Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Espace #PatrimoineVDQ / 2019 / Chronique toponymique : rue Deligny

Patrimoine

Chronique toponymique : rue Deligny

18 avril 2019 (4 votes )

Texte de Alice Guéricolas-Gagné

Cette chronique mensuelle rend hommage aux histoires cachées derrière les noms de lieux à Québec. Chaque mois, un auteur émergent soutenu par Première Ovation s’inspire du patrimoine pour créer de courtes œuvres où le réel croise l’imaginaire. Ce mois-ci, visitez la rue Deligny, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.

Rue Deligny

La rue tenue entre les doigts de Jésus

C’est la voie royale, celle qui en une seule journée ouvre des chemins innombrables. C’est celle que nous avons empruntée pendant tant d’années, lorsqu’on nous poussait dans le dos vers l’école. Elle constitue même un marqueur temporel, certains parlant de leur « période Deligny ». Au sein de cette allée mitoyenne qui est tout à la fois glissoire et ascenseur, nous nous trouvions comme au milieu d’une tasse de thé remuée à la cuillère.

On fait remonter son origine à François Deligny qui, à la fin du XIXe siècle, possédait la terre sur laquelle la voie serait tracée. Il n’aurait pas pu être plus judicieux, ce nom qui évoque les lignes de nos cahiers d’écolières, lignes qui sont faites pour être outrepassées tout comme cette rue se transcende dans les maisons qui la ceinturent.

Au bas de nos pintes vides, d’un estaminet à l’autre, Deligny refaisait surface. Après bien des montées et des descentes, la rue prenait des airs de chaîne de montage, mais toujours nous étions surpris par un quartier de lune qui émergeait d’une corniche. Alors revenaient à nous les mots sublimes qui nous faisaient paraître mortels bien qu’aucune flore, hormis celle des jardinières aux fenêtres, ne verdissait la rue; c’était comme si un bouquet permanent flottait au-dessus de nos têtes. Tant de philosophes, tant de phénoménologues et même des agents secrets : tant de gens avaient fait leurs premières armes sur Deligny. Les nuits passées à parsemer de nos mots d’esprit les murs de brique nous avaient convaincus que la poésie triompherait et nous étions partis essaimer cet héritage.

Québec ville de littérature UNESCO

Retour