Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Interprétation > Découvrir Québec > Vieux-Québec > Points d'intérêt > Place de la Gare

Place de la Gare

Témoignages   Artefacts   Images anciennes   Art public   Plaques commémoratives

De multiples points d’intérêt

La place de la Gare accueille les voyageurs qui arrivent par train ou par autobus au centre-ville de Québec. Plusieurs résidents de la ville viennent aussi s’y ressourcer, près de la puissante fontaine, à l’ombre de la gare du Palais dont l’architecture rappelle les racines françaises de Québec. Il y a quelques années, le réaménagement de cette place a révélé des secrets enfouis de notre histoire.

La nouvelle gare du Palais

Le 10 août 1916, le Canadien Pacifique et deux autres compagnies ferroviaires inaugurent conjointement un nouvel édifice de leur vaste réseau : la gare Union, qui sera plus tard renommée gare du Palais. Elle remplace trois anciens terminus de Québec devenus désuets. Henri-Edgar Lavigueur, alors maire de la ville, se fait fort de souligner cet évènement majeur pour l’avenir économique de Québec. Car la gare, située près du port, favorisera le transit des marchandises vers le reste du pays. On espère aussi que son prestige et son modernisme donneront un nouveau souffle au quartier et stimuleront la construction d’hôtels pour accueillir de nombreux voyageurs. 

Un château moderne

Pour la nouvelle gare, les trois compagnies misent sur une architecture de prestige semblable à celle du Château Frontenac, l’hôtel que le Canadien Pacifique exploite depuis quelques années. On commande donc un édifice monumental de style château de la Loire, d’inspiration française, dont le style a rapidement fait la renommée du principal hôtel de Québec.

Sous ses apparences de palais de la Renaissance se cache une gare moderne et fonctionnelle. Son plan en L permet à plusieurs trains d’entrer en gare en même temps. On y a installé les plus récentes commodités sanitaires et les technologies de pointe de la télégraphie et de la téléphonie. À l’intérieur, les grands arcs d’acier qui soutiennent la structure servent en même temps d’éléments décoratifs résolument modernes. De plus, une baie vitrée de 12 mètres de hauteur procure un abondant éclairage naturel dans le vaste hall d’entrée.

Le présent rencontre le passé

Presque un siècle plus tard, en 1998, la place de la Gare a été entièrement réaménagée pour le 390e anniversaire de la ville, afin de contribuer à la relance des activités touristiques dans ce secteur. Les fouilles archéologiques menées à la faveur de cette cure de jeunesse ont permis de mettre au jour les vestiges de l’ancien chantier naval du roi, établi à cet endroit à l’époque de la Nouvelle-France. Les archéologues ont alors découvert l’épave d’un navire datant du 18e siècle et les fondations des halles du marché Saint-Paul, qu’une première gare ferroviaire avait recouvertes en 1875.

Deux œuvres d’art

Deux œuvres d’art public ornent la place de la Gare. La sculpture-fontaine centrale, intitulée Éclatement II, est l’œuvre de Charles Daudelin, un maître de la sculpture abstraite qui cherche à marier mouvement, volume et matière. Il s’inspire ici de la puissance de l’eau pour faire un clin d’œil au patrimoine hydroélectrique du Québec. Il fait aussi écho à son œuvre de la place du Québec à Paris, intitulée Embâcle, en soulignant les liens qui unissent ces deux capitales de la francophonie d’Amérique et d’Europe. 

La seconde œuvre, de Michel Goulet, s’intitule Rêver le Nouveau Monde. Elle se compose de 40 chaises sur lesquelles sont gravés des textes d’auteurs québécois, du 19e siècle à nos jours. Ces textes disent nos rêves, notre identité, notre histoire. Pour Michel Goulet, le thème des chaises évoque le partage, la communauté, le transitoire. Un peu comme un train que vous prenez pour quelques heures. La chaise vous appartient le temps que vous vous y assoyez, puis elle appartient à quelqu’un d’autre. 

Contenus reliés au point d'intérêt

Témoignage

Roland Lachance: le départ des soldats

Roland Lachance: le départ des soldats

Durant la Seconde Guerre mondiale, la gare du Palais était le théâtre des adieux émouvants que les soldats qui partaient combattre au front faisaient à leur famille.


Artefact

Cosses de cordage

Cosses de cordage

1739-1748. Artefact du chantier naval royal. Trouvées sur le site de la gare. Collections archéologiques de la Ville de Québec.


Images anciennes


Art public

Éclatement II

Charles Daudelin

1998

Place Jean-Pelletier

Cette sculpture-fontaine spectaculaire évoque la puissance de l’eau comme source d’énergie et de développement. L’eau jaillit entre de grandes plaques de métal qui semblent projetées vers le ciel par la force de l’élément naturel, rappelant le soulèvement des plaques tectoniques. Cette énergie qu’engendre le chaos, une fois canalisée par le génie humain, devient l’instrument du progrès.

Invitation au voyage

Artistes : Maurice Savoie, concepteur, et Louis Barrette, artisan

2008

Angle des rues Saint-Paul et John-Goudie

Cette voiture fantaisiste aux formes arrondies et aux couleurs vives semble tout droit sortie de l’imagination d’un enfant. Trois passagers y prennent place, leur valise déposée à l’arrière. Le moteur est constitué d’un ingénieux assemblage de pièces authentiques. L’œuvre est un don de CAA-Québec.

Monument pour une feuille

Jean-Pierre Morin

1991

333, boulevard Jean-Lesage

Une feuille recourbée en acier poli, qui rappelle aussi une flamme, enveloppe le sommet d’un imposant socle aux lignes épurées. La sculpture très architecturée allie différentes finitions pour mieux accrocher la lumière.

Rêver le nouveau monde

Michel Goulet

2008

Place Jean-Pelletier

Quarante chaises disposées deux à deux jalonnent l’allée piétonne. Elles sont marquées d’extraits de poèmes écrits par quarante auteurs québécois de différentes époques. Ils « disent, le temps d’une pause, ce que nous avons été, ce que nous sommes et le bonheur de la rencontre ». Le parcours dresse ainsi un portrait de société depuis les origines de la ville jusqu’à nos jours. L’œuvre est un donde la Ville de Montréal.


Autres sujets reliés au point d'intérêt

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.