Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Lapointe

rue

19 août 1952

Sillery

Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge

Militaires – Guerres mondiales

Bernatchez , rue

Né à Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent, Hugues Lapointe (1911-1982), avocat et homme politique, étudie à l'Université d'Ottawa et à l'Université Laval. Il est admis au Barreau en 1935 et exerce le droit à Québec. Il participe à la Deuxième Guerre mondiale au sein du régiment de la Chaudière, puis est démobilisé avec le grade de lieutenant-colonel. Hughes Lapointe amorce sa carrière politique en 1940, sous la bannière libérale, en tant que député de Lotbinière à la Chambre des communes; il représentera ce comté pendant 17 ans. Il remplit également les fonctions d'adjoint parlementaire du ministre de la Défense nationale à partir de 1945, puis celles d'adjoint du ministre des Affaires extérieures et de solliciteur général du Canada en 1949. C'est à l'époque où il est ministre des Affaires des anciens combattants (1950-1957) que sont créés le quartier militaire et l'hôpital des Anciens Combattants (devenu le CHUL), à Sainte-Foy. En 1961, il est nommé délégué général du Québec à Londres, poste qu'il occupe jusqu'en 1966, année de sa nomination comme lieutenant-gouverneur de la province. Il assume cette fonction jusqu'en 1978, après quoi il agit comme avocat-conseil dans un cabinet de Québec. Hugues Lapointe est décédé à Sainte-Foy et inhumé à Rivière-du-Loup.

Ancien toponyme
La rue Lapointe portait initialement le nom de rue Bernatchez, nom adopté le 5 octobre 1951.

Originaire de Montmagny, Paul-Émile Bernatchez (1911-1983) joint le Royal 22e Régiment en 1934 à titre de lieutenant. Envoyé outre-mer pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est promu capitaine, puis major, et prend en 1941 le commandement de la compagnie B avec le rang de lieutenant-colonel. Il commande toujours ce régiment lorsque les Alliés débarquent en Sicile en juillet 1943. Ses qualités de chef lui valent d'être nommé commandant de la troisième brigade d'infanterie du Royal 22e Régiment. Bernatchez sert par la suite aux Pays-Bas jusqu'à la fin du conflit. Après avoir assumé différentes fonctions, dont la direction du secteur de l'Est du Québec, il est promu major-général et commandant de la région militaire du Québec en 1951. Puis, de 1953 à 1961, il séjourne en Angleterre où il dirige le Bureau de standardisation des armes pour l'OTAN. Le major-général Bernatchez quitte les Forces canadiennes en 1964 et occupe le poste de colonel du Royal 22e Régiment jusqu'en 1974. De nombreuses décorations lui seront décernées, dont la médaille du Service distingué, la Légion d'honneur et la Croix de guerre avec palme.

Sources

Règlement V-35 de la Ville de Sainte-Foy, 5 octobre 1951; Règlement V-47 de la Ville de Sainte-Foy, 19 août 1952; Ville de Sainte-Foy. Normalisation des odonymes. Annexe B - Historique de chacun des noms de rues de la Ville de Sainte-Foy, 1993; Côté, Alain, Société d'histoire de Sainte-Foy. Odonymes de la ville de Sainte-Foy et date d'apparition; Assemblée nationale du Québec, site Internet, 2004; Jacques, Hélène et Carl Grenier. Désignation systémique en odonymie urbaine : le cas de la C.U.Q. - Sainte-Foy, G.E.C.E.T., Université Laval, 1974 (Bernatchez); Archives du Royal 22e Régiment. Biographie du lieutenant-colonel Henri Chassé, 2004 (Bernatchez).

Retour