Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Saint-Roch > Points d'intérêt > Théâtre Impérial

Théâtre Impérial

Images anciennes

Les débuts du cinéma à Québec

Cette prestigieuse façade d’un autre temps rappelle qu’au début du 20e siècle, le cinéma proposait aux spectateurs un rêve extraordinaire : celui de changer de vie en compagnie des stars pour seulement quelques sous. Québec prend rapidement sa place dans ce nouveau courant continental. Cette grande salle aux allures luxueuses, d’abord nommée Palais Royal, ouvre ses portes en 1911. Au fil du temps, elle devra miser sur d’autres attraits.

Une invention magique

Le cinéma fait son apparition à la fin du 19e siècle. La première grande chaîne de salles de cinéma se met en place aux États-Unis à partir de 1905. Ce sont les Nickelodeons. Pour cinq sous, n’importe qui peut s’asseoir dans ces salles aux devantures fastueuses et rêver qu’il devient quelqu’un d’autre. Le cinéma est un divertissement d’abord intégré à des spectacles de variétés.

Le cinéma à Québec

Les premiers films projetés à Québec en 1898 visent deux publics : les anglophones aisés de la haute-ville et les francophones des classes ouvrières de la basse-ville. Rue Saint-Joseph, les spectacles de vaudeville présentés aux halles Jacques-Cartier sont les premiers à intégrer de courts films muets. Ils meublent les entractes et facilitent les transitions entre les sketches.

Un divertissement de plus en plus populaire

Des musiciens et un bonimenteur accompagnent en direct ces courts films muets. Mais dans les années 1920, dix ans à peine après l’ouverture du Palais Royal, les longs métrages mettant en vedette des stars hollywoodiennes sont devenus la norme. L’engouement populaire est considérable.

Le cinéma remplace alors le théâtre de variétés dans les grandes salles de la rue Saint-Joseph, qui est tout indiquée pour recevoir ce nouveau type de divertissement, avec ses grands magasins, ses nombreux lieux de divertissement et son style américain. Après tout, elle est l’artère moderne par excellence à Québec.

Les films parlants

L’Impérial est le premier cinéma à présenter des films parlants à Québec. Quatorze mois après la projection du premier film entièrement sonore aux États-Unis, l’Impérial inaugure ses nouvelles installations à la fine pointe de la technologie, en septembre 1929.

La façade actuelle date de cette période, plus précisément de 1933, car il a fallu reconstruire l’Impérial après l’incendie qui a ravagé ses nouvelles installations. Cette façade reflète le rêve qu’offre plus que jamais le cinéma en cette période de crise économique, dans une salle agrandie pouvant accueillir 980 personnes.

Les deux autres cinémas de la rue Saint-Joseph sont le Princesse de 800 places, situé tout près d’ici, du même propriétaire, et le Pigalle qui occupait l’emplacement de l’actuel Théâtre de la Bordée, au 315. Ces trois salles sont alors les plus fréquentées de Québec.

Déclin et renaissance

Avec le déclin démographique et l’appauvrissement du quartier Saint-Roch, l’Impérial doit réorienter sa programmation pour survivre. Relancé sous le nom de Midi-Minuit, il présente des films pornographiques dans les années 1970 et 1980. Le bâtiment abandonné est restauré avec soin au milieu des années 1990, puis rouvert comme salle de spectacle.

Contenu relié au point d'intérêt

Image ancienne

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.