Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Police / Prévention / Prévention Sécurité routière / Conduite avec les capacités affaiblies / Drogue

Police

Drogue

Comme toute drogue, le cannabis produit des effets sur le cerveau qui affectent la capacité de conduire, et ce, même si on a l'impression que la drogue consommée ne fait plus effet. Si vous conduisez après avoir consommé de la drogue, vous mettez en danger votre vie et celle des autres et vous risquez de graves conséquences légales. Plusieurs conducteurs sous-estiment les conséquences de la conduite sous l'effet du cannabis. Pourtant, les impacts sont très importants :

  • Difficulté à se concentrer et à rester attentif à l’environnement routier (ex. : omettre de respecter les panneaux de signalisation);
  • Augmentation du temps de réaction, réflexes ralentis (ex. : freiner moins rapidement);
  • Problèmes de coordination;
  • Diminution de la capacité de jugement;
  • Difficulté à réagir en situation d’urgence.

La drogue au volant est détectable

Les policiers sont formés pour détecter les conducteurs en état de consommation, peu importe la drogue consommée.

Pour détecter la drogue, le policier fera d’abord passer une série de tests sur le bord de la route pour évaluer la capacité de conduire :

  • Test du mouvement des yeux (suivre un crayon)
  • Test de la démarche (marcher et se retourner)
  • Test de l'équilibre (se tenir sur un pied)

L’échec à ces tests suffit à placer une personne en état d'arrestation et à la conduire au poste de police pour des examens plus poussés par la suite. Ces tests, en apparence faciles et anodins, sont difficiles à réussir sous l'effet de la drogue.

La drogue au volant, c'est criminel

Conduire après avoir consommé de la drogue est une infraction criminelle. Vous pourriez être arrêté et condamné si :

Votre capacité de conduire est affaiblie par la drogue, l’alcool ou les médicaments.

Un policier qui a des motifs raisonnables de croire que votre capacité de conduire est affaiblie par l’effet d’une drogue (y compris des médicaments) ou par l’effet combiné de l’alcool et d’une drogue peut vous mettre en état d’arrestation et vous amener au poste pour passer une autre série de tests menés par un agent évaluateur. Si l’agent évaluateur conclut que votre capacité de conduire est affaiblie, vous pourriez être accusé en vertu du Code criminel.

Saviez-vous que?

Les ruses pour déjouer les tests sont inefficaces puisque l'efficacité de ces tests est scientifiquement prouvée et l’expertise des agents évaluateurs est reconnue à la cour.

Vous avez de la drogue dans le sang (ou certains médicaments)

Si un policier soupçonne que vous avez de la drogue ou certains médicaments dans votre organisme, il peut vous soumettre à des épreuves de coordination des mouvements. Advenant que ces tests soient positifs, ils sont suffisants pour vous faire mettre en état d'arrestation et demander un prélèvement sanguin.

Par exemple, si les résultats sanguins indiquent que vous avez un taux de cannabis (THC) égal ou supérieur aux taux déterminés par le règlement fédéral, vous pourriez être accusé en vertu du Code criminel.

Vous omettez ou refusez d’obéir à un agent de la paix

Omettre ou refuser de vous soumettre aux tests du policier est une infraction criminelle qui entraîne automatiquement les sanctions les plus sévères.

Garde ou contrôle d’un véhicule

La loi n’interdit pas seulement de conduire un véhicule avec les capacités affaiblies, mais également d’en avoir la garde ou le contrôle. Voici quelques exemples d’actions qui peuvent avoir les mêmes conséquences que de conduire avec les capacités affaiblies :

  • Être assis à la place du conducteur, même si le véhicule est arrêté.
  • Être dans son véhicule (même endormi sur la banquette arrière) et avoir la possibilité de le mettre en marche.
  • Être à proximité de son véhicule (ex.: déneiger l’auto, mettre des choses dans le coffre, écouter la radio).

Source : Société de l’assurance automobile du Québec