Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

De Saint-Vallier

rue

13 janvier 1997

Saint-Roch; Saint-Sauveur (La Cité-Limoilou); Vieux-Québec–Cap-Blanc–Colline Parlementaire

La Cité-Limoilou

Saint-Vallier , rue

Né à Grenoble, en France, Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier (1653-1727) est le deuxième évêque de Québec, de 1688 jusqu'à sa mort. Tout au long de son épiscopat, Mgr de Saint-Vallier cherche à affirmer son autorité sur l'ensemble du clergé de la Nouvelle-France et, en particulier, sur le Séminaire de Québec. De caractère ombrageux, l'homme d'Église sera à l'origine de nombreuses querelles, à tel point qu'il devra à maintes reprises se rendre à la cour de Versailles pour y défendre sa position et solliciter l'arbitrage royal. En 1704, la Guerre de la Succession d'Espagne bat son plein. Alors que Mgr de Saint-Vallier vogue vers la Nouvelle-France, après un séjour de quelques années en Europe, son vaisseau est intercepté par les Anglais et l'évêque est fait prisonnier. Libéré après cinq ans, Mgr de Saint-Vallier ne peut toutefois regagner la colonie qu'à la fin de la guerre, en 1713, après une absence de près de 13 ans. Il ira finir ses jours à l'Hôpital Général (voir Langelier) dont il est le fondateur. En dépit de ses problèmes de personnalité et de sa doctrine, Mgr de Saint-Vallier contribuera tout de même par son activité soutenue, par sa piété, son austérité et sa charité ainsi que par l'ampleur de sa législation, à consolider l'Église catholique en Amérique du Nord.

Ancien toponyme
La rue De Saint-Vallier est d'abord un sentier menant au couvent des Récollets, érigé en 1620 près de la rivière Saint-Charles. En 1693, Mgr de Saint-Vallier fait transformer ce couvent en Hôpital Général. Au cours du 18e siècle, le sentier devient le chemin Saint-Vallier, puis la rue Saint-VallierSaint-Vallier en l'honneur de l'évêque. En 1997, la partie est de la rue Saint-Vallier devient la rue De Saint-Vallier par l'ajout de la particule nobiliaire « de », la partie ouest demeurant inchangée.

Sources

Résolution CM-97-2200, 13 janvier 1997; Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Dictionnaire biographique du Canada, vol. II; Dictionnaire canadien des noms propres, Larousse Canada, 1989.

Retour