Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Patrimoine / Toponymie / Fiche

Toponymie

Fiche

Bergerville

parc de

vers 1970

Sillery

Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge

rue de

6 février 2006

Sillery

Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge

Saint-Michel , rue

La rue de Bergerville a été dénommée dans le cadre de l'harmonisation des noms de rues, rendue nécessaire par le regroupement municipal du 1er janvier 2002.

Le nom de Bergerville rappelle le souvenir de Bergerville, un « village » créé vers 1850 dans le secteur nord du domaine de Woodfield, qui faisait partie autrefois du fief de Saint-Michel, à Sillery. C'est à cette époque en effet que le marchand de bois William Sheppard (1784-1867), propriétaire de Woodfield, concède des terrains entre le chemin Saint-Louis et le ruisseau Belleborne (aujourd'hui la rue de Bergerville), moyennant une rente annuelle. Appelé Sheppardtown puis Sheppardville, le nouveau lotissement devient tout naturellement Bergerville pour les habitants francophones. Chacune de ses voies de circulation porte le nom d'un des membres de la famille Sheppard : Charles, Charlotte, Harriet, Laight, Maxfield (avenue du Chanoine-Morel), Sarah et William. La rue Sheppard sera ouverte beaucoup plus tard, en 1910. Quant à la partie sud du domaine de Woodfield, elle sera vendue en 1879 pour faire place au cimetière St. Patrick. Outre Bergerville, Sillery compte au tournant du 20e siècle trois autres noyaux de peuplement : ceux du chemin du Foulon, de la côte à Gignac (ou Nolansville) et de la côte de l'Église (auj. côte de Sillery).

Le parc Bergerville est situé à l'intersection du chemin Saint-Louis et de l'avenue du Maire-Beaulieu.

Ancien toponyme
La rue de Bergerville portait à l'origine le nom de rue Saint-Michel, adopté en avril 1924. Saint Michel, le plus grand des anges, est présenté dans l'Apocalypse comme le vainqueur du dragon. C'est à lui que Pierre de Puiseaux dédie la terre qu'il obtient en 1637 à la limite de la seigneurie des Jésuites à Sillery. L'anse qui borde la concession prendra aussi le nom de Saint-Michel. À leur tour, les Jésuites de la mission Saint-Joseph, sur le chemin du Foulon, adoptent ce vocable pour la chapelle qu'ils font construire en 1647.

La terre de Saint-Michel passe à Charles Legardeur de Tilly en 1648, puis au Séminaire de Québec en 1675. La partie sud-ouest fait place au cimetière Mount Hermon en 1848, tandis que la partie nord-ouest devient le domaine St. Michael, où sera édifiée en 1854 l'église anglicane St. Michael. William Sheppard achète par la suite le secteur sud-est (Woodfield), site du futur « village » de Bergerville. Le terrain restant est cédé aux Sœurs de Sainte-Jeanne-d'Arc en 1919.

Sources

Bergerville, parc et rue de : Règlement R.V.Q. 1012 - Règlement sur le changement du nom de certaines rues, 6 février 2006; Comité de toponymie de la Ville de Québec. Liste des noms à changer avec nouveaux noms pour harmoniser l'odonymie, 2005; Dussault, Clément-T. Guide toponymique de Sillery, Archives de la ville de Sillery, 1985; Ville de Sillery. Sillery 1637-2001 (carte de la ville); Bernier, André. Le vieux-Sillery, Québec : Ministère des affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, Cahiers du patrimoine; 7, 1977, p. 125, 131; Dion-McKinnon, Danielle. Sillery : au carrefour de l'histoire, Montréal : Boréal, 1987, p. 115; Société d'histoire de Sillery. Vieux-Sillery. Une promenade sur le chemin Saint-Louis et à Bergerville, dépliant; Entretien téléphonique avec Pierre Lafleur, directeur, Culture, loisirs et vie communautaire, Arrondissement de Sainte-Foy-Sillery, 21 juillet 2004 (parc).

Saint-Michel, rue : Règlement 98, avril 1924, Procès-verbaux du Conseil de Ville de Sillery, vol. V; Dussault, Clément-T. Guide toponymique de Sillery, Archives de la ville de Sillery, 1985; Lamontagne, P.-A. L'histoire de Sillery 1630-1950, Sillery, 1952, p. 98-100, 116-117; Bernier, André. Le vieux-Sillery, Québec : Ministère des affaires culturelles, Direction générale du patrimoine, Cahiers du patrimoine; 7, 1977, p. 15-16; Dorion-Poussart, Nicole. Une promenade sur la Côte de l'Église : l'occasion de revivre une tranche de notre histoire, Société d'histoire de Sillery, 1995, p. 10-11.

Retour