Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Roch > Points d'intérêt > Le Soleil et la presse écrite à Québec

Le Soleil et la presse écrite à Québec

Témoignage   Images anciennes   Art public   Épigraphe

Deux siècles de nouvelles

Depuis la publication du premier journal du Canada dans le Vieux-Québec, en 1764, tous les quotidiens s’installent à la haute-ville. Le journal Le Soleil est le premier à s’établir dans le quartier Saint-Roch en 1928. Il occupe les mêmes locaux de la rue De Saint-Vallier jusqu’en 1994, change de quartier pendant dix ans, puis revient dans Saint-Roch. Fondé en 1896, il illustre le rôle de la presse écrite à Québec.

Information et groupes d’intérêt

Dès leur création, les journaux ont principalement pour fonction de promouvoir le point de vue des partis politiques, du clergé ou du monde des affaires. En 1900, à Québec, on compte trois quotidiens de langue française et trois de langue anglaise. Ils s’adressent principalement à l’élite instruite.

À cette époque, plusieurs journaux effectuent un virage populaire. Désormais, ils seront vendus dans les kiosques à journaux et à la criée, dans les rues, à toute la population. Les nouvelles et les gros titres spectaculaires prendront une grande importance, ainsi que la publicité.

Naissance du journal Le Soleil

Le Soleil naît d’une manœuvre de diversion du journal L’Électeur créé en 1882, qui est associé au Parti libéral du Québec. En 1896, il est si vertement critiqué par le clergé que la direction décide de changer de nom. Le Soleil paraît donc pour la première fois le 27 décembre 1896, sans aucun changement à l’équipe de rédaction ni au contenu.

Quelques années plus tard, Le Soleil prend le virage populaire. Un exemplaire se vend alors un cent. Il devient le plus important quotidien de la province à l’extérieur de Montréal en 1913, avec un tirage de 20 000 exemplaires par jour, alors que la population de Québec est évaluée à 70 000 personnes.

De 1903 à 1927, l’actionnaire principal est Simon-Napoléon Parent, maire de Québec et premier ministre du Québec, membre du Parti libéral. Le Soleil joue aussi un rôle important dans les débats politiques municipaux. Son principal concurrent, le journal L’Action catholique, fondé en 1907 et dirigé par le clergé, tire à 12 000 exemplaires par jour en 1913.

Un aperçu du contenu

L’Action catholique informe avant tout ses lecteurs sur l’actualité religieuse : messages de l’évêque, discours du pape, activités paroissiales. Il couvre aussi les évènements municipaux, nationaux et internationaux. De son côté, le contenu du Soleil ressemble déjà à celui d’aujourd’hui : actualité municipale, évènements nationaux et internationaux, faits divers, annonces classées, rubriques nécrologiques et publicités. Il est la principale source d’information sur la vie à Québec et dans la région.

Parmi les nombreuses nouvelles qui font la première page, certaines sont entrées dans la mémoire collective. En 1907 et 1916, à deux reprises, le pont de Québec en construction s’écroule dans le fleuve, entraînant la mort de 88 travailleurs. En 1918, des militaires canadiens tirent à la mitrailleuse sur des résidents de Québec qui manifestent contre la conscription; bilan : 4 morts et 70 blessés. En 1969, Le Soleil publie une déclaration affirmant son « indépendance politique et reconnaissant la liberté de presse et le droit à l’information dans le respect des droits individuels », une première au Québec.

Le Soleil à l’avant-garde

Le Soleil est souvent à l’avant-garde des transformations qui marquent la presse depuis 50 ans. En 1968, il est le premier journal du Québec à adopter la photocomposition. Adieu les matrices au plomb ! En 1977, une grève épique de dix mois portant sur des enjeux cruciaux menace l’existence même du quotidien. En 1994, la nouvelle présentation graphique primée à l’international accompagne la transformation informatique complète du journal et la formation du personnel à cette nouvelle technologie.

Aujourd’hui, Le Soleil relève les nouveaux défis du numérique qui bouleverse la presse écrite du monde entier comme jamais.

Contenus reliés au point d'intérêt

Témoignage

Irénée Barbeau : les grandes familles du Soleil

Irénée Barbeau : les grandes familles du Soleil

Irénée Barbeau fait partie d'une famille d'employés qui a marqué l'histoire du journal Le Soleil. Il a bien connu l'époque où appartenir à ce « clan » comportait un certain prestige.


Images anciennes


Art public

Buste d'Oscar-Gilbert

Félix Benneteau-Desgrois

2006

390, rue De Saint-Vallier Est

Le sculpteur français Félix Benneteau-Desgrois a réalisé ce buste en bronze de l’homme d’affaires Oscar Gilbert, propriétaire des quotidiens Le Soleil et L’Événement-Journal de 1948 à 1967. L’œuvre est installée sur l’un des murs de l’édifice où Le Soleil avait anciennement ses locaux.

La chute des mots

Florent Cousineau

2001

330, rue De Saint-Vallier Est

L’immense murale de lattes d’aluminium revêt tout un pan de l’édifice qui a logé pendant près de 75 ans le quotidien Le Soleil. Les mots d’un poème de Lisanne Nadeau s’y inscrivent pour dire le paysage urbain, le fleuve, une ville à rêver. Ainsi le passé s’unit au futur, représenté par le Centre des technologies de l’information, l’occupant actuel des lieux.


Autre sujet relié au point d'intérêt

CARREL, James

CARREL, James

Épigraphe
Épigraphe

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.