Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Jean-Baptiste > Points d'intérêt > Rue Sainte-Claire

Rue Sainte-Claire

Images anciennes

Projet conjoint de voie partagée

La rue Sainte-Claire est une voie de circulation piétonnière privilégiée entre la haute et la basse-ville de Québec depuis 1855. Le projet d’usage partagé qui y a été réalisé récemment a pour but de favoriser les déplacements sécuritaires des piétons au milieu du trafic automobile très dense au centre-ville. La Ville de Québec et le Comité populaire du quartier Saint-Jean-Baptiste ont été les premiers à le partager.

Un flot de travailleurs

Au 19e siècle, un grand nombre d’artisans et d’ouvriers s’établissent dans le faubourg Saint-Jean. Plusieurs d’entre eux travaillent en basse-ville, d’abord dans les chantiers navals de la rivière Saint-Charles, puis dans les manufactures qui se multiplient juste en bas du cap. Pour faciliter leurs déplacements, la Ville construit des escaliers. Celui du Faubourg relie la rue Sainte-Claire en haute-ville à la rue de la Couronne en basse-ville. Depuis, la rue Sainte-Claire draine un important afflux de piétons.

Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à préférer la rue Sainte-Claire aux rues voisines Deligny ou Sainte-Geneviève pour se déplacer entre la rue Saint-Jean et les artères adjacentes du quartier, ou pour franchir le cap qui sépare la haute et la basse-ville par l’escalier ou l’ascenseur du Faubourg. C’est pourquoi la Ville de Québec et le Comité populaire de Saint-Jean-Baptiste ont proposé tour à tour d’y appliquer le concept de rue partagée.

Priorité aux piétons

Depuis les années 1960, en Europe et au Japon, plusieurs villes ont voulu sécuriser les déplacements piétonniers et améliorer la qualité de vie des zones urbaines densément peuplées, où l’accroissement du trafic automobile bouscule le confort et la sécurité des piétons. Diverses formules ont été adoptées qui, toutes, ont en commun de limiter le nombre et la vitesse des automobiles circulant dans ces rues dites partagées, afin de redonner la priorité aux piétons. Bien sûr, les cyclistes y trouvent aussi leur compte.

Une vision commune

Dans deux documents déposés en 1998 et 2001, la Ville de Québec prévoit diverses mesures pour favoriser les déplacements des piétons dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Elle identifie alors la rue Sainte-Claire comme un endroit prioritaire où intervenir, mais le projet met du temps à se concrétiser.

La vitalité bien connue de l’action citoyenne dans Saint-Jean-Baptiste contribuera à faire bouger les choses. À compter de 2005, sous le titre «  Rue partagée dans le faubourg », le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste fait la promotion d’un projet pilote. L’année suivante, il consulte les résidents de la rue Sainte-Claire et recueille leur appui, ainsi que celui du conseil de quartier. Puis il fait la promotion de son projet en animant la rue et en adressant une pétition au conseil d’arrondissement qui, à son tour, appuie le projet.

De 2008 à 2010, la Ville de Québec peaufine le projet en consultant à son tour les résidents, pendant que le Comité populaire poursuit son action pour en orienter et en accélérer la réalisation.

Circuler en paix

Au bout du compte, le projet de rue partagée voit le jour en 2012-2013. Celui-ci fait le pont entre les attentes et les intérêts divergents des piétons, cyclistes et automobilistes, jeunes et moins jeunes, célibataires, couples et familles avec enfants, qui utilisent cette voie de circulation de façon différente. Pavage, réaménagement des trottoirs, aménagement paysager et signalisation nouvelle enjolivent la rue et signalent à tous sa fonction mixte, encourageant les divers usagers à se respecter mutuellement et à partager cette voie passante dans l’harmonie.

Contenus reliés au point d'intérêt

Images anciennes

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.