Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Chute-Montmorency

parc de la

mars 1993

Chutes-Montmorency

Beauport

Ce parc récréotouristique doit son nom à la chute qui se déverse sur une hauteur de 83 mètres – 30 de plus que les chutes du Niagara – près de l'embouchure de la rivière Montmorency. La chute est mentionnée pour la première fois en 1542 par le pilote de navire Jean Alfonse, membre de l'expédition de Roberval. C'est Samuel de Champlain qui lui confère le nom de « grand sault de Montmorency » en l'honneur de Charles de Montmorency, amiral de France, à qui il dédie le rapport de son expédition de 1603. Le nom apparaît sur une carte de 1613 et désignera plus tard le secteur de peuplement.

Aménagé par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), le parc de la Chute-Montmorency est un site naturel et historique exceptionnel. Ses installations comprennent entre autres un téléphérique, des ponts suspendus, des escaliers panoramiques et des belvédères qui ménagent d'admirables points de vue sur la chute mais aussi sur le fleuve Saint-Laurent et l'île d'Orléans. L'hiver, la cristallisation de la vapeur d'eau forme au pied de la chute une sorte de dôme de glace et de neige appelé le « pain de sucre », une curiosité naturelle qui attire nombre de visiteurs.

Sources

Commission de toponymie du Québec. Noms et lieux du Québec : si chaque lieu m'était conté, 1997, cd-rom; Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), site Internet, 2005; Tourisme Québec. Québec ville et région 2003-2004, guide touristique officiel; Ville de Québec. Arrondissement de Beauport, site Internet, 2005; Fortin, Jean-Pierre, sous la dir. de. La vie au Bas du Sault Montmorency : paroisse St-Grégoire, 1890-1990, Beauport : La Paroisse, 1989; Courriel de Jacques Toussaint, Commission de toponymie du Québec, 3 mars 2005.

Retour