Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Vieux-Québec > Points d'intérêt > Parc du Cavalier-du-Moulin

Parc du Cavalier-du-Moulin

Plaques commémoratives

Racines militaires d’une oasis de paix

Cette paisible oasis de verdure au coeur du Vieux-Québec est le seul vestige des premières fortifications françaises érigées au 17e siècle. C’est pourquoi on y trouve des canons. Il est situé sur un monticule rocheux offrant une défense naturelle, appelé mont Carmel, d’où le nom de la rue menant ici. Quant au moulin et au cavalier, ils ne font qu’un et renvoient au moulin à vent qu’on trouvait ici.

Aux quatre vents

Avant qu’on construise les nombreux bâtiments historiques que vous pouvez admirer depuis ce promontoire du Vieux-Québec, Simon Denys de la Trinité trouvait l’endroit parfait pour y bâtir un moulin à vent. Cette butte rocheuse appelée mont Carmel était exposée aux quatre vents et située alors aux limites de la ville.

De moulin à cavalier

Lors du siège de Québec, en 1690, le gouverneur Frontenac fait fortifier à la hâte le mont Carmel. Trois ans plus tard, il consolide cette première fortification de terre et de bois en faisant construire une muraille de pierre autour du moulin, qui devient alors le « cavalier » du bastion Saint-Louis. En langage militaire de l’époque, un cavalier est un amas de terre dont la plateforme supérieure reçoit une batterie de canons. À vrai dire, les canons étaient posés sur le sol, comme actuellement, et le moulin complétait la muraille défensive un peu comme la tour d’un château.

De la guerre à la paix

La position du bastion Saint-Louis est abandonnée au début du 18e siècle quand les Français déplacent les fortifications de Québec à l’endroit qu’elles occupent aujourd’hui. Le moulin sera démoli à la fin du Régime français.

Après la Conquête, le gouvernement colonial britannique devient propriétaire de ce terrain nommé Cavalier-du-Moulin. Il y fait construire divers petits bâtiments, dont la maison du colonel Darling, grand amateur de vin, laquelle sera la proie des flammes en 1844. C’est précisément de cette période que date la muraille restaurée que l’on voit aujourd’hui. Elle a été refaite pour éviter qu’elle ne s’écroule. Le terrain sera ensuite loué à divers particuliers.

L’aménagement d’un parc urbain

Le gouvernement du Québec acquiert le Cavalier-du-Moulin et la maison voisine en 1962. Il procède peu après à la consolidation du mur de pierre. Lors de ces travaux, les archéologues découvrent une partie des contreforts massifs érigés en 1693, qui se trouvent sous ce recouvrement de pierre datant du 19e siècle.

Depuis les années 1980, le parc du Cavalier-du-Moulin est une oasis de paix et de verdure connue et appréciée d’un petit nombre de résidents et de touristes curieux. Vous faites maintenant partie des initiés. 

Contenus reliés au point d'intérêt

Cavalier du moulin

Cavalier du moulin

Plaque commémorative
Plaque commémorative

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.