Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Découvrir les quartiers de Québec / Sillery / Points d'intérêt / Cataraqui

Sillery

Cataraqui

Cataraqui

L’art de vivre à l’anglaise

Dès l’allée bordée d’arbres, le domaine Cataraqui se révèle magnifique et dépaysant. Au cœur de la propriété, les dépendances, la villa néoclassique, les serres et les jardins, tous restaurés, nous transportent dans l’univers bourgeois des siècles passés. On s’imagine alors facilement Catherine Rhodes et le peintre Percyval Tudor-Hart jardinant côte à côte ou recevant pour le thé dans l’atmosphère feutrée de leur grand salon.

Un grand domaine…

Au début des années 1830, le marchand écossais James Bell Forsyth, actif notamment dans le commerce du bois, établit sa résidence d’été sur ce site. Il baptise les lieux du nom de Cataraqui en souvenir de sa ville natale, Kingston (Ontario), dont ce fut la première appellation. À peine dix ans plus tard, la maison d’été devient la résidence principale de la famille Forsyth.

Le domaine Cataraqui passe à un autre marchand de bois prospère, Henry Burstall, au milieu du 19e siècle. Sur les fondations de la maison de Forsyth, le nouveau propriétaire fait ériger une grande résidence néoclassique à deux étages. Les plans sont de l’architecte renommé Edward Staveley. Des dépendances et une serre s’élèvent derrière la villa.

… qui gagne en magnificence

À la suite de l’incendie de Spencer Wood (Bois-de-Coulonge) en 1860, Cataraqui devient temporairement la résidence du gouverneur général du Canada-Uni. Pour répondre aux nouvelles fonctions protocolaires, on ajoute une aile à l’est de la villa. Cataraqui y accueillera notamment le futur roi Edward VII et son frère, le prince Alfred.

En 1863, le riche homme d’affaires Charles Eleazar Levey acquiert Cataraqui, qu’il transforme en un magnifique domaine « empreint d’un romantisme proprement victorien ». Il confie l’aménagement de ses jardins au célèbre Peter Lowe, ancien jardinier en chef de Spencer Wood. De grandes serres sont alors construites, dont une serre viticole unique dans la région. Levey fait également ajouter une aile et un jardin d’hiver à l’ouest de la villa, puis il fait construire des bâtiments secondaires. Cataraqui est aussi un grand domaine agricole doté de pâturages.

À l’époque de Catherine et Percyval

Le domaine est acquis par Godfrey William Rhodes, magnat des chemins de fer, au début du 20e siècle. Sa fille Catherine en hérite en 1932, trois ans avant son mariage avec le peintre Percyval Tudor-Hart, qui fait alors carrière en Europe. Le couple partage une passion pour l’art et l’aménagement paysager, dont bénéficiera grandement Cataraqui.

Percyval embauche des chômeurs de Sillery pour réaménager les lieux et donner au terrain des formes plus artistiques. Il plante des arbres fruitiers et conçoit un judicieux système d’irrigation souterrain pour les nourrir. De son côté, Catherine crée une roseraie et des platebandes de fleurs. Avec son amie Mary Stewart, elle conçoit aussi une rocaille, en bordure de la falaise.

Vivre en autarcie

Cataraqui vit presque entièrement en autarcie. On y produit du lait, du poulet, des œufs et du sucre d’érable. On cultive également des fruits et des légumes et, dans les serres, des framboises blanches, des asperges et des champignons, dont Percyval raffole.

Les Tudor-Hart ont plusieurs employés et domestiques : régisseur, fermiers et jardiniers, qui s’occupent des champs, des granges, des écuries, du poulailler, des serres et des potagers. Il y a aussi le personnel de maison et un chauffeur, monsieur Brown, qui conduit la Rolls-Royce que Percyval a reçue de sa belle-mère en cadeau de mariage.

Le charme discret de la bourgeoisie

La villa regorge de meubles de qualité, dont certains sont en acajou ou en bois de rose. On y retrouve aussi deux grands pianos rapatriés de la résidence londonienne de Percyval. Un tapis persan recouvre le plancher du grand salon.

Dans ce domaine luxueux, le couple lit, écrit, jardine ou reçoit des amis. Catherine aime particulièrement le jardin d’hiver de l’aile ouest et la serre attenante, où se cache, parmi les poinsettias, les cerisiers de Jérusalem et les hibiscus géants, un bassin d’eau rempli de poissons, de tortues et de grenouilles. De son côté, Percyval travaille à la réalisation d’une grande tapisserie, Le Premier péché. L’œuvre amorcée en 1926, aujourd’hui conservée au Musée royal de l’Ontario, sera terminée par Catherine, également peintre, après la mort de Percyval, en 1954.

Préservation d’un patrimoine exceptionnel

Après le décès de Catherine Tudor-Hart en 1972, l’avenir du domaine est incertain. Mais trois ans plus tard, le gouvernement du Québec acquiert et classe Cataraqui pour assurer la préservation du seul domaine de Sillery conservé presque intégralement, comprenant une villa, des dépendances et des jardins.

Cataraqui est administré depuis 2002 par la Commission de la capitale nationale du Québec. Le domaine restauré accueille des événements privés et, publics et corporatifs, en plus d’être une antenne de l’École hôtelière de la Capitale. Le public est également libre d’y circuler à sa guise pour admirer entre autres les jardins, les potagers restaurés et la roseraie, qui évoquent inévitablement Catherine et Percyval. Car Cataraqui conserve vivant le souvenir des Tudor-Hart, qui représentent si bien un mode de vie et une époque désormais révolus.

Contenus reliés au point d'intérêt

Vidéo

Le Domaine Cataraqui

Le Domaine Cataraqui

Voici un bel exemple de domaine typique du mouvement pittoresque, où la proximité de la nature est incomparable. Frédéric Smith nous accompagne dans ce haut-lieu de la bourgeoisie « à l’anglaise ».

Témoignage

Gilles Drouin : le mystérieux Domaine Cataraqui

Gilles Drouin : le mystérieux Domaine Cataraqui

Quand ils étaient jeunes, Gilles Drouin et ses amis aimaient bien jouer sur les domaines des communautés religieuses de Sillery. Ils n’osaient toutefois pas s’aventurer au Domaine Cataraqui, qui a conservé son aura de mystère, jusqu’à l’encan suivant le départ de Catherine Rhodes, dernière propriétaire des lieux.

Images anciennes