Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Roch > Points d'intérêt > Église de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier

Église de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier

Visite virtuelle   Images anciennes   Épigraphes

Une histoire singulière

L’église de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier était d’abord une chapelle privée utilisée par une congrégation de pieux laïcs vénérant la Sainte Vierge. Puis une entente a permis d’y accueillir le trop-plein de fidèles de la paroisse de Saint-Roch, avant de l’élever au rang d’église paroissiale en 1901. Aujourd’hui fermée au culte, cette église au « clocher penché » a le même décor intérieur depuis 1889, l’un des plus anciens de Québec.

Une église pas comme les autres

L’histoire de l’église de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier est singulière, comme en témoigne aujourd’hui la présence exclusive d’une coopérative d’organismes culturels et communautaires dans ses murs. Son « clocher penché » construit en 1875 n’est pas la moindre de ses caractéristiques distinctives.

Une chapelle en l’honneur de la Vierge

En 1851, des laïcs formant la Congrégation des hommes de la basse-ville de Québec se font bâtir une chapelle pour propager la dévotion à la Vierge Marie. L’architecte chargé du projet, Raphaël Giroux, s’inspire de l’apparence extérieure de la chapelle des Jésuites située rue D’Auteuil, à la haute-ville.

Le décor intérieur d’une grande simplicité est semblable à celui qu’on retrouve alors à l’église de Saint-Roch, dessiné par le même architecte. Le chœur est orné d’un retable en forme d’arc de triomphe et deux galeries imposantes bordent la nef centrale.

Une succursale de Saint-Roch

Comme la population du quartier Saint-Roch ne cesse de croître, la Congrégation de la basse-ville accepte que sa chapelle serve de desserte à l’église paroissiale. Elle échappera « miraculeusement » au grand incendie de 1866 qui, une fois encore, emporte une grande partie du quartier.

Dans les années suivantes, la croissance démographique est si forte dans Saint-Roch qu’on doit agrandir la chapelle. Les travaux extérieurs sont menés rondement mais il faudra 14 ans de plus pour terminer le décor intérieur. Resté intact depuis la fin des travaux, en 1889, il s’agit de l’un des intérieurs d’église les plus anciens et les plus authentiques à Québec.

Une nouvelle paroisse

La paroisse de Saint-Roch est scindée en deux au tournant du 20e siècle. La chapelle de la Congrégation acquiert à ce moment le statut d’église de la nouvelle paroisse de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier. Cette dénomination témoigne de l’intérêt que porte alors la population pour le « découvreur » du Canada et les autres héros de l’histoire nationale.

Le clocher penché

C’est en 1940 que l’on consolide enfin le fameux clocher penché qui inquiétait depuis longtemps les paroissiens. On en profite pour rafraîchir la peinture intérieure et installer de nouveaux bancs. Depuis, tant le clocher que le surnom de l’église sont demeurés bien en place.

Point d’ancrage de la communauté

Les années récentes ont vu le nombre de fidèles décliner constamment à l’église de Notre-Dame-de-Jacques-Cartier. En 1998, un siècle après en avoir été séparée, la paroisse est de nouveau rattachée à celle de Saint-Roch. Puis l’église est désacralisée à la fin de 2012. Aujourd’hui, des organismes culturels et des groupes communautaires y louent des locaux, perpétuant ainsi le rôle de soutien social longtemps joué par le clergé.

Contenus reliés au point d'intérêt

Visite virtuelle

Église Jacques-Cartier

Église Jacques-Cartier

Ce bel espace a longtemps animé la vie religieuse du quartier. Aujourd'hui, avec l'Espace Hypérion, c'est la vie culturelle de Saint-Roch qui s'en trouve enrichie.


Images anciennes


Autres sujets reliés au point d'intérêt

RAYMOND, Thomas

RAYMOND, Thomas

Épigraphe
Épigraphe

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.