Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Patrimoine

Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Toponymie - Répertoire des toponymes > Fiche du toponyme

Fiche du toponyme

Victoria
Victoria Ire (1819-1901)
Description complète >

Victoria

escalier

16 juillet 1986

Montcalm; Saint-Sauveur (La Cité-Limoilou)

La Cité-Limoilou

parc

22 juin 1897

Saint-Roch

La Cité-Limoilou

rue

vers 1858

Saint-Sauveur (La Cité-Limoilou)

La Cité-Limoilou

En 1986, on nomme l'escalier « Victoria » en souvenir de Victoire-Adélaïde Jourdain qui épouse à Québec en 1861 Adolphe Guillet dit Tourangeau, notaire et maire de la ville de Québec de 1863 à 1866 et en 1870. L'escalier Victoria est situé à l'extrémité sud de la rue Victoria et donne accès à la rue ou côte Sherbrooke.

Le parc Victoria honore plutôt la mémoire de la londonnienne Victoria Ire (1819-1901) reine de Grande-Bretagne et d'Irlande (1837-1901) et impératrice des Indes (1876-1901). Petite-fille de George III et fille du prince Édouard, duc de Kent, Victoria succède à son oncle Guillaume IV, mort sans héritier. La jeune reine redonne rapidement dignité et prestige à la Couronne britannique, alors fort dénigrée. De son mariage en 1840 avec Albert de Saxe-Cobourg naîtront neuf enfants qui s'uniront à toutes les familles régnantes d'Europe. Victoria marquera fortement de son empreinte personnelle la vie politique de la Grande-Bretagne, qui connaîtra sous son règne, « l'ère victorienne », l'apogée de sa puissance politique et économique. D'autres lieux de la ville de Québec honorent des membres la famille royale britannique, telles la place George-V en l'honneur du petit-fils de Victoria et la rue Élisabeth-II, en hommage à la reine actuelle.

Avant d'être officiellement nommé parc Victoria, cet espace vert aurait été appelé parc Parent, du nom du maire de l'époque et instigateur du projet, Simon-Napoléon Parent. L'appellation de parc Victoria veut commémorer le 60e anniversaire du couronnement de la reine Victoria qui coïncide avec l'inauguration du parc en 1897. À cheval sur les quartiers de Saint-Roch et de Saint-Sauveur, le terrain sur lequel sera aménagé le futur parc appartient à l'origine aux Augustines de l'Hôpital Général (voir Langelier). Le terrain est alors presque complètement encerclé par un méandre de la rivière Saint-Charles. En avril 1896, les religieuses consentent à vendre le terrain à la Ville de Québec à condition que celle-ci s'engage à n'utiliser le site que pour en faire un parc public à l'usage des citoyens. Après d'importants travaux d'aménagement, l'initiative du maire de Parent est couronnée de succès et le parc Victoria est inauguré le 22 juin 1897. L'aménagement du parc s'inscrit dans un mouvement plus large d'embellissement de la ville. Au fil des ans, l'apparence générale du parc connaîtra cependant d'importantes modifications. L'assèchement du méandre de Saint-Charles, notamment, entraînera la disparition du pont Parent, enlevant ainsi au parc son charme insulaire. D'autre part, la construction de divers bâtiments réduira considérablement la superficie de cet espace vert, malgré l'engagement pris par la Ville lors de l'acquisition des terres en 1896.

Pour ce qui est de la rue Victoria, nommée aussi en l'honneur de la souveraine britannique, elle apparaît pour la première fois sur une carte de 1858. L'année précédente, la reine avait choisi Ottawa plutôt que Québec comme capitale permanente de la province du Canada, en dépit des représentations faites à Londres par le maire de Québec, Joseph Morrin (voir Armand-Viau), alors accompagné de Ulric-Joseph Tessier, juriste et ancien maire de la ville.

Sources

Escalier Victoria : Résolution CE-86-1544, 16 juillet 1986; Dictionnaire biographique du Canada, vol. XII (Tourangeau).

Parc et rue Victoria : Règlement 347, 22 juin 1897 (parc); Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; carte de 1858 d'Alfred Hamel, AVQ; Évaluation perceptuelle comparée du matériel odonymique de deux secteurs urbains de la Ville de Québec, Saint-Sauveur et Saint-Louis-de-France, p. 59-60; Le Petit Robert des noms propres, 2000; Le Petit Larousse illustré, 2001; Ville de Québec. Saint-Sauveur, à l'image du début du siècle, Les quartiers de Québec, 1987, p. 19-20; Ville de Québec. Saint-Roch : un quartier en constante mutation, Les quartiers de Québec, 1987, p. 20-22; Dictionnaire biographique du Canada, vol. XII (Tessier).

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.