Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Vallière

rue

18 avril 1890

Vieux-Québec–Cap-Blanc–Colline Parlementaire

La Cité-Limoilou

Né à Québec, Philippe Vallière (1832-1919) est un ébéniste, un fabricant de meubles et un homme politique. En 1853, il s'associe avec son père, chaisier, au sein de la société Jean-Olivier Vallière et Fils. Il part ensuite en Europe pour se perfectionner en ébénisterie et en ramène quelques ouvriers spécialisés français et belges. En 1866, Vallière devient propriétaire unique de l'entreprise familiale. Pendant le dernier quart du 19e siècle, sa fabrique de meubles est l'une des plus grandes au Canada et la plus importante à l'est de Toronto. Sa manufacture produit surtout des meubles fins et de grand prix, notamment dans le style néo-rococo, fabriqués le plus souvent en noyer, bien que d'autres bois soient aussi utilisés. Bien qu'elle compte des clients à l'extérieur de la ville, particulièrement à Montréal, dans les Cantons-de-l'Est et dans les Maritimes, la clientèle de Vallière se trouve principalement à Québec où son entreprise fournit l'ameublement de nombreuses résidences, du Château Frontenac, d'institutions religieuses et de maisons d'éducation, dont l'Université Laval, ainsi que d'un certain nombre d'édifices publics de la ville. Parmi ses réalisations les plus importantes figurent les travaux réalisés pour les édifices parlementaires, spécialement ceux du gouvernement du Québec, dont il peut être considéré comme le principal fournisseur. En 1872, Vallière fournit aussi des meubles destinés à la résidence du gouverneur général, à la citadelle de Québec. Pour les institutions religieuses, Vallière réalisera notamment l'autel de la chapelle privée des Jésuites, à Québec, ouvrage qu'il effectue lui-même et qu'il offre gratuitement à la communauté. Enfin, Vallière se verra confier en 1895 les travaux de menuiserie et d'ébénisterie pour les salles du conseil et de la Cour du recorder du nouvel hôtel de ville de Québec. En plus de ses occupations commerciales, Vallière participe à la vie municipale à titre de représentant du quartier du Palais (1874-1878, 1882-1884). En 1890, la Ville de Québec décide de donner le nom de Vallière à cette rue située à proximité de son commerce.

Sources

Règlement 289, 18 avril 1890; Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Dictionnaire biographique du Canada, vol. XIV.

Retour