COVID-19 - Suivez l'état de situation concernant les services municipaux et les consignes aux citoyens. Plus d'informations

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Répertoire du patrimoine bâti / Fiche

Répertoire du patrimoine bâti

Fiche

Influences contemporaines (1970-)

Les influences contemporaines sont considérées comme étant actuelles, c’est-à-dire de notre temps. Bien qu’elles soient encore peu connues et explorées, elles commencent à prendre forme au cours des dernières décennies du XXe siècle. Ouvert sur le monde, le Québec est touché par les divers apports internationaux, tant au niveau économique, écologique, technique, informatique et culturel. L’architecture d’aujourd’hui s’affirme de plus en plus, puisqu’elle tente de faire la paix avec l’histoire et le poids des traditions de la société québécoise. Pouvant être perçue comme une réponse à l’acte universel de construire, l’architecture contemporaine s’inscrit dans le présent. Au Québec, l’effervescence des travaux des années 1970 laisse ensuite place à de nouvelles préoccupations qui sont axées sur la qualité du cadre de vie et de l’environnement. La densification des quartiers centraux, les projets de rénovation et de recyclage, la mise en valeur du patrimoine bâti avec le chantier de Place-Royale et la revitalisation du quartier Saint Roch sont quelques jalons marquants qui définissent cette architecture à Québec. Elle se retrouve sur l’ensemble du territoire de la ville, mais concerne surtout les bâtiments qui structurent ou resserrent le tissu urbain et semi-urbain. L’architecture contemporaine se définit par le pluralisme des influences. Les théories d’une école de pensée, les styles architecturaux ou les tendances propres à un pays peuvent servir de source d’inspiration. Elle ne possède donc pas de lignes directrices dominantes, mais mise plutôt sur les multiples contributions que lui apporte un monde évoluant à grande vitesse. La CAO (Conception assistée par ordinateur) fait par exemple éclater les formes que les avancées techniques permettent de réaliser grâce à l’amélioration de la portée des éléments structuraux. Des matériaux tels que l’inox, l’aluminium et le plastique sont davantage employés, de même que les variantes issues du bois comme le contre-plaqué, le lamellé-collé et l’aggloméré. Les pratiques de construction durables, encadrées par les normes LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), entraînent quant à elles la mise en place de systèmes d’économie d’énergie et la réalisation d’aménagements écologiques sur le site. La pérennité des bâtiments est mise de l’avant, puisque l’architecture contemporaine est vue comme une intervention ayant des conséquences sur le milieu.