COVID-19 - Suivez l'état de situation concernant les services municipaux et les consignes aux citoyens. Plus d'informations

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Domagaya

rue

20 avril 1998

Vieux-Limoilou

La Cité-Limoilou

Fils du chef iroquois Donnacona, Domagaya fait la connaissance de Jacques Cartier en juillet 1534 dans la baie de Gaspé où, avec son père, ses frères et quelque trois cents personnes de Stadaconé, il est venu pêcher. C'est à cet endroit que Cartier obtient de Donnacona qu'il laisse partir en France, avec promesse de retour, ses deux fils, Domagaya et Taignoagny. Au printemps 1535, les deux frères traversent à nouveau l'océan, cette fois à bord de la Grande Hermine (voir Daniel), connaissant maintenant la langue française et aptes à guider Cartier pour remonter le Saint-Laurent jusqu'à Stadaconé. Conscients des affaires depuis leur séjour en France, Domagaya et Taignoagny reprochent aux leurs d'accepter pour leurs marchandises des babioles sans valeur et les Amérindiens se font plus exigeants. Durant son hivernage au confluent des rivières Lairet et Saint-Charles, Cartier communique avec les Amérindiens de l'endroit surtout grâce à ses interprètes Domagaya et Taignoagny. Cet hiver-là, le scorbut fait des ravages chez les colons de Stadaconé et les hommes de Cartier y succombent à leur tour. Sans Domagaya, qui révèle à Cartier le secret de la tisane d'annedda (cèdre blanc), tous les marins y auraient laissé leur peau. Au printemps 1536, une querelle éclate à Stadaconé entre le chef Donnacona et son rival Agona. Cartier, décide de tirer avantage de la situation et se dit qu'il vaut mieux éliminer le chef et ses fils qui nuisent à la politique française. En mai, Cartier quitte Stadaconé, avec à son bord dix Iroquois dont le vieux Donnacona, Domagaya et Taignoagny. Il faudra attendre cinq ans (1541) pour que l'explorateur revienne à Stadaconé… sans les Amérindiens. Il déclare à Agona, nouveau chef de Stadaconé, que Donnacona est mort en France; pour ce qui est des autres, ils y vivent comme de grands seigneurs, y sont mariés et n'ont pas voulu revenir. La réalité est tout autre : tous sont morts vers 1539, à l'exception d'une petite Iroquoise.

Sources

Résolution CM-98-315, 20 avril 1998; Dictionnaire biographique du Canada, vol. I, p. 11, 283-284 (Donnacona); Lacoursière, Jacques. Histoire populaire du Québec des origines à nos jours, 1998 (cd-rom). (livre : tome 1).

Retour