Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Espace #PatrimoineVDQ / 2018 / Archives de la Cour du recorder - Police Books et Penal Books

Patrimoine

Archives de la Cour du recorder - Police Books et Penal Books

12 juin 2018 (7 votes )

Texte de Albane Pélisson, archiviste au SPVQ

Instaurée en 1856, la Cour du recorder est l’ancêtre de l’actuelle Cour municipale de la Ville de Québec. Dans ce fonds d’archives, se trouvent quelques-uns des plus anciens documents qui témoignent des activités policières de la Ville de Québec après la création de son corps de police municipal en 1843.

Police Book 1857-1858

Les Police Book (aussi appelés Penal Book) sont des registres dans lesquels sont consignés les éléments en lien avec les arrestations effectuées par les constables : identité des personnes arrêtées, identité du(des) constable(s) ayant procédé à l’interpellation, date et heure de l’événement, descriptif des faits reprochés et peine prononcée (en général quelques jours de prison ou une amende). Dans la seconde moitié du 19e siècle, ces registres sont tenus en anglais et rédigés à la plume, signe de la présence importante des anglophones à Québec à cette époque.

Parmi les causes d’arrestation les plus fréquentes qui apparaissent au registre des années 1857-1858, on relève l’ivresse et le désordre sur la voie publique, les violences conjugales, la prostitution et le non-respect des règlements municipaux (notamment celui sur les chevaux et celui sur les charretiers et portefaix). Le règlement no63 encadre alors les conditions d’exercice de la profession de charretier : achat d’une licence annuelle, âge minimal requis (16 ans), inscription au registre des charretiers, installation du numéro assigné par le Greffier sur le véhicule et sur la bride du cheval, respect de la vitesse limite autorisée (le « trot modéré »), soins apportés aux chevaux, tarifs réglementés, peines encourues en cas de non-respect des exigences réglementaires, etc.

Autres temps, autres mœurs, des délits plus insolites pouvaient également vous conduire en cellule pour la nuit. C’est ce qu’apprit à ses dépens le dénommé Patrick Lynet le 9 février 1857 pour avoir joué au hurley et envoyé des boules de neige sur la rue Saint-Paul !

Règlement municipal sur les Charretiers et portefaix (règlement no 63 de 1848)

Retour