COVID-19 - Suivez l'état de situation concernant les services municipaux et les consignes aux citoyens. Plus d'informations

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Répertoire du patrimoine bâti / Fiche

Répertoire du patrimoine bâti

Fiche

Néogothique

S’inspirant de l’architecture médiévale, le style néogothique apparaît en Angleterre vers 1750, puis il se répand à travers l'Europe avant d'atteindre l'Amérique du Nord. Les esprits romantiques y trouvaient une réponse à la sévérité de l'architecture néoclassique. L’art gothique médiéval, fortement associé à la ferveur religieuse, est particulièrement prisé pour la construction de lieux de culte ou de bâtiments qui leur sont attachés. Présent entre 1830 et 1880 à Québec, la popularité du style néogothique sera cependant de courte durée. Il devient rapidement le choix de prédilection de l'Église protestante, mais les communautés catholiques s'en éloignent après l'engouement des années 1850-1860. Il est donc principalement employé par la communauté anglophone, notamment pour les édifices qui se destinent aux œuvres charitables comme les écoles, asiles ou orphelinats. Ce style se caractérise par l’utilisation des éléments structuraux du bâtiment à des fins essentiellement décoratives. Il emploie l'arc brisé ou en ogive pour tous les types d'ouvertures, les créneaux à la manière des demeures féodales, les contreforts et les pinacles à fleurons ainsi que les rosaces ornées de vitraux. La forme esthétique donnée à l’architecture s’exprime ainsi par la silhouette médiévale ou pittoresque du bâtiment. Comparativement à l’architecture religieuse, ce style est observable à Québec jusque vers 1920 pour les bâtiments résidentiels. Ces derniers, majoritairement associés aux villas ou cottages implantés en périphérie du centre urbain, possèdent un plan au sol irrégulier et utilise un nouveau vocabulaire ornemental : lucarne-pignon en façade, ouvertures en arc d’ogive, pinacles, motifs de bois découpés longeant la corniche et grosses moulures en boudin ou en forme de «chapeau de gendarme». Les murs et les souches de cheminées sont en brique tandis que les fenêtres peuvent être dotées de carreaux en forme de losanges.