Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Vieux-Québec > Points d'intérêt > Maison François-Jacquet-Dit-Langevin

Maison François-Jacquet-Dit-Langevin

Vidéos   Images anciennes   Plaques commémoratives

L’une des plus anciennes

La maison François-Jacquet-Dit-Langevin est l’une des plus anciennes maisons du Québec. Sa construction remonte à la fin du 17e siècle. Elle compte aussi parmi les toutes premières résidences particulières construites dans la haute-ville de Québec. Peu transformée au fil des ans, elle constitue un précieux témoignage de l’architecture résidentielle au Régime français. Aujourd’hui, elle porte la marque du plus célèbre de ses propriétaires.

Une des premières familles de la haute-ville

Vers 1675, la majorité des habitants de Québec réside en basse-ville, près du fleuve. Les communautés religieuses et les pouvoirs civil et militaire se partagent les terres de la haute-ville. Mais l’exiguïté des terrains situés au pied du cap Diamant oblige bientôt ces grands propriétaires à concéder des lots en haute-ville pour accommoder la population croissante. 

C’est le cas de ce terrain octroyé par les Ursulines au maître couvreur François Jacquet dit Langevin en 1674. L’année suivante, il se bâtit une maison en bois, puis vers 1690, la reconstruit en pierre de taille.

Inspiration française

La maison Jacquet se compose aujourd’hui de deux corps de logis, dont le plus ancien remonte à 1690 et se trouve en retrait de la rue. La maison d’origine était plus près de la voie publique, mais le tracé de la rue Saint-Louis a été modifié depuis.

Ce carré de maison original est l’un des rares à avoir conservé les caractéristiques propres à l’architecture résidentielle urbaine de la Nouvelle-France, malgré les rénovations et les agrandissements successifs qu’on y a apportés. Cette maison est encore marquée par la tradition française, mais comporte déjà des adaptations aux conditions d’ici. (La maison canadienne, pleinement adaptée à nos matériaux et à notre climat, se généralisera à la fin du 18e siècle.)

Adaptation canadienne

La maison Jacquet est de dimensions restreintes et donc facile à chauffer. Ses murs sont très épais. Son toit aigu à deux versants, orné de lucarnes, accumule très peu de neige. Ses fenêtres à battants sont dotées de petits carreaux faciles à importer de France sans les casser. Cette habitation d’un étage et demi comprend aussi une petite cave où l’on entreposait les légumes pendant l’hiver, ainsi qu’un grenier où l’on rangeait les céréales et les légumineuses (surtout blé et pois). À l’intérieur, les plafonds à poutres apparentes et les armoires encastrées dans les murs sont d’inspiration française.

À l’origine, cette propriété comportait une cour équipée de tout ce qui était nécessaire à la vie quotidienne : une écurie, un hangar à bois de chauffage, un potager, des latrines et un puits. Ce dernier était essentiel car le fleuve était trop éloigné pour s’y approvisionner en eau potable. 

Besoin d’espace

Au tournant du 19e siècle, la maison d’origine est devenue trop étroite au goût des occupants. Ils construisent une annexe en 1795 et y installent un grand âtre de cuisine. Un second corps de logis sera bâti une vingtaine d’années plus tard. Cet ajout ne comportera d’abord qu’un étage et demi, comme la première maison, puis sera exhaussé d’un étage. Ces modifications confèrent à la maison son apparence actuelle, typique du 19e siècle.

Écho d’un propriétaire célèbre

En 1815, la maison passe aux mains de Philippe Aubert de Gaspé, qui est avocat et seigneur de Saint-Jean-Port-Joli. Il l’acquiert dans une transaction qui ressemble fort à de la spéculation immobilière, car il la revendra à profit l’année suivante sans jamais l’avoir habitée.

Plusieurs années plus tard, Philippe Aubert de Gaspé publiera un livre important dans l’histoire littéraire du Québec, Les Anciens Canadiens, un roman historique à saveur nationaliste dont l’action se déroule dans les années 1750. Le nom du restaurant qui occupe depuis 1966 la maison Jacquet-Dit-Langevin est directement inspiré de cette œuvre. 

Contenus reliés au point d'intérêt

Vidéo

Aux Anciens Canadiens

Aux Anciens Canadiens

René Martin, entrepreneur et artisan, présente le métier de Aux Anciens Canadiens-couvreur que lui a inculqué son père. Pour lui et son équipe, la fierté du travail bien fait va de pair avec le respect de l'authenticité des toitures en métal du Vieux-Québec. 


Images anciennes


Autre sujet relié au point d'intérêt

Maison Jacquet

Maison Jacquet

Plaque commémorative
Plaque commémorative

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.