Accueil / Citoyens / Patrimoine / Répertoire du patrimoine bâti / Fiche

Répertoire du patrimoine bâti

Fiche

Wartime housing

Lorsque la Wartime Housing Limited est créée en 1942 par le gouvernement fédéral canadien, la nouvelle société a pour mandat de loger rapidement et de manière économique les familles de soldats et les ouvriers de l'industrie de la guerre. Entre 1942-1945, elle s’occupe donc d’ériger des maisons unifamiliales à travers le pays, notamment dans les quartiers ou les banlieues de Québec. Devenue la Société centrale d'hypothèques et de logements (SCHL) en 1946, elle poursuit ses efforts après le deuxième conflit mondial, puisque le retour des combattants entraîne une autre campagne de construction de maisons abordables. La maison Wartime Housing s’inspire de l’habitation anglaise remontant à l’époque coloniale en Nouvelle-Angleterre, soit celle issue du style Cape Cod, en plus de s’inscrire dans la lignée de l'architecture vernaculaire industrielle du XXe siècle. À l’origine, ce type est préfabriqué et assemblé sur place sans solage. Le comble est parfois habitable, même si les pentes de toit varient considérablement d’une construction à l’autre. Les matériaux employés se doivent d’être non essentiels à l’industrie de la guerre, légers pour faciliter la manipulation sur le chantier et compter parmi les moins coûteux. Le revêtement peut être en clin de bois ou en bardeau d’amiante tandis que la couverture en bardeau d’asphalte commence à être employée. Le fenêtrage est disposé de façon irrégulière et asymétrique, les fenêtres à guillotine sont à petits carreaux et les ornements sont limités à des chambranles autour des ouvertures. Au fil des années, la plupart des maisons Wartime Housing seront posées sur un solage, mais elles peuvent également être rénovées, agrandies, surhaussées d’un étage ou munies d’une lucarne. Les secteurs où se concentre ce type se caractérisent par un lotissement serré et une implantation régulière, ils préfigurent la banlieue avec la venue du bungalow.