Passer au contenu principal

Accueil / Citoyens / Environnement / Milieux naturels / Milieux riverains

Environnement

Milieux riverains

Quatre rivières principales traversent notre territoire, soit les rivières du Cap-Rouge, Saint-Charles, Beauport et Montmorency. Leur longueur totalise 100 km.

Sillonnées de parcs, de lieux de loisir et de sentiers, les rivières de la ville sont parfois naturalisées, boisées, ensemencées de truites et de plantes aquatiques. Indissociables du paysage urbain, elles font la joie des citoyens, qu’ils soient riverains, kayakistes, ou simplement amoureux de la nature.

Porteuses d’histoire et de culture, nos rivières forment des écosystèmes complets, vivants et fragiles à protéger. Elles constituent un patrimoine naturel appartenant à tous les Québécois. C’est pourquoi un Plan de mise en valeur des rivières de Québec a vu le jour en 2020.

Rivière du Cap Rouge

La rivière du Cap Rouge prend sa source dans les montagnes des Laurentides et franchit le Bouclier canadien à la hauteur du mont Bélair à une altitude de 482 mètres. Elle se déverse ensuite dans une importante zone agricole et atteint la zone urbaine de Cap-Rouge ? avant de s’évacuer naturellement dans le fleuve Saint-Laurent. Ce parcours sinueux s’étend sur 23,5 kilomètres. Plus de la moitié (58%) de la superficie de son bassin versant de 87 km2 est comprise sur le territoire de la ville de Québec.

L’écosystème riverain subit fortement l’action des marées à l’embouchure de la rivière, qui est riche en habitats floristiques et fauniques. Cette embouchure a été préservée de la construction de barrages ou d’autoroutes, ce qui rend l’aval de la rivière pure et majestueuse.

La forte présence d’oiseaux aquatiques a rendu nécessaire la mise en place d’aires de protection pour assurer l’intégrité naturelle de l’estuaire (aire de concentration d’oiseaux aquatiques de Cap-Rouge). Le parc des Primevères abrite des vestiges de forêts âgées de plus de 100 ans. Le parc des Écores est quant à lui composé de frênes, de peupliers et de saules d’une hauteur impressionnante.

Rivières Saint-Charles et du Berger

La rivière Saint-Charles prend sa source au lac Saint-Charles et parcourt le territoire de la ville de Québec du nord au sud sur 32 km.
Son bassin versant couvre une superficie de 540 km2, dont 301 km2 sont compris sur le territoire de la ville de Québec. La rivière possède une prise d’eau potable pour la ville qui est située à mi-parcours. Cette source constitue la réserve d’eau brute servant à l’alimentation en eau potable de 53% de la population de Québec.

Le parc linéaire de la rivière Saint-Charles compte plusieurs secteurs naturels variés : méandres, zones inondables et eaux calmes, canyons et chutes, ruisseaux et lacs, forêts matures, friches et berges restaurées. Il représente un corridor de prédilection pour l’observation d’oiseaux et d’autres animaux. Dans la partie nord du parc, il n’est pas rare d’apercevoir le renard roux, le chevreuil, le porc-épic, le lièvre et, à l’occasion, l’orignal et l’ours noir.

Rivière du Berger

La rivière du Berger est un affluent de la rivière Saint-Charles d’une longueur de 18,4 km. Son bassin versant (53 km2) est localisé dans la section sud-est du bassin versant de la rivière Saint-Charles. La rivière prend sa source au nord dans une vaste zone boisée. Son parcours forme quelques méandres sur les dépôts argileux laissés par la mer de Champlain.
Un fragment de nucleus a été découvert dans le secteur, ce qui présume d’une présence autochtone préhistorique.

L’écosystème riverain est composé de plusieurs essences d’arbres, dont le frêne rouge, l’orme d’Amérique, le noyer cendré. L’omble de fontaine (la truite) est présente dans le cours d’eau.

Rivière Beauport

La rivière Beauport prend sa source dans le lac John au nord du territoire et se déverse au sud dans le fleuve Saint-Laurent. Son bassin versant couvre une superficie de 27 km2 entièrement comprise dans le territoire de la ville de Québec.

La rivière Beauport est sujette à d’importantes fluctuations du débit et du niveau de l’eau., ce qui peut entrainer des crues soudaines et importantes.
Cette caractéristique limite les activités aquatiques possibles sur cette rivière.

La végétation aux abords de la rivière Beauport est remarquable grâce au microclimat de la vallée située entre l’autoroute Félix-Leclerc et l’avenue Royale.
La rivière rejoint les battures du fleuve qui sont classées comme des aires protégées en raison de leur concentration d’oiseaux aquatiques.

Rivière Montmorency

La rivière Montmorency possède un bassin versant d’une superficie de 444 km2. L’intensité de la rivière est qualifiée de torrentielle en raison de son fort débit et de sa hauteur d’eau, qui augmente fortement lors d’importantes pluies et tempêtes.

Elle est entourée de paysages exceptionnels et encore sauvages, dont des falaises escarpées de formation calcaire. Ces escarpements peuvent ainsi être sujets à des épisodes d’érosion. Une grande partie de ses rives est privée.

La rivière est dotée de deux prises d’eau potable qui alimentent 16% de la population de Québec.

Cette rivière constitue un habitat exceptionnel pour l’omble de fontaine (truite). Les berges intègrent des groupements forestiers matures. De plus, l’embouchure de la rivière abrite des aires protégées de concentration d’oiseaux aquatiques.