Passer au contenu principal

Accueil / À propos de la ville / Espace presse / Communiqués / Communiqué

Espace presse

Communiqué

Participation historique du maire à la 15e Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique

Québec, le 12 décembre 2022 – La Ville de Québec souligne la participation historique du maire de Québec, M. Bruno Marchand, à la 15e Conférence des Parties (COP15) à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique. M. Marchand a été invité à faire partie d’un panel composé de leaders internationaux réunis dans le cadre du Sommet des gouvernements infranationaux et des villes.

Ce Sommet était l’occasion de faire entendre la voix des villes et d’influencer les résultats de cet événement d’envergure. Rappelons que la COP15 doit proposer un nouveau cadre mondial pour la préservation de la biodiversité. Les villes comme Québec ont rappelé aux dirigeants du monde que les citoyens s’attendent à des engagements ambitieux et à des actions concrètes.

« Je remercie les organisateurs de la COP15 d’avoir considéré la place essentielle des villes et des gouvernements de proximité dans la mise en place d’objectifs ambitieux pour la protection de notre biodiversité, a mentionné le maire de Québec, M. Bruno Marchand. Nous sommes aux premières loges de la préservation et la création de milieux de vie naturels accessibles pour les citoyennes et les citoyens. Je suis heureux d’avoir pu présenter les réalisations de la Ville lors des dernières années et la stratégie que nous prévoyons mettre de l’avant dans les prochaines années lors de cet événement. »

La mairesse suppléante et membre du comité exécutif responsable des relations internationales, Mme Catherine Vallières-Roland, était aussi de passage à la COP15. Elle représentait notamment la Ville de Québec lors d’une rencontre de travail sur l’action des gouvernements infranationaux et des villes en faveur de la nature et des personnes.

« Nous poursuivons notre démarche de Québec, ville apprenante, en nous imprégnant des expériences et des réalisations d’autres villes et États ailleurs dans le monde, a indiqué la mairesse suppléante et membre du comité exécutif responsable des relations internationales, Mme Catherine Vallières-Roland. Nous voulons apprendre les bons coups, mais également les mauvais coups, afin d’avoir la meilleure stratégie possible pour la Ville de Québec. Nous avons annoncé aujourd’hui des objectifs ambitieux pour la préservation de notre biodiversité, c’est notre meilleur engagement pour celles et ceux qui nous suivront. Avec nos partenaires de notre région, nous établirons une stratégie dynamisante pour l’ensemble des actions de la ville, pour une meilleure qualité de vie pour tous. » 

La chaise des générations, un symbole porteur d’espoir pour les enfants
Le passage du maire à la COP15 a permis de souligner et de célébrer la chaise des générations, un symbole fort et mobilisateur de la jeunesse visant à rappeler aux dirigeants que le futur des enfants se dessine à travers les décisions prises aujourd’hui.

En effet, l’initiative ayant pris source au cabinet de la mairie de M. Bruno Marchand a inspiré l’organisation Mères au front qui, en parallèle de la COP15, tient des ateliers créatifs lors desquels des enfants transforment des chaises récupérées en outil de sensibilisation et d’appel à l’action.

Rappels de quelques engagements de la Ville envers la biodiversité
La Ville de Québec s’engage depuis de nombreuses années en faveur de la biodiversité, par une variété d’actions touchant l’intégration, la préservation, la création de la diversité biologique ainsi que la mobilisation citoyenne. Ci-dessous, une sélection de quelques projets et engagements de la Ville en matière de biodiversité depuis les dernières années, un volet du développement durable au cœur des priorités.

Stratégie de développement durable
La Ville s’est engagée dans une démarche stratégique pour endosser davantage les principes de développement durable dans ses actions et ses projets. Cette démarche s’appuie notamment sur le Programme 2030 des Nations-Unies centré sur 17 objectifs de développement durable.

Plan de transition et d’action climatique 2021-2025
« Écosystèmes naturels et biodiversité » est le thème d’un des cinq projets synergiques inscrits au Plan de transition et d’action climatique. Ce projet compte parmi les 20 projets identifiés comme les plus porteurs.

Déclaration d’Édimbourg
En 2021, dans le contexte du dépôt de la Stratégie de développement durable de la Ville de Québec et de son Plan de transition et d'action climatique, la Ville de Québec confirmait officiellement son adhésion à la Déclaration d’Édimbourg en faveur du Cadre mondial de la biodiversité pour l’après–2020.

Appuyer le retour de l’anguille d’Amérique dans nos eaux
Les barrages Joseph-Samson et Saint-Jacques constituent, depuis leur construction sur la rivière Saint-Charles, des obstacles infranchissables pour l’anguille d'Amérique autrefois omniprésente. Celle-ci est connue, consommée et exploitée depuis des temps immémoriaux par la Nation huronne-wendat. Afin de redonner accès à l’espèce à plus de 86 ha d’habitat, des échelles à anguilles ont été installées en 2021 sur les deux barrages mentionnés. Il s’agit d’un projet réalisé par la Nation huronne-wendat en collaboration et grâce au financement notamment de la Ville de Québec.

La mise en valeur de nos rivières en corridors écologiques
En 2020, la Ville s’est engagée dans la création d’un vaste parc naturel et habité de 30 km² structuré autour des quatre grandes rivières du territoire. Il se compose entre autres de corridors de biodiversité et de déplacements actifs entre les rivières; de neuf pôles d’activités et de onze aires d’accueil. Au sein de la trame urbaine habitée, un réseau de biodiversité se tricote et relie les rivières entre elles, avec le corridor fluvial et la couronne forestière au nord.

La restauration des berges et l’aménagement du parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles
Le parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles tel que nous le connaissons aujourd’hui est le résultat d’un vaste projet évolutif s’échelonnant sur plus d’une trentaine d’années. Après avoir été bétonnés, 9 km de berges de la rivière Saint-Charles dans le secteur urbain ont été complètement restaurés et naturalisés entre 1996 et 2008. Des milliers de végétaux indigènes et caractéristiques de la région ont été implantés pour redonner vie aux berges et ramener la nature en ville. En parallèle, un sentier pédestre de 32 kilomètres longeant la rivière et reliant le centre-ville de Québec au lac Saint-Charles, la réserve d’eau potable de la Ville, a été aménagé.

Vision de l’arbre 2015-2025 : diversifier et bonifier la forêt urbaine
En 2015, la Ville s’est dotée d’une Vision de l’arbre pour guider durablement ses actions en foresterie urbaine et favoriser la création d’îlots de biodiversité. Consciente de ses bienfaits, elle s’est notamment engagée à multiplier la mise en place de jardins de biodiversité et d’oasis pour les monarques sur son territoire à travers une stratégie de plantation intensive. Dans les prochaines années, la Ville poursuivra l’aménagement d’espaces verts intégrant de multiples étages de végétaux en complément de la canopée. De plus, dans un effort de diversification de notre forêt urbaine, environ 150 espèces arboricoles différentes sont plantées annuellement.

À propos de la COP15
La Conférence des Parties (COP) est l’organe directeur de la Convention sur la diversité biologique. Composée des 196 États (les Parties) qui ont ratifié le traité, cette instance supérieure se réunit tous les deux ans pour examiner les progrès accomplis, établir des priorités et décider de plans de travail.

La COP15 revêt une importance capitale, car elle porte un objectif ambitieux : définir un cadre mondial pour la biodiversité qui identifiera les grandes orientations de la Convention pour les années à venir. Ce cadre attendu dressera les engagements que les pays devront respecter jusqu’en 2030 et guidera l’action en faveur de la restauration de la nature. Les dirigeants devront s’entendre sur une vingtaine de nouvelles cibles internationales touchant plusieurs enjeux liés à la biodiversité, notamment l’aménagement du territoire, la restauration et la protection des milieux terrestres et marins, les espèces menacées et l’alignement des flux financiers.



Com-2022-605