COVID-19 - Suivez l'état de situation concernant les services municipaux et les consignes aux citoyens. Plus d'informations

Fermer

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Montcalm

quartier

1988

Montcalm

La Cité-Limoilou

Le quartier de Montcalm dont les limites ont été légèrement modifiées en 2003 fait partie de l'arrondissement de La Cité-Limoilou. Il est séparé du quartier de Saint-Sacrement par l'avenue Belvédère, à l'ouest, et du quartier de Saint-Jean-Baptiste par l'avenue De Salaberry, à l'est. Au nord, il s'étend jusqu'à la falaise et au sud, jusqu'au quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc/Colline parlementaire. Le quartier de Montcalm tient son nom de Louis-Joseph de Montcalm qui livre bataille au général Wolfe sur les plaines d'Abraham, le 13 septembre 1759.

Dès le début du Régime français, le territoire des quartiers de Montcalm et de Saint-Sacrement est une banlieue de la ville de Québec. Au 19e siècle, il forme la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Québec-banlieue qui deviendra Ville-Montcalm en 1908. Ville-Montcalm devient un quartier de Québec le 22 novembre 1913 sous le vocable de quartier Belvédère. Celui-ci reprend le nom de Montcalm en 1916 avant d'être divisé en deux quartiers distincts en 1988 : Montcalm et Saint-Sacrement. D'abord agricole, le territoire de Montcalm et Saint-Sacrement se transforme au cours du 19e siècle en grands domaines de villégiature pour la bourgeoisie anglaise fuyant la ville et les épidémies de choléra. Les villas qui entourent Québec d'une véritable couronne de jardins le long de la falaise deviennent rapidement des habitations permanentes, propriétés des Britanniques enrichis. Apparaît ensuite une fonction institutionnelle avec l'établissement de plusieurs communautés religieuses. La poussée urbaine suit de près et transforme bientôt le territoire en banlieue résidentielle. À ces diverses vocations, s'ajoute le rôle stratégique de cette banlieue où se déroulent les grandes opérations militaires de notre histoire : la bataille des Plaines d'Abraham et celle de Sainte-Foy. Le lotissement de Montcalm et Saint-Sacrement s'inscrit dans un grand mouvement de spéculation du début du 20e siècle. L'exiguïté et l'insalubrité des faubourgs poussent alors leurs résidants vers la périphérie, là où l'espace et le grand air contribuent à améliorer la qualité de la vie. Les religieuses de l'Hôtel-Dieu et les Ursulines, propriétaires d'une grande partie du territoire, agiront directement comme promoteurs immobiliers en découpant leurs propriétés en lots à bâtir. Aujourd'hui, Montcalm affiche un caractère principalement résidentiel. Malgré la proximité du centre-ville et le bouillonnement urbain, on vit encore tranquille dans ses rues verdoyantes et on profite toujours de ses splendides parcs bien aménagés.

Sources

Règlement CV-2003-1333 de la Ville de Québec, 3 novembre 2003; Ville de Québec. Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; État général des archives de la Ville de Québec, p. 87; Ville de Québec. Montcalm, Saint-Sacrement, nature et architecture : complices dans la ville, Les quartiers de Québec, 1988; Hare, John, et Marc Lafrance. Histoire de la ville de Québec 1608-1871, 1987, p. 222-223; Gagnon-Pratte, France. Les villas, p. 49, 53; Site internet de la Ville de Québec.

Retour