Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

700 000 $ pour la création de 2 Degrés, un incubateur spécialisé en environnement et technologies propres

Québec, le 23 mars 2021 La Ville de Québec, l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et le Cégep Limoilou annoncent la création d’un incubateur spécialisé en environnement et technologies propres en partenariat avec l’organisme à but non lucratif 2 Degrés. L’incubateur sera localisé dans les locaux du cégep, sur le territoire de la Zone d’innovation Littoral Est. Une aide financière de 700 000 $ provenant de la Vision entrepreneuriale Québec 2026 est accordée pour la mise en place du projet.

La mission de l’incubateur 2 Degrés sera d’accélérer le développement de l’économie d’impact et des technologies propres dans un objectif de réduction de l’empreinte carbone des activités économiques de la région. Il permettra l’essor de projets entrepreneuriaux, la croissance d’entreprises existantes et le soutien à l’accompagnement en entrepreneuriat. L’organisme 2 Degrés amorcera prochainement les démarches de recrutement des premières entreprises et l’incubateur intégrera le Groupe des incubateurs-accélérateurs, un concept unique au Québec.

« À Québec, le secteur des technologies propres regroupe plus de 100 entreprises et représente plus 2 500 emplois ainsi qu’un chiffre d’affaires d’environ 585 M$, explique le maire de Québec, M. Régis Labeaume. La création de 2 Degrés comme incubateur en technologies propres facilitera les maillages entre les entreprises, la formation et la recherche tout en réunissant les conditions gagnantes au démarrage d’entreprises dans ce secteur en émergence. Ce projet s’inscrit également dans la vision de la Zone d’innovation Littoral Est qui mise sur les technologies propres comme secteur prioritaire de développement. »

« Voilà un bel exemple d’utilisation de notre Fonds de la région de la Capitale-Nationale (FRCN) et des retombées positives qu’il peut générer, considère la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault. Des projets structurants comme celui-ci contribuent à notre développement régional, particulièrement lorsque des partenariats et des expertises de haut niveau en font partie. Sous le signe de la nouvelle économie du Québec, la relance sera une priorité chez nous au cours des prochains mois, et il est clair que le FRCN constitue un outil tout désigné pour y participer activement. »

« En tant qu’acteur clé dans l’écosystème de recherche et des technologies en environnement notamment, l’INRS est fier de mettre ses infrastructures de pointe et son expertise de haut niveau à la disposition de la relève entrepreneuriale, souligne M. Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS. Notre partenariat prometteur avec l’incubateur 2 Degrés contribuera de façon concrète au dynamisme et au développement économiques de la société. »

« Les technologies propres, en plus de lutter contre les changements climatiques, sont l’occasion d'affaires de notre génération! Il n'y aura jamais un meilleur moment pour concerter nos plus grandes forces et lancer des projets d'impact! Je suis fier de faire partie de ce projet porteur qui répond à des préoccupations grandissantes des organisations et de notre société en plus de créer des richesses durables, exprime M. Alexandre Guindon, directeur général et co-fondateur de 2 Degrés. »

« Nous sommes heureux d’accueillir l’incubateur 2 degrés en nos murs, puisque les objectifs qu’il vise sont parfaitement alignés avec les valeurs du Cégep Limoilou. Cela ouvre la porte à des collaborations intéressantes avec plusieurs services, directions et départements d’enseignement et pourra inspirer nos étudiantes et étudiants qui, dans le cadre de leur programme d’études ou d’activités parascolaires, s’intéressent entre autres à différentes questions environnementales, au développement durable et à l’entrepreneuriat. »

Le secteur des technologies propres en pleine émergence
Le marché de l’environnement et des technologies propres au Québec est en pleine croissance. De 2015 à 2017, les revenus d’exportation ont plus que quintuplé pour s’établir à 1,4 G$ tandis que les revenus de ventes sur le marché intérieur ont connu une croissance de près de 70 %.

Quelque 75 % des entreprises de Québec de ce secteur d’activité ont leur siège social à Québec. La présence de nombreux centres de recherches dans la région et la reconnaissance comme secteur d’activité prioritaire contribuent à favoriser ce développement.

Plusieurs entreprises en croissance et jeunes pousses en technologies propres ont bénéficié de l’aide financière de la Vision entrepreneuriale Québec 2026 de la Ville de Québec au cours des dernières années. Citons notamment :

  • Ingeniarts technologies Inc. (batteries lithium-ion pour chariot élévateur);
  • Silicycle Inc. (fabrication de produits spécialisés pour la chromatographie);
  • ABCDust Corp (solutions et équipements pour le contrôle de la poussière et la stabilisation des sols);
  • AiTera (traitement des sols et des eaux);
  • Tero (appareil pour le compostage);
  • Intellinox technologies (solutions et équipements pour le contrôle automatique de la ventilation dans les cuisines commerciales);
  • Watershed Monitoring Inc.

Cette dernière, spécialisée dans les solutions technologiques pour le stockage et l’analyse de données sur la qualité de l’eau, est un bel exemple de réussite et d’innovation. Watershed Monitoring a fait l’objet de deux appuis financiers entre 2015 et 2020 dans le cadre du programme de vitrine technologique de la Ville, ce qui lui a permis de générer de nombreux contrats et mandats au Québec et en France.

« C’est grâce à l’appui reçu que nous avons pu démontrer le fonctionnement d’un nouveau volet du logiciel-service Enki et asseoir l’expertise de l’équipe, raconte Mme Sonja Behmel, présidente-directrice générale de Watershed Monitoring. Aujourd’hui, plus de 60 municipalités québécoises ont recours à nos services et à Enki pour réaliser leurs analyses de vulnérabilité. Les résultats de la Vitrine ont aussi attiré l’attention à l’international, ce qui a permis à l’entreprise d’ouvrir une filiale en Alsace, de décrocher un client phare en France et de conclure des partenariats de recherche et développement avec d’importants acteurs privés et publics. »

Bilan préliminaire 2020 de la Vision entrepreneuriale Québec 2026
Pour la période du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, 19 M$ ont été attribués à 157 projets qui ont généré plus de 99 M$ d’investissements, soit un effet de levier de 4,2 et ont directement et indirectement permis la création de plus de 5 300 emplois dans l’agglomération de Québec. Pour la période du 1er avril au 31 décembre 2020, 15 M$ ont été attribués à 120 projets. Les renseignements sur les investissements, l’effet de levier et la création d’emplois pour cette période seront partagés dès que disponibles. Le bilan est prometteur et est le reflet de la croissance et du développement de notre économie et de l’importance de la Vision entrepreneuriale Québec 2026.

À propos de la Vision entrepreneuriale Québec 2026
Axée sur l'entrepreneuriat, l'innovation, la croissance, le financement et l'accompagnement, la Vision entrepreneuriale Québec 2026 a pour objectif de faire de Québec la capitale de l'entrepreneuriat au pays. Elle réunit des programmes et mesures d'aide financière pour faire croître les entreprises. La Vision bénéficie d’un financement de plus de 134,6 M$ du gouvernement du Québec depuis 2018 et ce, jusqu’en mars 2025. La Ville de Québec, le Secrétariat à la Capitale-Nationale et Québec International agissent à titre de partenaires de premier plan dans le déploiement de la Vision. Pour en savoir plus, on peut consulter le ville.quebec.qc.ca/financement.
Une fiche technique présentant le projet est disponible en annexe (PDF).

Fonds de la région de la Capitale-Nationale (FRCN)
Rappelons que le FRCN a été créé en vertu de la Loi accordant le statut de capitale nationale à la Ville de Québec et augmentant à ce titre son autonomie et ses pouvoirs. Pour les années 2020 à 2024, l’agglomération de Québec dispose d’une enveloppe de 94 882 097 $ provenant du Secrétariat à la Capitale-Nationale afin de soutenir financièrement des projets dont les retombées sont considérables sur le territoire.

Annexe 



Com-21-119