COVID-19 - Suivez l'état de situation concernant les services municipaux et les consignes aux citoyens. Plus d'informations

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Répertoire du patrimoine bâti / Fiche

Répertoire du patrimoine bâti

Fiche

Brutalisme

Après la Seconde Guerre mondiale, le brutalisme (New Brutalism) apparaît en Angleterre dans un climat politique contestataire favorisant la doctrine communiste ainsi que les idéologies égalitaires et socialistes. Il prend forme au cours des années 1950, sous l’influence du français par naturalisation Le Corbusier avec la Cité radieuse de Marseille et des britanniques Peter et Alison Smithson avec l’école secondaire d’Hunstanton. Considérée comme un geste brutal se répercutant en un objectif formel, cette architecture s’inspire de la doctrine fonctionnaliste et du mouvement expressionniste, en plus d’être précurseur du style high-tech. À Québec, le brutalisme est majoritairement présent entre 1960 et 1980. Il est destiné aux bâtiments monumentaux, ou encore à ceux d’usage industriel, commercial ou institutionnel. Le brutalisme est un mouvement qui met à l’avant-plan l’expressivité des matériaux bruts et l’infrastructure technique du bâtiment. L’importance accordée à la vérité constructive résulte en une architecture rationnelle dont le caractère monumental se distingue par une composition libre et des formes géométriques pures. Bien que la brique, l’acier et le verre soient employés dans la construction, le béton armé demeure le choix de prédilection pour créer un effet de masse lors de l’assemblage des volumes. L’empreinte laissée par cette architecture est donc forte, tant au niveau de son environnement immédiat que de son milieu. À l’extérieur et parfois même à l’intérieur du bâtiment, l’apparence des matériaux et la visibilité des systèmes (structuraux, mécaniques et électriques) compte parmi les éléments clés de l’esthétique brutaliste. Plus précisément, les matériaux sont laissés au naturel. Les murs ne présentent de ce fait aucun travail de finition tandis que leurs surfaces sont texturées. Celles-ci peuvent être striées, coupées, cassées, cannelées, martelées ou nervurées.