Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Lairet

parc

9 septembre 1991

Vieux-Limoilou

La Cité-Limoilou

quartier

1988

Lairet

La Cité-Limoilou

Autrefois, la rivière Lairet se jetait dans la Saint-Charles et arrosait le quartier de Lairet. D'une longueur d'environ 2 kilomètres, la rivière prenait sa source à la limite sud de Charlesbourg. Canalisée en 1957, elle est aujourd'hui complètement disparue. Le toponyme de rivière de Lairet apparaît pour la première fois en 1637. La rivière était parfois appelée ruisseau Lairet en raison du peu de volume d'eau qu'elle charriait. Certains prétendent que Lairet était le nom d'un des premiers résidants de Charlesbourg, d'autres que cet hydronyme serait la déformation de Loiret, un tributaire de la Loire, en France. Enfin, l'hypothèse la plus récente relie le toponyme Lairet à l'ancien mot « rets » qui désigne un genre de filet de pêche.

Le nom du parc Lairet rappelle celui de l'ancien cours d'eau qui passait autrefois à cet endroit.

Le quartier de Lairet dont les limites ont été légèrement modifiées en 2003 fait partie de l'arrondissement de La Cité-Limoilou. Nommé ainsi d'après la rivière du même nom, il s'étend, à l'est et au sud, jusqu'aux quartiers de Maizerets et du Vieux-Limoilou. L'histoire du quartier Lairet est plutôt récente. Après la Seconde Guerre mondiale, ces anciennes terres agricoles connaissent un développement rapide et pas moins de quatre nouvelles paroisses voient le jour entre 1946 et 1961 : Saint-Albert-le-Grand, Sainte-Claire-d'Assise, Saint-Paul-Apôtre et Sainte-Odile. La fonction résidentielle est la vocation première de cette ancienne banlieue de Québec. Lairet compte aussi quelques zones commerciales et une zone industrielle qui contribue généreusement à l'économie du quartier. C'est dans ce quartier, entre la voie ferrée à l'est et au sud, l'autoroute Laurentienne à l'ouest, et la rue de la Sapinière-Dorion au nord, que l'on retrouve un ensemble de rues portant des noms d'arbres. On leur a donné ces noms parce qu'elles sont situées sur l'ancien terrain de la sapinière Dorion.

Sources

Règlement CV-2003-1333 de la Ville de Québec, 3 novembre 2003; Règlement 3689, 9 septembre 1991 (parc); Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Commission de toponymie. Noms et lieux du Québec : si chaque lieu m'était conté, 1997, cd-rom; Ville de Québec. Limoilou : à l'heure de la planification urbaine, Les quartiers de Québec, 1987; Gallichan, Gilles. «Hedleyville à Limoilou», dans «un siècle d'histoire»,Cap-aux-Diamants, hors série, 1996, p. 21; Malouin, Reine. La seigneurie Notre-Dame-des-Anges, Cahiers d'histoire, no 7; Site internet de la Ville de Québec; Murdock, Janouk. La rivière Lairet : l'énigme d'un toponyme, Québecensia, avril 2008.

Retour