Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Roch > Points d'intérêt > Jardin de Saint-Roch

Jardin de Saint-Roch

Témoignage   Artefact   Images anciennes   Art public   Plaque commémorative

Un projet fertile en retombées

Après une longue période de déclin, le quartier Saint-Roch a du mal à retrouver la voie du succès. En 1993, la réalisation du jardin de Saint-Roch marque un point tournant dans ce processus. Désormais, la stratégie de relance adoptée par la Ville de Québec va porter ses fruits. Embellir le quartier, miser davantage sur la qualité de vie, faire appel à la créativité, ces valeurs s’expriment dans ce parc urbain et vont essaimer tout autour.

Une initiative audacieuse

Au début des années 1990, très peu de gens croyaient à la pertinence d’aménager ce jardin d’ornement en plein cœur d’un quartier dégradé, en proie à la criminalité. Plusieurs redoutaient le vandalisme et craignaient que ce ne soit un coup d’épée dans l’eau. Au contraire, l’impact du jardin de Saint-Roch a été déterminant.

L’effort d’embellissement qui se manifestait clairement dans le jardin témoignait de la volonté de la Ville de respecter la population de Saint-Roch, qui s’est montrée solidaire de l’initiative municipale. Le jardin redonnait estime et fierté au quartier et le reconnectait à sa grandeur passée.

Première étape d’une stratégie cohérente

Une cascade, des plantes ornementales et de beaux lampadaires ne suffisaient pas à remettre le quartier sur les rails, mais ils faisaient partie d’un plan réfléchi qui conférait au jardin de Saint-Roch un rôle précis et cohérent.

Tout près du parc, les rénovations et la reconversion du complexe Méduse et de la manufacture Dominion Corset, ainsi que la revitalisation de la rue Saint-Joseph, ont consolidé son effet structurant. Au cours des années 1990, le jardin a attiré plusieurs nouveaux immeubles autour de son périmètre, qui illustrent les quatre axes jugés prioritaires dans la relance de Saint-Roch.

La vocation du quartier

Le premier, l’axe habitation, est visible rue du Parvis, où l’on trouve l’un des nombreux immeubles en copropriété qui ont été construits ou réaménagés récemment dans le quartier. L’axe éducation se manifeste aussi rue du Parvis, à l’angle du boulevard Charest, où l’École nationale d’administration publique du Québec s’est établie en force, à côté du siège social de l’Université du Québec et de sa composante TÉLUQ, l’université à distance. L’INRS s’est installé en face, près d’une partie de l’École des arts visuels de l’Université Laval et de la Maison des métiers d’art de Québec. L’axe des arts est bien sûr représenté par le complexe Méduse, rue De Saint-Vallier. Il est le plus important centre d’artistes du quartier, mais bien d’autres ont répondu depuis à l’invitation de la Ville qui voulait attirer les artistes et leurs ateliers dans Saint-Roch. Enfin, l’axe des nouvelles technologies est évident au coin de la rue de la Couronne et du boulevard Charest, avec l’implantation de CGI et d’Ubisoft, deux des nombreuses entreprises de nouvelles technologies de l’information et des communications qui ont choisi Saint-Roch pour se développer.

Vraiment, ce jardin est au centre de la renaissance du quartier Saint-Roch.

Contenus reliés au point d'intérêt

Témoignage

Réjean Lemoine : le parc Saint-Roch

Réjean Lemoine : le parc Saint-Roch

Construire un parc pour redonner vie à un quartier... Ils étaient plusieurs à douter que le Jardin de Saint-Roch favoriserait la relance du centre-ville. Toutefois, vingt ans plus tard, l'idée a fait ses preuves.


Artefacts

Objets du quotidien

Objets du quotidien

Objets trouvés sur le site du jardin de Saint-Roch. Collections archéologiques de la ville de Québec.


Images anciennes


Art public

L'atopie textuelle

Alain-Martin Richard, concepteur, Martin Mainguy, collaborateur, Collectif Les causes perdues

2000

Place de l’Université-du-Québec

Un poème a été gravé sur quatre panneaux d’aluminium qu’on a ensuite percés de 476 trous, libérant autant de pièces circulaires, chacune avec un fragment de texte et une adresse URL. Remises à des participants, les pièces passent de main en main et leur trajet peut être suivi sur le Web. Après avoir circulé dans le monde, les pièces seront réinsérées pour que le poème, petit à petit, soit reconstitué.

Lumières

Roger Gaudreau

2007

Édifice TÉLUQ, 575, rue De Sainte-Hélène et 455, rue du Parvis

L’œuvre met en présence un bloc erratique et un banc en forme de parenthèse. La pierre ovale est scindée en deux parties entre lesquelles s’insère une plaque de verre. Cette brèche lumineuse symbolise la connaissance et les nouvelles technologies de communication. Le titre fait allusion aumouvement intellectuel et philosophique qui a marqué l’Europe au 18e siècle, dit le Siècle des lumières.

Monument René-Richard

Alain Gourdon

1998

Jardin Jean-Paul-L'Allier

René Richard, peintre québécois d’origine suisse, est renommé pour ses paysages du Grand Nord et de Charlevoix, qu’il a peints dans des tons vibrants, avec une grande expressivité. Son buste surmonte un piédestal auquel est intégrée une reproduction du tableau Retour des chasseurs à la rivière George, Ungava, exécuté en 1949.

Monument Horatio-Walker

Jan Stohl

2004

Jardin Jean-Paul-L'Allier

Horatio Walker, né en Ontario, compte parmi les peintres paysagistes canadiens les plus en vue des premières décennies du 20e siècle. Établi à l’île d’Orléans, il s’attache à peindre la vie rurale québécoise tout en la sublimant, à la manière de l’école de Barbizon, en France. On peut voir sur le piédestal une reproduction de son tableau Noce canadienne, réalisé en 1930.

Monument Alfred Pellan

Alain Gourdon

1999

Jardin Jean-Paul-L'Allier

Le peintre québécois Alfred Pellan (1906-1988), l’un des précurseurs de la modernité artistique au Québec, a développé un style très personnel, à la croisée de l’art fauve, cubiste et surréaliste. Le monument élevé à sa mémoire se trouve près de la rue De Sainte-Hélène, dans le quartier même qui a vu naître l’artiste. Une reproduction du tableau Bestiaire no 23, daté de 1981, orne le piédestal.


Autre sujet relié au point d'intérêt

Jardin Saint-Roch

Jardin Saint-Roch

Plaque commémorative
Plaque commémorative

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.