Accueil / Citoyens / Patrimoine / Répertoire du patrimoine bâti / Fiche

Répertoire du patrimoine bâti

Fiche

Second empire

Néo-style rattaché à l’ère victorienne, le style Second Empire apparaît en France sous le règne de l'empereur Napoléon III (1808-1873). Deux édifices lui permettent de prendre forme et d’affirmer son vocabulaire architectural, soit l'agrandissement du Louvre (1852-1857) par Lefuel et Visconti ainsi que l’Opéra de Paris (1861-1875) par Charles Garnier. À travers une monumentalité, une plastique recherchée et de riches décors, il s’exprime par un éclectisme en lien avec l’architecture de l’Antiquité gréco-romaine, ou encore de la Renaissance italienne ou française. Il rayonne rapidement à travers l'Europe et l'Amérique du Nord pour arriver au Québec vers le milieu du XIXe siècle. Bien que Joseph-Ferdinand Peachy introduise et popularise ce style à Québec, l'Hôtel du Parlement (1877-1886) d’Eugène-Étienne Taché en devient l’œuvre marquante. Le bâtiment présente une esthétique inspirée de la Renaissance française, il se veut un geste clair qui témoigne à la fois de l’héritage francophone et de l’identité naissante de la communauté québécoise. Le style Second Empire se retrouve sur l’ensemble du territoire de la ville. Il se rattache plus particulièrement aux édifices publics ou à ceux dont le caractère est monumental, mais aussi aux maisons cossues isolées ou mitoyennes qui sont fortement associées à la bourgeoisie. Le style Second Empire se caractérise par l’utilisation d’un toit mansardé ou brisé dont la forme imite celle des édifices de François Mansart, un architecte du XVIIe siècle qui ouvre une nouvelle voie à l’architecture classique française. La toiture mansardée, à deux ou à quatre versants, possède un terrasson à pente douce et un brisis presque vertical percé de lucarnes. Considérée comme une variante de la forme originale, la toiture à fausse-mansarde peut également être employée. Elle est plate ou à faible pente, puisqu’elle ne possède qu’un faux brisis en façade. Le bâtiment de style Second Empire est marqué par des composantes formelles et décoratives élaborées qui conduisent à sa monumentalité. Afin d’accentuer l’effet de grandeur recherché, son rez-de-chaussée est surélevé, ses ouvertures sont réparties en travée régulière et ses façades sont articulées par des tourelles, des avant-corps ou des oriels pouvant être couronnés de terrasses faîtières ou d’épis. Son ornementation, issue du vocabulaire classique, permet de percevoir le bâtiment plus imposant et complexe qu’il ne l’est en réalité. La pierre de taille ainsi que les boiseries ouvragées sont par exemple utilisées autour des ouvertures, en bordure du toit, de même que pour définir les saillies ou l’intersection de deux pans de murs.