Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

John-Simons

rue

4 juillet 2018

Des Châtels

La Haute-Saint-Charles

Fondateur de la Maison Simons, John Simons (1823-1906) est le fils de Margaret McNeil et de Peter Simons, originaires d’Écosse. Ils se sont mariés à Québec en 1822, à l’église presbytérienne Saint Andrew, pour s’établir dans le « Waterloo Settlement », au lac Beauport, sur une terre offerte aux militaires britanniques démobilisés. Rattaché à la marine, Peter Simons aurait participé à la célèbre bataille de Trafalgar en 1805. John, premier-né de la famille, devient commis dans un magasin général afin d’aider les siens. Il n’a que 17 ans lorsqu’il ouvre son propre commerce de textiles, Simons & Orkney, en 1840. Le magasin occupe l’angle des rues Saint-Jean et Sainte-Angèle avant de déménager vingt ans plus tard sur la côte de la Fabrique, à son emplacement actuel. John Simons épouse Ellen Kelly, une Irlandaise catholique, en 1849. Ils auront une dizaine d’enfants. La famille vit au-dessus du commerce, dans une habitation de pierre de trois étages.

John Simons et James Orkney demeurent associés pendant plus d’un quart de siècle. Archibald Foulds et Jean Minguy se joignent tour à tour à l’entreprise, jusqu’à ce qu’elle devienne exclusivement familiale en 1918. La maison a bonne réputation, car son propriétaire ne lésine pas sur la qualité de la marchandise : lainages écossais, cuirs d’Angleterre, lins d’Irlande. Deux fois l’an, il traverse l’Atlantique pour s’approvisionner en Europe. En 1893, il passe les rênes à son fils Archibald (1857-1935), qui fera fructifier le commerce, comme ses fils et petits-fils après lui. En 1937, la confection pour dames s’ajoute aux spécialités de la maison. John Simons repose aujourd’hui au cimetière Mount Hermon, à Sillery, auprès des membres de cette grande famille. L’entreprise qu’il a créée en 1840 continue de croître entre les mains de ses descendants, qui ont franchi le cap de la cinquième génération. En 2018, la Maison Simons compte 15 magasins au Québec, en Ontario et dans l’Ouest canadien.

Sources

Résolution CV-2018-0668 de la Ville de Québec, 4 juillet 2012; Répertoire du patrimoine culturel du Québec. http://www.patrimoineculturel.gouv.qc.ca; La maison Simons, site consulté en avril 2018. https://www.simons.ca/fr; Josée Guimond, « Simons : le début d’une tradition », Le Soleil, 3 octobre 2015. https://www.lesoleil.com/archives/simons-le-debut-dune-tradition-73a3aa1adb073b9aa32f411ca23716ec; Jean-Marie Lebel, « Habiller la haute-ville », Cap-aux-diamants, été 1988. https://www.erudit.org/fr/revues/cd/1988-v4-n2-cd1040478/7228ac.pdf; Site Ancestry. https://www.ancestry.ca/; Morning Chronicle, 24 octobre 1870. https://news.google.com/newspapers?nid=39&dat=18701024&id=kqU9AAAAIBAJ&sjid=DykDAAAAIBAJ&pg=1041,3021152

Retour