite-Bourgeoys

Claire Lamarre

2006

Place Marguerite-Bourgeoys, 1430, chemin Sainte-Foy

Marguerite Bourgeoys, arrivée en Nouvelle-France en 1653, est la première institutrice de la colonie et la fondatrice de la congrégation de Notre-Dame. La sculpture qui lui est dédiée prend la forme d’un arbre qui abrite une école, figurant à la fois l’enracinement dans le milieu et l’épanouissement par l’apprentissage.


204
L’envolée

L’envolée

Helga Schlitter

2015

Parc Saint-Sacrement, 1360, boulevard de l’Entente

Incarnant le rassemblement et la fraternité, cette sculpture se compose de tiges d’aluminium réunies de façon à figurer un arbre. Posés sur ses branches, des papillons de verre coloré, prêts à l’envol, rappellent ce merveilleux et fragile symbole de nos étés.


205
Signes et repères

Signes et repères

Pierre Leblanc

2013

900, avenue Joffre

Cette sculpture a été réalisée pour les 100 ans de l’institut Saint-Joseph, fondé par les Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier en 1913. Elle prend la forme d’un pupitre surmontant un pilier, symbole de la pérennité de la congrégation née en France en 1650. Coffre de voyage, motif de dentelle, sabots rappellent le quotidien des religieuses, tandis que l’arbre incarne la croissance et la transmission des savoirs.


206
Les trois allégories

Les trois allégories

Clément Paré

1958

Pavillon Jean-Baptiste-Cloutier, 1660, boulevard de l’Entente

Trois personnages tiennent dans leurs mains une feuille d’érable, un livre ouvert et une croix, emblèmes respectifs de la Patrie, de la Connaissance et de la Foi. L’œuvre a été dévoilée lors de l’inauguration de l’École normale Laval, vouée à la formation des maîtres jusqu’en 1970 et devenue aujourd’hui un pavillon du cégep Garneau.


207
L’arbre de la connaissance

L’arbre de la connaissance

Roland Poulin

1995

En face du pavillon Irma-Levasseur, 1620, boulevard de l’Entente

Au croisement des sentiers empruntés chaque jour par les élèves du cégep Garneau, cette sculpture fait penser aux anciennes croix de chemin. La nature du lieu ainsi qu’une réflexion sur la matière et l’esprit ont servi de sources d’inspiration. Objet de contemplation, l’œuvre reprend en quelque sorte l’éternelle interrogation : « Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous? ».

Photo : © Succession Roland Poulin / SODRAC (2016)


208
Monument en hommage à Marguerite Bourgeoys

Monument en hommage à Marguerite Bourgeoys

Jules Lasalle

2002

1615, chemin Sainte-Foy

Fondatrice de la congrégation de Notre-Dame en 1670, Marguerite Bourgeoys est représentée en mouvement, les bras ouverts dans un geste d’accueil. L’œuvre reflète l’énergie et la bienveillance de cette femme, dont les traits et le costume ont été inspirés par un portrait peint après sa mort, en 1700. Le sculpteur a réalisé une œuvre similaire dans le Vieux-Montréal.







Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.