Sillery : le patrimoine moderne à son meilleur! Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Espace #PatrimoineVDQ / 2020 / Sillery : le patrimoine moderne à son meilleur!

Patrimoine

Sillery : le patrimoine moderne à son meilleur!

9 avril 2020 (2 votes )

Texte de Émilie Vézina-Doré

Ce billet de blogue est un complément d’information au quatrième et dernier épisode de la série web Suivez le Guide!, réalisée en collaboration avec Kollectif. En compagnie de diverses personnalités, la série met de l’avant l’architecture et le patrimoine de quatre quartiers de la ville de Québec.

1928-1940 : Édouard Fiset, les débuts d’une figure marquante

Édouard Fiset (1910-1994) est natif de la ville de Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent. Dès l’âge de 18 ans, il entreprend sa formation en architecture à l'École des beaux-arts de Québec, puis complète son apprentissage à l'École des beaux-arts de Paris où il obtient un diplôme en 1940. Il sera par la suite fait prisonnier sous le régime de Vichy jusqu’en 1944.

À sa libération, il travaille pour le ministère français de la Reconstruction et de l'Urbanisme et prend part à la reconstruction de la ville de Caen. Comme plusieurs architectes de sa génération, il admire de l’œuvre de l’architecte suisse Le Corbusier.

Dès son retour au Canada en 1945, Édouard Fiset obtient un mandat de taille : travailler à la préparation du plan directeur de la capitale nationale à Ottawa avec Jacques Gréber, un projet qui durera 5 ans. C’est d’ailleurs avec ce même partenaire qu’il transformera Parc-Falaise, un projet résidentiel d’avant-garde initié par l’homme d’affaires Eugène Chalifour en une cité-jardin.

1950 : le nouveau campus de l’Université Laval

En 1947 et 1948, Fiset occupe une chaire en urbanisme à l'Université Laval. En 1950, l’Université Laval manque d'espace dans le Vieux-Québec et désire installer un nouveau campus à Sainte-Foy. Elle engage Fiset à titre de conseiller afin d’élaborer le plan directeur du projet. L'architecte imagine une cité universitaire basée sur le modèle des campus américains empreints de verdure. Son plan original prévoyait un environnement piétonnier, un axe majeur de circulation entre les pavillons Vachon et Bonenfant, et le pavillon Pollack comme entrée principale du campus.

Une alliance avec l’architecte Paul Deschamps

L’année suivant l’élaboration du plan directeur du nouveau campus de l’Université Laval, Fiset s'associe à l’architecte Paul Deschamps. Ensemble, ils œuvrent à l'érection des pavillons H.-Biermans-L.Moraud (1955), Maurice-Pollack (1956), Ernest-Lemieux (1961), Charles-De Koninck (1962), à l'aménagement du Jardin géologique (1968), ainsi qu'à divers travaux sur le campus.

Outre ces réalisations, Édouard Fiset œuvre avec son partenaire à d’autres projets marquants pour la ville de Québec, tels que les conceptions de la première maison Kinsmen 1957, de l’ancien magasin Simpsons-Sears (1960-63), et de l’édifice La Laurentienne (1962).

Une maison à Québec

En 1961, l'architecte fait construire sa propriété, en bordure du parc du Bois-de-Coulonge. Cette dernière témoigne des tendances de cette période qui visent à renouveler la forme architecturale résidentielle et à concevoir une architecture originale à faible densité adaptée aux besoins spécifiques des résidents. La composition des volumes, les matériaux, les murets et les terrasses incarnent l'influence du courant rationaliste européen. Il y résidera peu de temps, car une occasion unique s’offrira à lui ; celle de devenir l’architecte en chef de l’exposition universelle de 1967. Il déménagera donc à Montréal.

Une vision pour la colline parlementaire

Fort de son expérience de l’aménagement de la Colline parlementaire à Ottawa, Fiset conçoit en 1960 le plan d’ensemble de la colline Parlementaire à Québec. À l’époque où règne la voiture, ses premières propositions préconisent l’ouverture d’autoroutes et du boulevard Saint-Cyrille, aujourd’hui René-Lévesque.

Au nord du boulevard, il prévoit des bâtiments administratifs, commerciaux et hôteliers et au sud, des édifices gouvernementaux. Les édifices les plus au nord ne dépassent pas trois ou quatre étages afin de préserver la vue sur l’hôtel du Parlement, une approche appliquée pour l’aménagement de la Colline parlementaire à Ottawa. Avec cette proposition, le parlement demeurera prééminent dans la capitale nationale. En 1968, le célèbre architecte collaborera également au plan du complexe G.

Une carrière canadienne

Tout au long de sa carrière, Édouard Fiset a enseigné l’urbanisme à travers le Canada. Il a également contribué aux plans des villes de Labrieville en 1954, de Baie-Comeau en 1960, de Port-Cartier en 1972 et de Churchill Falls au Labrador. Avec cette carrière prolifique, il s’est notamment mérité le titre de Fellow à l'Institut royal d'architecture du Canada ainsi que celui d’officier de l'Ordre du Canada.

Pour en savoir plus sur Sillery, consultez la section Découvrir les quartiers de Québec – Sillery .

Retour