Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Vieux-Québec > Points d'intérêt > Marché du Vieux-Port

Marché du Vieux-Port

Images anciennes

Héritier d’une longue tradition

De nombreux producteurs et artisans de la grande région de Québec vendent leurs produits frais ou transformés au marché du Vieux-Port : fruits et légumes, viandes et poissons, fromages et vins, sirop d’érable, pâtisseries et autres. Quelques commerçants y tiennent aussi boutique. Ce marché animé en toute saison atteint des sommets d’abondance et de popularité à l’automne et dans la période précédant Noël. Il est l’héritier d’une longue tradition.

Les indispensables marchés d’autrefois

Jusqu’au début du 20e siècle, l’approvisionnement en lait, œufs, viande, fruits et légumes frais dépend des marchés que fréquentent les producteurs des environs. À l’époque de la Nouvelle-France, certains citadins louent une vache pour avoir du lait frais en permanence; d’autres élèvent des porcs ou des poules dans leur cour arrière. Mais cette pratique disparaît au 19e siècle et les marchés de produits frais deviennent absolument indispensables.

À proximité de l’eau

La plupart des produits de consommation arrivent alors à Québec par bateau. C’est pourquoi les marchés publics sont souvent situés près du fleuve. C’est le cas du « marché au foin » de la rue Saint-Paul, qui occupait un emplacement voisin du marché du Vieux-Port actuel, sur les rives de la rivière Saint-Charles.

Ce marché spécialisé ouvre ses étals en 1829 pour dégager les autres marchés de la ville des marchandises encombrantes comme le foin, le bois et les bestiaux. Il est très fréquenté car le foin sert à nourrir les chevaux qui sont la force motrice de tous les transports de la ville : voitures pour les passagers et charrettes pour les marchandises. Le remblayage des berges pour accueillir le train et la gare causera sa fermeture en 1883.

Le marché Saint-Roch

Le véritable ancêtre du Marché du Vieux-Port est celui qui s’implante sur la place Jacques-Cartier, dans Saint-Roch, au milieu du 19e siècle. Il doit quitter cet emplacement central lorsque les halles Jacques-Cartier sont détruites par un incendie en 1910. Le marché Saint-Roch est alors relocalisé sur les rives de la rivière Saint-Charles, près du pont Drouin, où il demeure jusqu’en 1977. Il prendra place ensuite derrière la gare du Palais, puis dans le parc Victoria, avant d’occuper le site actuel à partir de 1987.

Évolution des marchés

Les commerces de proximité tels qu’épiceries et boucheries de quartier remplaceront la plupart des marchés publics au 20e siècle. Seul le marché de Saint-Roch demeure au centre-ville.

Les marchés publics jouent maintenant un rôle bien différent de celui d’autrefois. La plupart des gens s’approvisionnent dans les épiceries géantes que sont les supermarchés, alors que les marchés traditionnels attirent des clients qui recherchent les produits locaux frais du jour et apprécient le contact direct avec l’agriculteur ou l’artisan.

Plaisir des sens

Le Marché du Vieux-Port profite de cet engouement pour les produits du terroir, les achats locaux, les produits frais et le contact personnel avec les producteurs. Il est de plus en plus vivant et offre à sa clientèle une expérience chaleureuse et authentique. Son réputé Marché de Noël attire notamment les foules qui y trouvent des cadeaux gourmands bien de chez nous, dans une ambiance festive et colorée.

Contenus reliés au point d'intérêt

Images anciennes

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.