Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Toponymie - Répertoire des toponymes > Fiche du toponyme

Fiche du toponyme

Langelier
Sir François Langelier (1838-1915)
Description complète >

Langelier

boulevard

18 avril 1890

Saint-Roch; Saint-Sauveur (La Cité-Limoilou)

La Cité-Limoilou

Hôpital-Général , chemin de l' ; Saint-Ours , rue

Né à Sainte-Rosalie, sir François Langelier (1838-1915), avocat et homme politique, est maire de Québec de 1882 à 1890. Professeur à la faculté de droit de l'Université Laval (1863-1915) dont il devient le doyen (1892-1915), Langelier publie deux ouvrages savants dont le Cours de droit civil de la province de Québec encore utilisé aujourd'hui par les praticiens et les juges. Après une dizaine d'années sur la scène politique provinciale, il accède à la mairie de Québec en 1882. Pendant son mandat, la comptablité municipale est assainie et le visage de la capitale se transforme considérablement : on restaure les trottoirs et on en construit de nouveaux; on pave et on élargit les rues; l'éclairage au gaz fait place à l'éclairage à l'électricité; l'aqueduc municipal est amélioré et le service de protection contre les incendies réorganisé. C'est sous son administration que Saint-Sauveur est annexé à Québec en 1889. Cette même année, le maire signe avec le gouvernement du Québec le contrat d'achat de l'ancien emplacement du collège des Jésuites pour l'érection d'un hôtel de ville, un projet qui n'aboutira que six ans après son départ de la mairie. Entre 1884 et 1898, Langelier est aussi député à la Chambre des communes. Nommé juge à la Cour supérieure de la province de Québec en 1898, il est assermenté lieutenant-gouverneur du Québec en 1911. Il meurt en fonction à Spencer Wood, l'actuel Bois-de-Coulonge.

Anciens toponymes
Le boulevard Langelier a d'abord été appelé chemin de l'Hôpital-Général parce qu'il menait de la rue Saint-Vallier à l'Hôpital Général de Québec. Cette institution est fondée en 1692 par Mgr de Saint-Vallier pour servir d'asile aux pauvres, aux vieillards et aux infirmes. C'est aux Augustines Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Québec que l'évêque confie l'entreprise. En 1701, les Augustines de l'Hôpital Général forment une nouvelle communauté, distincte de la précédente. Agrandi à plusieurs reprises, l'Hôpital Général accueillera d'autres clientèles au fil de son histoire : missionnaires, soldats, victimes d'épidémies, sinistrés... Aujourd'hui, l'hôpital est un centre d'hébergement et de soins de longue durée. En 1850, le chemin de l'Hôpital-Général devient la rue Saint-Ours. Après le terrible incendie de 1866, la rue est élargie afin de créer un espace coupe-feu entre Saint-Roch et Saint-Sauveur. En 1885, elle est divisée en deux voies séparées par un terre-plein central planté d'arbres. La rue Saint-Ours prend son nom actuel en 1890.

Sources

Règlement 289, 18 avril 1890; Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Cloutier, Sr. Juliette. « legs de Mgr de Saint-Vallier : l'Hôpital Général de Québec», Cap-aux-Diamants (cd-rom 1985-1995), no 29, printemps 1992, p. 46-49; Dictionnaire canadien des noms propres, Larousse Canada, 1989; Dictionnaire biographique du Canada, vol. XI (Langelier); Ville de Québec. Saint-Sauveur, à l'image du début du siècle, Les quartiers de Québec, 1987, p. 19.

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.