Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Culture

Accueil > Culture et patrimoine > Culture > Art public > Répertoire des oeuvres d'art public > Secteur n˚6 - Saint-Roch

Secteur n˚6 - Saint-Roch

Mission accomplie Attracteurs- Parcours interactif Attracteurs- Parcours interactif Habitats fauniques Habitats fauniques Habitats fauniques Monument aux Braves de la guerre des Boers Classe buissonnière Être rivière Suivre son cours Table-flamme  Traversée sans retour Compassion Hommage à une sphère Monument Wilfrid-Laurier L’étranger Monument Horatio-Walker Monument Alfred-Pellan L’atopie textuelle L’œil Le doute La chute de mots Le jour La falaise apprivoisée Buste d’Oscar-Gilbert Monument René-Richard Les cônes d’Abraham Escalier de la Chapelle Benjo la grenouille Sans titre (vue fragmentaire) Lumières Le frai Chevelure perdue Heure de pointe
116
le frai

Le frai

Florent Cousineau

2001

Stationnement Odéon, 685, rue Sainte-Marguerite

Cette murale évoque la remontée des rivières qu’effectue le saumon pour aller frayer, symbole de vitalité et d’endurance. Elle se veut un hommage aux anciens habitants du quartier chinois, aujourd’hui disparu, mais dont l’esprit demeure présent dans le nouvel aménagement urbain.

Photo : © Marion Gotti


117
Chevelure perdue

Chevelure perdue

Florent Cousineau

2002

Stationnement Odéon, 685, rue Sainte-Marguerite

Cette série de tableaux comprend des éléments végétaux faisant référence à l’îlot Fleurie, un projet d’aménagement qui a permis à la nature de reprendre sa place dans le paysage de béton. Elle honore aussi les Chinois du Nord, qui cultivent le blé depuis des temps immémoriaux, et les artistes qui ont réalisé des œuvres dans cet ancien quartier chinois.

Photo : © Marion Gotti


118
Heure de pointe

Heure de pointe

Florent Cousineau

2002

Stationnement Odéon, 685, rue Sainte-Marguerite

L’œuvre rappelle non sans humour l’espace de stationnement utilisé pendant longtemps par la clientèle des grands magasins de Saint-Roch. Revampé, il sert aujourd’hui aux travailleurs d’entreprises technologiques.

Photo : © Marion Gotti


119
Lumières

Lumières

Roger Gaudreau

2007

Édifice TÉLUQ, 575, rue De Sainte-Hélène et 455, rue du Parvis

L’œuvre met en présence un bloc erratique et un banc en forme de parenthèse. La pierre ovale est scindée en deux parties entre lesquelles s’insère une plaque de verre. Cette brèche lumineuse symbolise la connaissance et les nouvelles technologies de communication. Le titre fait allusion aumouvement intellectuel et philosophique qui a marqué l’Europe au 18e siècle, dit le Siècle des lumières.


120
Sans titre

Sans titre (vue fragmentaire)

Paul Lacroix

1960

Édifice Lafayette, 585, boulevard Charest Est

Cette murale en céramique aux formes géométriques irrégulières emprunte la couleur bleue des tabliers des serveuses du restaurant Le Lafayette, qui occupait le rez-de-chaussée de l’édifice dans les années 1960. L’artiste a conçu dans le même esprit une murale intérieure.

Photo : © Paul Lacroix / SODRAC (2015)


121
Benjo la grenouille

Benjo la grenouille

Stéphanie Marcon

2004

Emplacement : 543, rue Saint-Joseph Est

« Caresse mon bedon / Prononce mon nom / Regarde-moi dans les yeux / Fais un vœu! » C’est ainsi que la mascotte de bronze d’un magasin de jouets interpelle le passant.


122
Escalier de la Chapelle

Escalier de la Chapelle

Lucienne Cornet

1995

Complexe Méduse, 541, rue De Saint-Vallier Est

Le mur en béton est semé de motifs de racines et de fossiles rappelant l’espace naturel où l’escalier a été implanté. Plus haut, on distingue le visage d’une femme aux cheveux semblables à des racines entremêlées : c’est Méduse, créature mythologique qui a donné son nom à la coopérative artistique voisine. Sur le toit-terrasse adjacent, des tiges de métal s’entrecroisent telles des branches d’arbre ou s’échappent pour former de grands arceaux.


123
Les cônes d'Abraham

Les cônes d'Abraham

Denis Farley et Pierre Fournier

1995

501, côte d’Abraham

Sur les toits du complexe Méduse, des cônes pointent dans toutes les directions à la manière de girouettes. Ils transmettent l’idée de mouvement, d’énergie et de diversité, rappel des orientations multiples de cette coopérative artistique, culturelle et communautaire.


124
Monument René-Richard

Monument René-Richard

Alain Gourdon

1998

Jardin Jean-Paul-L'Allier

René Richard, peintre québécois d’origine suisse, est renommé pour ses paysages du Grand Nord et de Charlevoix, qu’il a peints dans des tons vibrants, avec une grande expressivité. Son buste surmonte un piédestal auquel est intégrée une reproduction du tableau Retour des chasseurs à la rivière George, Ungava, exécuté en 1949.


125
Buste d'Oscar Gilbert

Buste d'Oscar Gilbert

Félix Benneteau-Desgrois

2006

390, rue De Saint-Vallier Est

Le sculpteur français Félix Benneteau-Desgrois a réalisé ce buste en bronze de l’homme d’affaires Oscar Gilbert, propriétaire des quotidiens Le Soleil et L’Événement-Journal de 1948 à 1967. L’œuvre est installée sur l’un des murs de l’édifice où Le Soleil avait anciennement ses locaux.


126
La falaise apprivoisée

La falaise apprivoisée

Artistes : Florent Cousineau et Gamache et Martin, architectes

2006

325 à 365, rue De Saint-Vallier Est

Cette œuvre tout en ondulations qui flamboie sous la lumière du jour est le fruit d’une étroite collaboration entre l’artiste et l’architecte. Tous deux ont tiré parti de la forme irrégulière du terrain pour magnifier la falaise avec une véritable œuvre d’intégration, une « archi-sculpture », selon l’expression de l’artiste.

Photo : © Yvan Binet


127
Le jour

Le jour

Paryse Martin et Jean-François Fillion

1995

275, rue De Saint-Vallier Est

D’inspiration baroque, des hauts-reliefs fortement texturés tranchent sur le gris de la pierre et décorent la porte maintenant condamnée.


128
La chute de mots

La chute de mots

Florent Cousineau

2001

330, rue De Saint-Vallier Est

L’immense murale de lattes d’aluminium revêt tout un pan de l’édifice qui a logé pendant près de 75 ans le quotidien Le Soleil. Les mots d’un poème de Lisanne Nadeau s’y inscrivent pour dire le paysage urbain, le fleuve, une ville à rêver. Ainsi le passé s’unit au futur, représenté par le Centre des technologies de l’information, l’occupant actuel des lieux.


129
Le doute

Le doute

Florent Cousineau et les Ateliers du roulement à billes

2000

332 à 340, rue De Sainte-Hélène

Aux plafonds des balcons des Ateliers du roulement à billes, la surface bétonnée est parcourue de motifs de poissons accompagnés de l’inscription « Plus ils cherchent plus ils doutent ». Une allusion à l’activité créatrice régnant dans l’immeuble qui abrite des ateliers-résidences et des locaux de l’École des arts visuels.

Photo : © Marion Gotti


130
L’œil

L’œil

Florent Cousineau et les Ateliers du roulement à billes

2000

332 à 340, rue De Sainte-Hélène

Pour la façade sud des Ateliers du roulement à billes, dont la forme arrondie et la texture rappellent une ruche, l’artiste a imaginé une oeuvre très subtile : une fente étroite en acier brillant est logée dans un renflement de la structure; par cet « oeil entrouvert », un éclairage intégré projette au sol un halo de lumière qui surprend le passant le soir venu.


131
L'atopie textuelle

L’atopie textuelle

Alain-Martin Richard, concepteur, Martin Mainguy, collaborateur, Collectif Les causes perdues

2000

Place de l’Université-du-Québec

Un poème a été gravé sur quatre panneaux d’aluminium qu’on a ensuite percés de 476 trous, libérant autant de pièces circulaires, chacune avec un fragment de texte et une adresse URL. Remises à des participants, les pièces passent de main en main et leur trajet peut être suivi sur le Web. Après avoir circulé dans le monde, les pièces seront réinsérées pour que le poème, petit à petit, soit reconstitué.


132
Monument Alfred Pellan

Monument Alfred Pellan

Alain Gourdon

1999

Jardin Jean-Paul-L'Allier

Le peintre québécois Alfred Pellan (1906-1988), l’un des précurseurs de la modernité artistique au Québec, a développé un style très personnel, à la croisée de l’art fauve, cubiste et surréaliste. Le monument élevé à sa mémoire se trouve près de la rue De Sainte-Hélène, dans le quartier même qui a vu naître l’artiste. Une reproduction du tableau Bestiaire no 23, daté de 1981, orne le piédestal.


133
Monument Alfred Pellan

Monument Horatio-Walker

Jan Stohl

2004

Jardin Jean-Paul-L'Allier

Horatio Walker, né en Ontario, compte parmi les peintres paysagistes canadiens les plus en vue des premières décennies du 20e siècle. Établi à l’île d’Orléans, il s’attache à peindre la vie rurale québécoise tout en la sublimant, à la manière de l’école de Barbizon, en France. On peut voir sur le piédestal une reproduction de son tableau Noce canadienne, réalisé en 1930.


134
L'étranger

L'étranger

Marc-Antoine Côté

2014

130, boulevard Charest Est

Cette sculpture qui faisait partie d’un ensemble de trois se dresse maintenant seule, hors de la galerie d’art, son cadre d’origine. Elle prend alors une tout autre signification : celle de l’étranger, en équilibre précaire dans un autre milieu. Pourtant, la sculpture appelle au rapprochement en révélant en partie son intimité, sa structure intérieure.


135
Monument Wilfrid-Laurier

Monument Wilfrid-Laurier

Artistes : Émile Brunet et André Gilbert

1954

Boulevard Langelier

La statue de sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada de 1896 à 1911, est une réplique de celle qui a été érigée en 1953 au square Dorchester, à Montréal. Premier francophone à diriger le Canada, Laurier s’est employé à mettre en œuvre des politiques nationales favorisant le respect mutuel entre les différentes cultures.


136
Hommage à une sphère

Hommage à une sphère

Armand Robitaille

1992

Angle du boulevard Charest Est et de la rue Monseigneur-Gauvreau

Hommage à la nature et à la terre, une haute structure conique faite de poteaux de bois supporte une sphère d’aluminium géante.


137
Compassion (monument des communautés religieuses hospitalières de Québec)

Compassion (monument des communautés religieuses hospitalières de Québec)

Chanh Trung Truong

2006

260, boulevard Langelier

Illustrant la mission fondamentale des communautés hospitalières, cette sculpture met en scène une religieuse qui tend les bras vers un vieillard soutenu par un religieux agenouillé. La compassion, symbolisée par la croix, imprègne les traits du visage et l’attitude des deux personnages qui semblent prendre sur eux la souffrance de leur protégé.


138
Traversée sans retour

Traversée sans retour

Pascale Archambault

2001

Cimetière de l’Hôpital-Général

Le monument honore la mémoire des victimes de la guerre de Sept Ans. Deux personnages agrippés l’un à l’autre, représentant des combattants, émergent de monolithes de calcaire semblables à des murs fracassés. L’artiste a voulu illustrer « l’entraide et le réconfort dans le malheur partagé ainsi que l’égalité de tous devant la mort ».


139
Table-flamme

Table-flamme

Jean-Pierre Morin

1990

7, rue Robert-Rumilly

Deux modules en équilibre instable figurent les tensions qui opposent l’être humain et la nature. Évocation de la vie et de la spiritualité, la flamme jaillit du sol pour soulever une table triangulaire qui, elle, renvoie à la raison et à l’architecture.


140
Suivre son cours

Suivre son cours

Caroline Gagné

2009

Parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles

Cette sculpture-banc en béton côtoie un frêne dont elle reproduit le tronc à un moment de sa croissance. Elle le fige dans le temps tandis que le modèle vivant, tout près, continue de se développer au gré des saisons. Le marcheur se trouve ainsi en présence de différentes temporalités : la rivière qui suit son cours, le frêne qui croît d’année en année, la pause bienvenue au milieu de la promenade.


141
Être rivière

Être rivière

Luce Pelletier

2008

Parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles

Inspirée par la rivière Saint-Charles et son écosystème, l’artiste a donné la forme d’un poisson à cette sculpture-banc en aluminium. L’agencement des pleins et des vides à la manière d’une arête de même que les lignes courbes qui figurent l’ondoiement d’un cours d’eau font écho à la vie aquatique et au milieu naturel dans lequel l’œuvre s’insère.


142
Classe buissonnière

Classe buissonnière

Ludovic Boney

2008

Parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles

Non loin du pont Dorchester, neuf chaises-pupitres stylisées, en bois et acier, créent une salle de classe virtuelle conviant le passant à une halte ludique.


143
Le Roi du fleuve

Le Roi du fleuve

Luce Pelletier

2014

Parc John-Munn

Membrures, arêtes et ondulations composent cette sculpture inspirée de la charpente d’un voilier, qui elle-même fait penser à l’ossature d’un poisson. Avec sa figure de proue en silhouette, le Roi du fleuve semble accoster à l’entrée du parc. Le titre reprend le surnom donné au John Munn, premier bateau à vapeur à sillonner le Saint-Laurent au 19e siècle, époque des grands chantiers navals.


144
145
146
Habitats fauniques

Habitats fauniques

Chanh Trung Truong

2008

Parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles

Depuis la renaturalisation des berges, plusieurs espèces d’oiseaux fréquentent la rivière Saint-Charles, comme le Goéland à bec cerclé, le Martin pêcheur et le Canard noir. Le sculpteur les a représentés de façon stylisée, chacun perché sur un ancien fût de lampadaire. Les bronzes de sept autres oiseaux, signés par le même artiste, jalonnent également la rivière dans Limoilou et Vanier.


147
Attracteurs – Parcours interactif

Attracteurs – Parcours interactif

André Du Bois

2015

Jardin Jean-Paul-L'Allier – Parvis de l’église de Saint-Roch

Les Attracteurs forment un ensemble de 36 sculptures, étranges créatures à la silhouette gracile, toutes uniques. Regroupées par trois ou par cinq, près de la moitié sont interactives. En les approchant, on pourra les voir « s’allumer » et murmurer des sons insolites, comme venus du sol même.


148
Attracteurs – Parcours interactif

Mission accomplie

Chanh Trung Truong

2016

Boulevard Langelier

Cette sculpture d’un pompier tenant deux enfants dans ses bras exprime la fragilité de la vie, mais aussi la sagesse et la confiance acquises à travers la souffrance. Réalisée à l’occasion des Jeux mondiaux des policiers et pompiers tenus à Québec en 2005, l’œuvre a été intégrée au mémorial créé en 2016 sur le boulevard Langelier. Ce lieu de mémoire rend hommage aux pompiers morts en service et rappelle les terribles incendies qui ont ravagé la ville.







Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.