Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Bois-de-Coulonge

parc du

7 mars 1950

Sillery

Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge

Coulonge , châtellenie de ; Powell Place ; Spencer Wood

rue du

vers 1976

Lac-Saint-Charles

La Haute-Saint-Charles

Le parc du Bois-de-Coulonge, situé en retrait du chemin Saint-Louis, tient son appellation d'une ancienne châtellenie du 17e siècle dont il occupe en partie l'emplacement. Constituée en 1657, la châtellenie de Coulonge comprend les quatre terres acquises entre 1649 et 1653 par Louis d'Ailleboust de Coulonge et d'Argentenay, gouverneur de la Nouvelle-France. Le fief s'étend jusqu'à la falaise qui domine le Saint-Laurent, en face de l'anse au Foulon. L'Hôtel-Dieu de Québec achète la propriété en 1670, pour la céder six ans plus tard au Séminaire de Québec.

Sous le Régime anglais, le domaine aura plusieurs propriétaires successifs. En 1780, Samuel Holland se porte acquéreur de la partie nord tandis que Henri Watson Powell achète la partie sud et y fait construire une villa qui prend le nom de Powell Place. En 1812, le nouveau propriétaire de la partie sud, Michael Henry Perceval, rebaptise les lieux Spencer Wood en l'honneur de son oncle, lord Spencer, premier ministre de Grande-Bretagne. Henry Atkinson, marchand de Québec et président de la Société d'horticulture, achète Spencer Wood en 1835 et y fait aménager de magnifiques jardins. Près de 20 ans plus tard, une partie du domaine passe au gouvernement du Canada-Uni, qui en cède la propriété au gouvernement du Québec en 1870. Les lieutenants-gouverneurs de la province y habiteront jusqu'en 1966, année où le lieutenant-gouverneur Paul Comtois périt dans l'incendie qui détruit la résidence.

Le domaine a retrouvé son nom d'origine, Bois de Coulonge, en 1950, à la faveur d'une campagne de francisation. Devenu parc public en 1983 et géré par la Commission de la capitale nationale depuis 1996, le parc du Bois-de-Coulonge propose aux promeneurs une grande variété d'aménagements horticoles et des bois sillonnés de sentiers, ainsi que plusieurs bâtiments et vestiges évocateurs d'un riche passé.

L'origine de la rue du Bois-de-Coulonge est inconnue. Comme elle est située dans un secteur boisé, on a peut-être voulu évoquer le parc du Bois-de-Coulonge.

Sources

Bois-de-Coulonge, parc du : Commission de la Capitale nationale. Le parc du Bois-de-Coulonge, site Internet, 2004; Commission de toponymie du Québec. Noms et lieux du Québec : si chaque lieu m'était conté, 1997, cd-rom; Dion-McKinnon, Danielle. Sillery : au carrefour de l'histoire, Montréal : Boréal, 1987, p. 106-107; Lambert, Serge et Caroline Roy. Une histoire d'appartenance, Québec et la vallée de la Jacques-Cartier, Les Éditions GID inc., Sainte-Foy, 2002, p. 374, 383.

Bois-de-Coulonge, rue du : Commission de toponymie du Québec. Liste des odonymes par municipalité - Lac-Saint-Charles, 2002; Ville de Québec. Carte interactive, site Internet, 2007; Entretien téléphonique avec Marc Bédard, arr. de La Haute-Saint-Charles, Ville de Québec (responsable de la toponymie dans l'ancienne ville de Lac-Saint-Charles), 30 novembre 2007.

Retour