Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Jean-Baptiste > Points d'intérêt > Grand Théâtre

Grand Théâtre

Vidéos    Témoignages    Images anciennes    Art public

Moteur de la diffusion des arts de la scène à Québec

En 1963, dans l’élan de la Révolution tranquille qui propulse le Québec en avant, le premier ministre veut doter la capitale d’une grande salle de spectacle moderne. Le projet aboutit en 1971 avec l’inauguration du Grand Théâtre, qui jouera un rôle clé dans le développement artistique de Québec. La monumentale murale de Jordi Bonet qui orne son foyer principal fera l’objet d’une vive controverse.

Développer les arts de la scène

Au début des années 1960, la province de Québec est en pleine effervescence. La capitale suit l’exemple de Montréal où la Place des Arts, première grande salle de concert de la province, sera bientôt prête. Le Grand Théâtre de Québec sera le second maillon d’un nouveau réseau prestigieux de salles de spectacle. Parmi ces nouvelles infrastructures, le Grand Théâtre servira de fer de lance au bouillonnement culturel qui gagne la capitale.

Un concours d’architecture

Au terme d’un concours, le jury composé d’experts internationaux sélectionne le projet de Victor Prus, architecte montréalais d’origine polonaise qui conçoit des bâtiments mariant style et fonction. Sa proposition se distingue par une intégration réussie des deux salles et du conservatoire prévus, dans le peu d’espace disponible à l’endroit choisi, dans un secteur de Québec qu’on se presse de moderniser.

La grande salle de plus de 1 800 places occupera l’étage supérieur et l’auditorium de 500 places logera au sous-sol, sous la première, tandis que le conservatoire de musique sera juxtaposé aux salles et réparti sur deux paliers souterrains ceinturant une cour encaissée. De l’extérieur, l’édifice présentera quatre façades identiques en béton armé, aux lignes sobres, agrémentées par de larges verrières.

Les travaux de construction commencent en 1967 pour se terminer en 1971.

Une murale exceptionnelle

Les arts visuels et la littérature font partie du projet. Des poèmes du jeune auteur Claude Péloquin sont intégrés à l’immense murale qui recouvre trois murs du foyer principal, sur toute la hauteur du bâtiment. L’artiste québécois d’origine catalane Jordi Bonet réalise cette œuvre en trois mois d’intense production, sans esquisse ni étude préparatoire, tellement son inspiration est vive.

Des éléments figuratifs et abstraits, certains gravés, d’autres modelés en bas ou haut-relief, composent ce triptyque qui explore les thèmes de la mort, de l’espace et de la liberté. Le spectateur ne peut jamais saisir l’œuvre en entier et doit en explorer les multiples facettes en déambulant autour du foyer. Lors de l’inauguration, les invités sont soufflés par la puissance de ce chef-d’œuvre d’art mural.

Les mots de la controverse

Une phrase iconoclaste intégrée à cette murale déclenche immédiatement la controverse : « Vous êtes pas écœurés de mourir, bande de caves? C’est assez! » Ce cri du cœur lancé en faveur de la vie dans une période de revendication idéaliste de la jeunesse provoque une levée de boucliers. Une pétition de 8000 noms est acheminée au ministre des Affaires culturelles qui avait tenté, en vain, de faire retirer la phrase avant l’inauguration. S’ensuit un débat public animé sur la liberté d’expression dans les arts, dont Jordi Bonet et Claude Péloquin sortiront vainqueurs, puisque l’œuvre n’a pas été altérée.

Mission accomplie

Le Grand Théâtre remplira à merveille sa mission. Il fera rayonner les arts de la scène à Québec et contribuera à stimuler la vie artistique dans toute la province. La nouvelle compagnie de théâtre Le Trident occupe dès l’ouverture la petite salle Octave-Crémazie et y présente depuis des pièces de répertoire et des créations originales. L’Orchestre symphonique de Québec élit également domicile dès l’ouverture dans la grande salle Louis-Fréchette. Le Club musical puis l’Opéra de Québec l’y rejoindront.

Bon an mal an, près de 300 spectacles animent chaque année le Grand Théâtre : musique classique, rock, jazz, chanson populaire, humour, magie, théâtre, événements spéciaux... Le Conservatoire de musique n’est pas en reste : il y forme toujours de nombreux étudiants.

Contenus reliés au point d'intérêt

Vidéo

Luthier du quartier

La lutherie est un art où le savoir-faire occupe une place déterminante. Guillaume Schönau nous fait part de ce qui les incite, lui et son équipe, à créer des instruments d’exception fabriqués avec passion dans le respect de la tradition. Leur atelier, bien implanté dans le quartier, est connu et fréquenté par les musiciens professionnels de la région.


Témoignage

Huguette Bonet : Jordi Bonet et la murale du Grand Théâtre

Huguette Bonet : Jordi Bonet et la murale du Grand Théâtre

Réalisée au tournant des années 1970, la murale du Grand Théâtre de Québec est l’œuvre de l’artiste d’origine catalane Jordi Bonet, arrivé au Québec en 1954. Son épouse raconte l’état d’esprit qui animait l’artiste au moment de la création de cette œuvre magistrale, dont l’un des éléments a suscité une vive controverse.


Images anciennes


Art public

Dispute philosophique

Lewis Pagé

1972

269, boulevard René-Lévesque Est

Sur le terrain du Grand Théâtre, trois sages assis en cercle semblent en pleine discussion. Mais l’atmosphère est au calme et à la réflexion plus qu’à la dispute. Fidèle à sa manière minimaliste, Lewis Pagé a exprimé en quelques traits bien accusés la profondeur de l’esprit humain.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.