Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Réseau structurant de transport en commun : Le pôle d’échanges de Sainte-Foy : au bénéfice des usagers et du développement du secteur

Québec, le 13 mai 2020 — La Ville de Québec a précisé aujourd’hui l’emplacement du pôle d’échanges de Sainte-Foy : il sera localisé en surface, dans le quadrilatère encadré par l’avenue Lavigerie, la route de l’Église, le boulevard Laurier et le boulevard Hochelaga. Par le fait même, la Ville de Québec a confirmé le nouveau tracé du tramway et présenté le concept et les aménagements retenus pour le pôle. Le tout constitue une solution optimale pour une interconnexion efficace pour les usagers de Lévis et de Québec tout en assurant la fluidité de la circulation et le développement du secteur.

« Le pôle d’échanges de Sainte-Foy est un élément primordial du réseau structurant de transport en commun, a déclaré M. Régis Labeaume, maire de Québec. En matière d’achalandage, ce pôle constituera la station la plus achalandée avec celui de l’Université Laval. Le nouveau tracé ainsi que le concept du pôle contribueront à l’image et la signature de cette entrée de ville. Il s’agit d’une occasion de repenser ce secteur afin de lui insuffler un élan de dynamisme et de créer des aménagements publics à échelle humaine. »

En janvier, la Ville de Québec avait annoncé son intention de revoir la localisation, après avoir envisagé d’intégrer le pôle d’échanges au projet immobilier Le Phare. « Nous nous sommes rendus à l’évidence au fil des mois qu’on ne pouvait intégrer toutes les composantes en souterrain dans l’axe de l’avenue Lavigerie, tout en respectant les contraintes techniques et budgétaires, a expliqué M. Rémy Normand, vice-président du comité exécutif. Nous avons donc revu toutes les options. Le scénario retenu représente une solution sécuritaire, valable et fonctionnelle qui répond au défi lancé par le gouvernement du Québec soit d’intégrer l’interconnexion avec la Rive-Sud au projet. »

Un pôle accessible et fonctionnel pour les usagers
En desservant un bassin de 24 500 résidants, étudiants et travailleurs, le pôle d’échanges de Sainte-Foy se composera notamment d’une station de tramway, d’un bâtiment d’information et de billetterie pour les usagers ainsi que d’un stationnement à vélos. Deux zones de terminus d’autobus seront situées à l’est et à l’ouest de la plateforme du tramway, offrant un total de 12 quais pour accueillir les autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et de la Société de transport de Lévis (STLévis).

Entièrement en surface, le pôle d’échanges de Sainte-Foy sera fonctionnel, sécuritaire, accessible et convivial pour les usagers en favorisant une interconnexion efficace et rapide entre le tramway, les deux réseaux d’autobus ainsi que les différents modes de transport, que ce soit à pied ou à vélo. Les connexions se feront au même endroit et sur un même niveau, ce qui réduira la distance de marche et la durée des correspondances.

Le nouveau tracé du tramway effectuera un virage vers le nord à partir du boulevard Laurier pour rejoindre l’avenue Roland-Beaudin en ligne droite. Ce tracé réduit la longueur du tracé du tramway de 600 mètres et évite des courbes complexes vers l’ouest. Le pôle s’insérera entre l’édifice Louis-Philippe-Pigeon du ministère de la Justice, le restaurant McDonald’s et l’immeuble Iberville IV, en remplacement des stationnements de surface et de la station-service Ultramar du boulevard Laurier.

Les autobus de la STLévis accéderont au pôle d’échanges par le boulevard Laurier du côté ouest, où sept quais sur douze leur seront réservés. Une entrée sur le boulevard Hochelaga et une sortie sur la route de l’Église permettront l’accès au terminus du côté est aux autobus du RTC et du Service de transport adapté de la Capitale.

La nouvelle localisation du pôle d’échanges de Sainte-Foy permettra de retirer la station de l’Église, située à moins de 330 mètres, optimisant la desserte dans le secteur. Les stations du CHUL et Roland-Beaudin sont toutes deux situées à 800 mètres de distance, soit environ 10 minutes de marche, de part et d’autre du pôle. Le secteur à la tête des ponts demeurera quant à lui bien desservi, le pôle étant situé à environ 200 mètres à l’est de l’emplacement original.

Un environnement urbain renouvelé
Avec l’achalandage généré et la mise en place d’aménagements contemporains faisant une grande place à la plantation d’arbres et au verdissement, le pôle agira comme véritable moteur pour améliorer l’environnement urbain. Le tout s’inscrit dans la continuité des actions dans le secteur, notamment la réfection de la route de l’Église et du boulevard Hochelaga ainsi que la rénovation de la bibliothèque Monique-Corriveau, la construction du Centre de glaces et du Marché public de Sainte-Foy ainsi que la réfection du centre sportif, de ses stationnements et le réaménagement du boisé De Rochebelle.

« Il s’agit d’une occasion d’améliorer l’environnement urbain en remplacement des vastes stationnements en surface, a affirmé Mme Marie Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif. Avec un pôle d’échanges optimisé, le potentiel de développement du secteur est maximisé, consolidant ainsi ce pôle d’arrondissement et créant un milieu de vie renouvelé. Ces gestes prennent appui sur les orientations du programme particulier d’urbanisme du plateau centre de Sainte-Foy. »

Une attention particulière a été accordée à l’accessibilité et la sécurité des piétons et des cyclistes à l’intérieur et en périphérie du pôle d’échanges. Des traversées cyclopiétonnes sécurisées s’ajouteront aux intersections entourant le pôle. De plus, ce secteur disposera de trottoirs élargis et des pistes cyclables seront aménagées prochainement sur le boulevard Hochelaga et la route de l’Église.

Pour les étudiants fréquentant l’école secondaire De Rochebelle, une nouvelle intersection dotée de feux de circulation avec phase piétonne protégée sera ajoutée sur le boulevard Hochelaga afin d’optimiser la sécurité des déplacements entre l’école et l’îlot entourant le pôle d’échanges ainsi que l’accès des voitures à Place Iberville. Également, un réaménagement de l’entrée est du campus sera effectué. Des trottoirs de deux mètres de chaque côté ainsi que des feux de circulation munis de feux pour piétons pour traverser la plateforme du tramway en toute sécurité seront ajoutés. Finalement, des aménagements dirigeront les piétons vers les traverses sécurisées, ce qui représente une nette amélioration en matière de sécurité.

La Ville de Québec s’est également engagée auprès de la direction de l’école De Rochebelle à relocaliser les terrains sportifs situés sur le futur tracé du tramway et à collaborer étroitement avec elle pour assurer la sécurité, la mobilité et l’harmonisation des aménagements à l’intérieur du campus De Rochebelle.

Des rencontres virtuelles ont été amorcées avec des groupes concernés dans le secteur, notamment avec le conseil de quartier et des commerçants de la route de l’Église.
 
Fluidité de la circulation
Selon les estimations de la Ville de Québec, le nombre de déplacements en voiture continuera d’augmenter dans ce secteur au cours des prochaines années, ce qui provoquera davantage de congestion routière par rapport à la situation actuelle.

L’implantation du réseau structurant de transport en commun (RSTC) aura toutefois un impact positif sur la circulation automobile dans le secteur, de même qu’à l’échelle de la ville en captant plus de la moitié des 100 000 déplacements additionnels par jour anticipés d’ici 2041.
Pour les boulevards Laurier et Hochelaga, l’augmentation des débits moyens de véhicules par jour d’ici 2026 serait de 10 % sans RSTC (de 54 700 à 60 100 véhicules/jour). Avec le RSTC, cette augmentation serait réduite de moitié et se limiterait à 5 % (de 54 700 à 57 500 véhicules/jour).

Afin d’assurer la fluidité de la circulation dans le secteur et d’éviter des croisements entre les automobilistes et le tramway, une structure d’étagement sera implantée sur le boulevard Laurier en direction ouest à l’approche du pôle d’échanges. Ainsi, les automobilistes passeront sous la plateforme du tramway, évitant l’ajout d’un feu de circulation supplémentaire. À titre d’exemple, les voitures emprunteront un tracé qui s’apparente à celui du boulevard Robert-Bourassa, à la hauteur du chemin des
Quatre-Bourgeois et du chemin Sainte-Foy où les automobilistes passent sous ces rues.
Également, le retrait des voies réservées pour les autobus sur le boulevard Laurier permettra l’ajout d’une voie de circulation sur celui-ci, soit en direction est.

Comparativement à la situation qui prévaudrait en 2026 sans le RSTC, le tramway permettra d’alléger les déplacements sur le boulevard Laurier à l’heure de pointe du soir, limitant ainsi la détérioration anticipée des conditions de circulation.

Prochaines étapes
Dans le cadre du processus d’évaluation environnementale du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, celui-ci devra déposer d’ici peu l’avis de recevabilité de l’étude d’impact sur l’environnement du projet. Cette étape s’avère préalable à la tenue des audiences publiques en environnement (BAPE).

À propos du réseau structurant de transport en commun
Après des années de consultation et d’études, la Ville de Québec s’apprête à mettre en œuvre le plus important projet de transport en commun de son histoire. Fonctionnel dès 2026, le réseau structurant de transport en commun améliorera la qualité de vie des citoyens, favorisera une meilleure fluidité de la circulation et assurera une cohabitation harmonieuse avec l’ensemble des usagers de la route.

Constitué de quatre composantes — le tramway, le trambus, les infrastructures dédiées au transport en commun et le Métrobus — le réseau sera propulsé majoritairement par l’électricité. Digne d’une capitale du 21e siècle, il positionnera Québec comme l’une des villes les plus attrayantes au pays. Propre, efficient, fiable, invitant et confortable, le réseau se connectera à l’ensemble des parcours existants afin d’assurer une couverture maximale sur le territoire.

La réalisation de ce projet de 3,3 milliards de dollars contribuera à la vitalité économique de la région par la création de 18 970 emplois.

Pour toute l’information sur le projet, les citoyens sont invités à consulter le reseaustructurant.info.

Annexe : 185-COM-a.pdf

Com-20-185