Québec, l'accent d'Amérique
Menu Profil Recherche

Accueil > À propos de la ville > Planification et orientations > Environnement > Forêt urbaine et milieux naturels > Portrait

Forêt urbaine et milieux naturels - Portrait

Les milieux naturels sur le territoire de la ville de Québec sont largement diversifiés et particulièrement importants en termes de superficie. Ces milieux assurent et maintiennent la diversité biologique animale et végétale. « Ils se distinguent des autres espaces verts par leurs caractéristiques biologiques et physiques qui assurent la survie des organismes vivants et constituent des habitats pour la faune qui s’y nourrit et s’y reproduit.»1 Ainsi, bien qu’un terrain gazonné avec de nombreux arbres soit considéré comme un espace vert, celui-ci ne constitue pas pour autant un milieu naturel. Pour les fins de cet ouvrage, les milieux naturels sur le territoire de la ville de Québec ont été regroupés selon quatre catégories : la forêt, les boisés urbains, les milieux humides et les plans d’eau.

La forêt de Québec est composée des peuplements forestiers qui recouvrent principalement la couronne nord de la ville et qui sont compris dans l’aire d’affectation forestière. L’aire d’affectation forestière représente la composante spatiale dominante du territoire de la ville de Québec (2002-2005), soit plus de 35% de sa superficie. Ce territoire est constitué de forêts privées et présente des usages orientés principalement autour de l’exploitation forestière et de la préservation.

Les boisés urbains sont des espaces boisés géographiquement délimités, non reliés au domaine forestier et enclavés par des terrains urbanisés, des cours d’eau ou des champs. Pour être reconnu comme un milieu naturel, le boisé urbain doit englober toutes les strates de végétation naturelle (herbacée, arbustive et arborée). Ces boisés peuvent se retrouver à l’intérieur comme à l’extérieur des parcs existants. Les zones de contraintes boisées, c’est-à-dire les falaises et les rives, sont aussi incluses dans cette catégorie.

Les milieux humides regroupent entre autres les marais, les marécages et les tourbières. « Ce sont des étendues de terre saturées d’eau ou inondées pendant une période suffisamment longue pour que le sol et la végétation en soient modifiés et que la vie aquatique soit favorisée ». Les différents types de milieux humides se distinguent par leurs caractéristiques des sols, des niveaux d’eau et de la végétation. On en retrouve partout sur le territoire, soit en milieu agricole, en milieu forestier et en milieu urbain.

Les plans d’eau regroupent tous les lacs, rivières et ruisseaux du territoire. Ces milieux sont nombreux sur le territoire de la ville de Québec (2002-2005) qui compte notamment 230 plans d’eau et 695 km de cours d’eau dont quatre importantes rivières qui se déversent dans le fleuve Saint-Laurent.

Renseignements supplémentaires

Pour de plus amples détails relativement aux actions posées par la Ville de Québec en matière de protection et de mise en valeur de la forêt urbaine et des milieux naturels, consultez la page Vision de l'arbre ainsi que les documents :

Partagez cette page :

© Ville de Québec, 2017. Tous droits réservés.