Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Des coquelicots géants au parc de La Chanterelle

Québec, le 11 novembre 2021 – La Ville de Québec vient d’installer une nouvelle œuvre d’art au parc de La Chanterelle, dans le quartier Val-Bélair. Conçue par le duo d’artistes Demers-Mesnard en collaboration avec un groupe d’élèves de l’école L’Odyssée, elle est formée de coquelicots géants abritant de petits animaux. Intitulée Le bestiaire caché de La Chanterelle, elle arrive juste à temps pour le jour du Souvenir.

Un monde imaginaire inspiré de la nature
Dans leurs ateliers participatifs, Isabelle Demers et Fanny Mesnard ont mis en valeur la faune et la flore du parc, adjacent à la cour d’école. Les rencontres avec les jeunes ont abordé la force et la fragilité de la nature à travers des techniques variées, dont la vidéo, le dessin, la création de costumes et la fabrication de jeux optiques. L’aspect fantastique a été omniprésent pendant toute la période de création.

Puis, le symbole du souvenir s’est immiscé dans leurs travaux. L’idée du coquelicot émane de dessins d’élèves, dont plusieurs viennent de familles militaires. Cet hommage aux nombreux habitants du quartier Val-Bélair est devenu une manière d’allier commémoration et écologie. Les fleurs éternelles amènent un côté vivant et coloré, alors que les animaux représentent la faune locale : lièvre, papillon, chauve-souris, renard, canard, hibou et écureuil.

Des participants motivés
Les élèves impliqués, en première secondaire à l’école L’Odyssée, ont été accompagnés par leur enseignante d’arts plastiques. Ils ont pleinement embarqué dans l’univers créatif des artistes et ont démontré une grande motivation.

Le bestiaire caché de La Chanterelle est l’un des projets de médiation culturelle en art public présents dans tous les arrondissements. Les lauréates ont été sélectionnées à la suite d’un concours s’adressant aux artistes professionnels en arts visuels et en métiers d’art de la Communauté métropolitaine de Québec. Le budget de 95 000 $ pour la réalisation de l’œuvre provient de l’Entente de développement culturel entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec.



Com-21-515